Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 14:05

 

 

 

Par Pacôme PABANDJI

 

Le président centrafricain de la transition Michel Djotodia a fait le bilan de ses 100 jours à la tête de la Centrafrique ce samedi 27 juillet 2013. C’est au cours d’une conférence de presse qui a duré deux heures d’horloge lors de laquelle il était assisté du premier ministre Nicolas Tiangaye et du président du Conseil national de transition Alexandre Nguendet. Le Président a évoqué les questions sécuritaires mais il a déclaré que l’appellation FACA va disparaître pour être remplacée par l'ARC (Armée Républicaine de Centrafrique).

 

Aussi, a-t-il réaffirmé sur le plan des institutions que le bureau actuel du CNT ne sera pas renouvelé. Enfin, des consultations seraient en cours pour un remaniement gouvernemental, Nicolas Tiangaye restant toujours le Premier Ministre, a conclu le chef de l'Exécutif. Selon Michel Djotodia, la presse est un atout majeur dans la transition pour la recherche de la paix et de l’unité et doit contribuer à un climat apaisé et non jeter de l’huile sur le feu. Michel Djotodia a martelé avec force que les trois personnages qui dirigent actuellement la Transition sont condamnés à réussir ou à échouer ensemble tout en promettant qu’ils sortiront sous les applaudissements de leurs compatriotes à la fin de la Transition. Ceux qui souhaitent le départ anticipé du Premier Ministre Tiangaye et les partisans d’un nouveau bureau du CNT en sont pour leurs frais.  

 

Dans son bilan, ce dernier a aussi reconnu les nombreux cas de graves violations des droits de l’homme à travers le pays et a martelé qu’il n’y a plus de place à l’impunité en RCA et que tous les auteurs présumés d’assassinats et d’exactions seraient traqués, arrêtés et punis par la justice selon les lois en vigueur dans le pays. Il a évoqué les questions sécuritaires « qui sont en train d’être résolues avec l’aide de la Communauté internationale » dont la CEMAC et la CEEAC bientôt appuyées par l’Union Africaine.  Le modérateur de la conférence, Prosper N'douba, a passé la parole au ministre d ela justice Arsène Sendé présent dans la salle, pour faire des mises au point et apporter des précisions sur les enquêtes judiciaires en cours. 

 

Au sujet de la sempiternelle mésentente entre les habitants du 4ème arrondissement de Bangui et les éléments de Séléka et les troupes tchadiennes de la FOMAC, le patron de l’ancienne rébellion a signalé que des mesures drastiques sont envisagées afin de mettre au pas et conformément aux lois de la République ces habitants récalcitrants avant de préciser que « ces habitants ont systématiquement refusé toute pénétration dans Boy-Rabe par des éléments armés, même ceux de la FOMAC dont ils avaient déjà assassiné un colonel de nationalité tchadienne… ». C'est un secret de polichinelle que Bozizé avait avant sa chute, truffé d'armes ce quartier de la capitale sans que ni les Nations Unies ni la communauté internationale ait levé le petit doigt pour dénoncer et condamner cett situation. 2000 armes et 10.000 machettes avaient notamment été distribuées par l'ancien régime. 

 

Il a aussi expliqué que « la persistance des violences et le non contrôle des éléments de Séléka est dû au fait que nombre de ceux qui commettent encore des exactions sont des bandits, des jeunes qui ont intégré l’ancienne rébellion à Bangui et parfois ce sont des anciennes milices de Bozizé qui ne sont pas sous les ordres de l’ex Séléka mais des éléments incontrôlés qui à terme, doivent se plier ».

 

Michel Djotodia a par ailleurs appelé tous les centrafricains a apporté leur contribution pour la reconstruction de la République centrafricaine sur tous les plans. Le premier ministre a pour sa part signalé que des enquêtes sont ouvertes en ce moment et tous les auteurs des crimes odieux seront traduits devant la justice.

 

Nicolas Tiangaye a promis des mesures drastiques contre les partisans de la violence « d’où les patrouilles mixtes FOMAC-Gendarmerie-Police-ex-Séléka car le premier objectif est de sécuriser Bangui et pour les provinces ce sera simple ».

 

Notons qu’au sujet de la mission de la FOMAC, elle sera remplacée début août par des forces envoyées par l’Union africaine pour la sécurisation de la République centrafricaine (MISCA).

