Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 03:22

 

 

 

 


LIBREVILLE AFP / 25 avril 2013 20h50- L'insécurité en Centrafrique, un mois après la prise du pouvoir par la coalition rebelle Séléka, a favorisé le braconnage des éléphants dans le sud-ouest du pays, selon le World Wildlife Fund (WWF).


L'instabilité politique qui affecte l'ensemble du pays a aggravé la situation (...) le braconnage des éléphants est en augmentation dans le sud-ouest de la Centrafrique, a affirmé mardi à l'AFP Bas Huijbregts, le chef de la campagne WWF contre le braconnage en Afrique centrale.

Dans cette région frontalière du Cameroun et du Congo Brazzaville, la réserve forestière Dzanga-Sangha, classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 2012, abrite une forte concentration de pachydermes selon M. Huijbregts, joint au téléphone depuis Libreville.

Mais depuis la chute du président Bozizé le 24 mars, la situation en Centrafrique s'est considérablement dégradée ces dernières semaines, et les locaux du WWF à Bayanga, ville située aux abords de la réserve, ont été pillés à plusieurs reprises par des groupes qui se disent du Séléka, a-t-il affirmé.


C'était trop dangereux (...) Nous avons décidé de sursoir nos activités et d'évacuer notre personnel, a expliqué le représentant de l'ONG, présente à Dzanga-Sangha depuis plus de 30 ans.

A Bayanga, il n'y a plus d'autorités locales, plus de gouvernance et la viande d'éléphant circule désormais librement, a-t-il ajouté.


Nous ne pouvons pas dire combien d'éléphants ont été abattus, mais les éco-gardes sont submergés par la situation (...) ils sont très peu nombreux et essayent de sécuriser les sites clés.

La réserve, où l'ONG Wildlife Conservation Society (WCS) a dénombré quelque plus de 1.000 individus l'an dernier, est l'un des derniers sanctuaires d'éléphants en Centrafrique, qui ont quasiment été exterminés dans le nord et l'est, selon M. Huijbregts.


Nous avons peur que les braconniers de la région profitent de l'insécurité pour converger vers Dzanga-Sangha, a-t-il affirmé.


Selon une étude du WCS parue en mars, plus de 60% des éléphants de forêt d'Afrique ont disparu en l'espace de dix ans à cause du braconnage, qui pourrait mener à l'extinction totale de l'espèce d'ici 2025.


Il faut arrêter ce massacre qui sert au commerce d'ivoire sur le marché noir asiatique, où sa valeur a fortement augmenté ces dernières années, selon M. Huijbregts.



(©)

Centrafrique: le braconnage des éléphants favorisé par l'insécurité

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com