Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 10:48

 

 

 





Six cent vingt-deux mille kilomètres carrés

Près de quatre millions d'habitants

Cinquante trois ans d'indépendance

Six chefs d’État


Aujourd'hui un gouvernement de plus de trente membres

Aujourd'hui un Conseil National de Transition de cent trente cinq membres
Bilan :Un seul hôpital général

Une seule université

Un seul aéroport de « renommée » internationale

Une seule route nationale à moitié bitumée de cinq cents kilomètres

Trois hôtels de plus de cent chambres

Une seule brasserie (symbolique du développement industriel )

Un seul stade de plus de dix mille places (les férus diront vingt mille places)

Cent cinquante élèves par classe dans le primaire et dans le secondaire


VOILA LE CENTRAFRIQUE GRANDEUR NATURE


Au vu de ces données que beaucoup prendraient pour une présentation pas trop réaliste de la carte postale de CENTRAFRIQUE, en ceci que toutes les données ne seraient pas prises en compte, nul ne mettrait en doute le fait que les seules qui sont fournies ici sont celles que tout centrafricain reconnaît comme réalités palpables.


Ce profil du pays, presque statique depuis des décennies est le résultat d'un laisser-aller dramatique au niveau de la gouvernance du pays. En effet, rares seraient les dirigeants qui se vanteraient d'avoir laissé à la postérité et au bénéfice des centrafricains, des réalisations pouvant prouver leur passage à la direction du pays. 


Comment peut-on expliquer une telle défaillance étalée sur une aussi longue période qu'est un demi-siècle ?


Les changements politiques se sont faits en CENTRAFRIQUE sur un coup du hasard, concrétisés dans un coup d’État pour la plupart. Cela n'empêche pas qu'on puisse faire un coup d’État et réaliser de bonnes choses par la suite. Mais un coup d’État, c'est souvent une action rapide, qui ne demande pas trop de temps de préparation à cause des fuites qui pourraient tout faire rater. 


Donc celui qui arrive au pouvoir par cette voie n'a pas de programme politique arrêté, qui puisse le guider dans ses orientations politiques, économiques et sociales. Tout ce qu'il se mettra à faire sera le fruit de l'improvisation. Et l'on sait ce que produit une improvisation routinière.


De la même façon que les chefs militaires qui se sont emparés, sans le moindre programme  politique, du pouvoir en CENTRAFRIQUE, les autres, civils, n'ont pas de leur côté exercé ce pouvoir sur la base d'un programme bien défini, pouvant aider à asseoir les fondations d'un processus de développement économique, social et politique.

Dans ce pli qui est le propre des hommes « politiques » centrafricains, l'on ne peut guère s'étonner aujourd'hui de voir à quel point le chef de la transition politique de CENTRAFRIQUE et son équipe ont du mal à gérer les affaires publiques. Ils ont vécu dans la routine, ils ne peuvent pas sortir de la routine. 


Ce n'est donc pas pour du beurre que tout ce qu'ils peuvent faire ne peut consister qu'à faire des nominations : on forme un gouvernement sans savoir qui fera réellement quoi, on donne des grades quand bien même les nouveaux gradés ne savent qu'appuyer sur une gâchette, et pire, parce que la coutume veut qu'on nomme des ministres résidents qui ne servent strictement à rien ( à quoi servent alors les députés ou pour respecter la nouvelle appellation les conseillers nationaux de transition), alors, il faut faire plaisir à ces « sinistres » en faisant d'eux des « ministres résidents » de telle ou telle préfecture. Pendant que les galons fleurissent çà et là, le peuple se fait violer et massacrer.


La politique, ce n'est pas ça du tout. Le pays est malade depuis parce que les hommes ne font pas la vraie politique, dans le sens des responsabilités publiques qu'ils peuvent assumer, mais la politique des manœuvres néfastes, qui ne font rien avancer mais soutiennent plutôt la régression générale ou généralisée. La démonstration est faite quand on voit l'état dans lequel se trouve le CENTRAFRIQUE en ce Dimanche 23 Juin 2013.


C'est dire qu'on attend autre chose de la transition, autre chose de ce que produiront les élections d'après la transition. On n'a plus besoin de partis politiques qui se considèrent comme tels, quand bien même ils sont incapables de produire le moindre programme qui pourrait faire leur originalité, leur spécificité et témoigner de leur crédibilité.

POUR AVANCER, LE CENTRAFRIQUE DOIT EN FINIR AVEC LA ROUTINE ET LES ROUTINIERS.


Adolphe PAKOUA

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com