 

Rédaction CAP

 

 

 

PRESIDENCE  DE  LA REPUBLIQUE

                 --------------------

 

 

 

 

 

 

REPUBLIQUECENTRAFRICAINE

Unité - Dignité – Travail

                    -------------

 

 

 

DECLARATION LIMINAIRE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE CHEF DE L’ETAT A LA CONFERENCE DE PRESSE CONJOINTE AVEC LE PREMIER MINISTRE ET LE PRESIDENT DU CONSEIL NATIONAL DE TRANSITION

 

 

Bangui le 27 Juillet 2013 

 

 

 

Monsieur le Premier Ministre,

Monsieur le Président du Conseil National de Transition,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les Journalistes et Professionnels des Médias,

 

Je suis très heureux de vous accueillir en cette rencontre dédiée aux journalistes et professionnels des médias et je vous remercie tous d’avoir répondu favorablement à cette sollicitation.

 

Ces remerciements vont, en particulier, au Premier Ministre qui a adhéré à cette initiative.

Je souhaite qu’elle inaugure une nouvelle ère de partenariat apaisé, harmonieux et débarrassé de tout a priori tendancieux.

 

Si votre adhésion est confirmée, je m’emploierai à en faire un lieu d’échanges périodiques ou selon les circonstances.

 

Voilà quatre mois environ que je suis aux commandes de l’Etat. Vous connaissez mieux que quiconque les raisons qui ont amené la coalition Séléka à provoquer les évènements du 24 mars 2013.

 

Relatant les informations au quotidien, vous n’avez cessé de décrier dans les colonnes de vos journaux, sur les ondes et les sites internet, les difficultés du peuple centrafricain.

 

Vous exercez un métier noble qui est aussi, il faut le reconnaître, un sacerdoce. Par vocation, j’en suis certain, vous avez embrassé cette profession malgré les incertitudes qu’elle comporte.

 

Puisque tel est votre choix, pratiquez-le avec conviction, selon les règles de l’art et surtout par amour et respect pour tous ceux qui vous font confiance et également par amour pour ce pays qui est le nôtre et que nous chérissons tous au regard des sacrifices que nous consentons à le maintenir debout.

 

Le 03 mai dernier, j’ai célébré avec vous la Journée Mondiale de la Liberté de la Presse. Connaissant les difficultés qui sont les vôtres à l’instar de toutes les Institutions de l’Etat, j’avais fait un geste dont la valeur symbolique est au-delà de sa modicité.

 

A cette même occasion, je vous avais fait la promesse que je ne m’érigerai ni en censeur, encore moins en oppresseur de la presse.

 

Car c’est en faisant usage de votre liberté de parole et de votre liberté de rédaction que votre métier resplendira de tout son éclat dans le contexte qui est le nôtre.

 

La liberté qui vous est conférée ne doit en rien altérer votre contribution au développement, à la consolidation de la paix et à l’éducation du peuple centrafricain.

 

Je vous sais capables d’atteindre ces objectifs, imbus que vous êtes du sens de votre devoir de reconnaissance envers la patrie qui nous abrite et fait notre fierté.

 

Mesdames et Messieurs les journalistes et professionnels des Médias.

 

Nombreux parmi vous ont été formés à la pratique du journalisme en temps de crise grâce à l’appui financier et technique des partenaires au développement. Je n’ai nullement l’intention encore moins la prétention de vous apprendre votre métier.

 

Plus que jamais en cette période, le pays a besoin de votre regard citoyen. Dans vos productions, les commentaires sans passion se doivent d’être constructifs et assortis de propositions et suggestions. Vous serez ainsi les meilleurs conseillers de ceux qui ont la charge de la gestion de la chose publique.

 

Ce n’est pas parce que vous mettez en évidence des actions positives du Gouvernement que vous compromettrez et que vous perdrez votre qualité de journaliste, c’est-à-dire votre indépendance d’analyse.

 

Bien au contraire, vos arguments seront un encouragement pour les autorités à redouble d’efforts.

 

Mesdames et Messieurs les journalistes et professionnels des Médias.

 

En vous faisant ces observations, je ne vous demande pas de verser dans l’autre travers qui est le culte de la personnalité. Cette période d’encensement, de flagornerie doit être considérée comme révolue.

 

Je vous exhorte à aimer votre travail et de l’accomplir avec tout le professionnalisme qu’il requiert. Face aux défis que nous devons relever pour développer notre pays, vous devez être les artisans de paix et non des catalyseurs de violence. Les tâches qui nous attendent sont immenses.

 

Maintenant, avec votre permission, portons ensemble un regard sur le chemin déjà parcouru avec l’accompagnement de la communauté internationale.

