Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 01:01

 

 

 

BANGUI Jeudi 26 septembre 2013 | 18:50 UTC (Xinhua) - Environ 2.600 rebelles de l'Armée de résistance du seigneur (LRA) de Joseph Kony ont déjà déposé les armes à N'Zako, dans l'est de la République centrafricaine, en vue de leur réinsertion socioprofessionnelle, a confirmé jeudi une source militaire dans la région.

 

Contre toute attente, des combattants de cette rébellion ougandaise retranchés dans l'est de la Centrafrique avec leur chef Joseph Kony, recherché par la justice internationale pour crimes contre l'humanité, ont décidé de mettre un terme à leur lutte armée, avait laissé entendre dimanche le pouvoir de Bangui.

 

De l'avis du colonel Ousta de l'ex-rébellion de la Séléka, chargé des opérations dans la Haute Kotto, une région dans l'est du pays, joint au téléphone jeudi par Xinhua, ces rebelles continuent à sortir librement et souhaitent la réinsertion dans la vie civile.

 

«Actuellement, ils ont besoin de logements, en attendant leur rapatriement vers Bangui. Nous lançons un SOS au Haut Commissariat pour les Réfugiés (HCR) afin de nous aider à loger temporairement ceux qui sont déjà sortis...Je suis en route pour rencontrer un de leurs chefs afin de voir les dispositions pratiques à prendre», a souligné le chef militaire. Déjà en août, 7 rebelles de la LRA avaient écrit au colonel Ousta pour solliciter leur désarmement. « Une équipe de 200 ex- Séléka et des Forces armées centrafricaines venue de Bangui, de Bria et de Bangassou s'est rendue à Nzako depuis le 20 septembre 2013 pour ces opérations », a-t-il expliqué.

 

A en croire des sources officielles à Bangui rapportant des indiscrétions du président de la transition Michel Djotodia au président du Conseil national de transition (CNT, organe législatif de transition), Alexandre Ferdinand Nguendet, ces rebelles auraient exigé une portion de terre centrafricaine pour installer leurs familles, car, c'est depuis plusieurs années qu'ils ont quitté leur pays d'origine, l'Ouganda, et ensuite la République démocratique du Congo (RDC, leur ancienne base arrière). Dans le même temps, d'autres informations ont fait état cependant d'une attaque de ces hommes armés contre un chantier minier de Bria lundi. Aucun bilan n'a été communiqué. D'après un habitant de la ville joint par Xinhua, ces rebelles sont à la recherche des pierres précieuses dans cette zone.

 

La LRA sévit en Centrafrique depuis 2008. La tête de Joseph Kony, son mystérieux leader, a été mise à prix par les Etats-Unis qui ont déployé 100 experts militaires dans la région de Haut- Mbomou pour sa traque. Kony est aussi sous le coup d'un mandat d'arrêt international émise par la Cour pénale internationale (CPI) basée à La Haye aux Pays-Bas.  

Centrafrique : 2.600 rebelles de la LRA déposent les armes à N'Zako (est)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com