 

Je saisis l’occasion pour lui rendre un hommage appuyé plus particulièrement aux Chefs de l’Etat de la CEMAC dont le concours inestimable nous est très précieux.

 

Je mentirai si je disais que les accouchements des résultats obtenus ont été sans douleur mais nous y sommes parvenus après, parfois, je le concède de laborieuses discussions car tel est le propre des résultats durables. Je tiens, ici à saluer la disponibilité et l’esprit d’ouverture de toutes les parties prenantes à la transition.

 

Convaincus qu’elles ont été inspirées par le désir d’aider notre pays à sortir durablement de la crise, nous avons donné une suite favorable à toutes les recommandations fortes résultant des différents sommets des Chefs d’Etat de la CEEAC tout en continuant à prendre en compte, en aparté, les conseils sur des sujets spécifiques dans mes prises de décision.

 

Elles concernent notamment les délais de la transition fixés à 18 mois, le respect des Accords de Libreville en ce qui concerne la désignation du Premier Ministre, la formation d’un Gouvernement d’Union Nationale, mise en place d’un Conseil National de Transition d’abord de 105 membres élargis par la suite à 135.

 

La promulgation de la Charte Constitutionnelle est intervenue il y a peu, même si elle comporte quelques imperfections comme dans toute œuvre humaine, reflet de la complexité de la vie ; l’essentiel étant de nous atteler à améliorer les conditions d’existence de nos compatriotes qu’ils attendent avec impatience et je les comprends. Dans la pratique, j’invite toutes les Institutions à cette compréhension.

 

Il reste, principalement, la mise en place de la Cour Constitutionnelle de Transition de même que le Haut Conseil de la Communication. Elle ne saurait tarder, le terrain étant déjà balisé par la Loi fondamentale.

 

Le versement de deux mois de salaires aux fonctionnaires et agents n’est pas peu de chose. Je me fais le devoir de l’inscrire dans les priorités du Gouvernement. Je réitère les sentiments de gratitude qui m’animent à l’égard des Chefs d’Etat de la CEEAC et de la CEMAC.

 

Le déploiement des autorités administratives, notamment, les préfets, a été lancé. A la date du 26 juillet, huit d’entre eux ont été installés et je salue le travail accompli par le Ministre de l’Administration du Territoire pour son courage.

 

Le mouvement des sous-préfets, secrétaires généraux de préfectures et sous-préfectures est à un stade avancé de préparation. Il est souhaitable qu’il aboutisse le plus rapidement possible pour compléter le dispositif institutionnel de reprise en main de l’administration du pays.

 

La question sécuritaire reste une préoccupation majeure pour moi. J’ai conscience qu’elle est le passage obligé vers la reprise totale des activités socio-économiques sans lesquelles la paix que nous nous employons, avec l’aide de la communauté internationale, à construire demeurera un vain mot.

 

Je déplore et condamne avec fermeté toutes les violences qui sont commises à l’encontre des populations. Sur elles, je verse des larmes de compassion et présente toutes mes condoléances aux familles éprouvées.

 

Il n’y a plus de place pour l’impunité dans notre pays et je le répète, il n’y a plus de place pour l’impunité dans notre pays. Les auteurs de ces crimes crapuleux sont en sursis. Ils seront traqués, arrêtés et poursuivis.

 

Je ne puis m’empêcher d’avoir une pensée reconnaissante pour l’aide de la FOMAC qui dispose déjà sur le terrain plus de deux mille hommes qui appuient les efforts du Gouvernement dans le désarmement et la sécurisation de Bangui.

 

Elle vaut aussi pour l’Union Africaine, en particulier pour le Conseil de la Paix et de la Sécurité qui promet de déployer près de quatre mille pour sécuriser le pays. 

   

Ce serait prétentieux de ma part d’affirmer que ce bilan est exhaustif et satisfaisant. Le plus important est que nous avons foi et que nous réalisons des progrès aussi modeste soient-ils.

 

 

 

Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Président du CNT,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les Journalistes et Professionnels des Médias,

 

S’agissant d’un échange, je ne souhaite pas monopoliser la parole mais plutôt la partager pour la rendre plus fructueuse.

Je vous remercie de votre bienveillante attention. 

 

 

Centrafrique : Le trio de la transition dresse le bilan des 100 jours
Centrafrique : Le trio de la transition dresse le bilan des 100 jours
Centrafrique : Le trio de la transition dresse le bilan des 100 jours

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com