Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 14:27

 

 

 

 

Zarambaud.jpg

 


            Par Radio France Internationale (RFI), les Centrafricains avaient appris, qui avec joie, qui avec courroux, que le Ministre de la Communication GAZAM – BETTY avait courageusement supprimé l’émission “Yé so é lingbi ti inga” (ce que nous devons savoir).

 

            Nombre de centrafricains étaient cependant demeurés dubitatifs, car l’ancien Ministre d’Etat Cyriaque GONDA, dont le Parti est pourtant membre de la Majorité Présidentielle, avait déjà pris la même mesure, mais avait dû battre en retraite sur injonction du Président de la République.

 

            Ces centrafricains n’ont pas eu tort car, quelques jours plus tard, « yé so é lingbi ti inga », d’Abakar PIKO, ci-devant chaud partisan de l’ex-Ministre d’Etat Sylvain DOUTINGAÏ, a repris du service comme si de rien n’était, au grand dam du Ministre GAZAM – BETTY, dont on attend la réaction outrée.

 

            On aurait cependant tort de croire que rien n’a changé. En effet, tout comme les autres émissions siamoises « bango ndo ti gbia ti kodro » et « patara », spécialiste de la flagornerie sans aucun esprit critique comme s’il s’agissait de glorifier Dieu le Père qui jamais ne se trompe, « yé so é lingbi ti inga » a dû plier sous le vent impétueux de la lutte pour la démocratie et des évènements.

 

            C’est ainsi que si l’émission « yé so é lingbi ti inga » renaît de ses cendres comme le phœnix, elle est devenue en quelque sorte comme un serpent vénimeux auquel on aurait enlevé sa poche de venin. Elle ne peut plus injurier nommément et impunément tous ceux qui ne sont pas partisans de la vérité officielle, y compris des ex-Premiers Ministres tels Messieurs ZIGUELE et KOYAMBONOU. Elle est réduite à défoncer des portes ouvertes, à éructer des banalités et, au mieux, à faire double emploi avec l’émission de KAYE LAOUTOU, pour demander aux centrafricains de renoncer à la violence et d’aimer leur pays.

 

            En glorifiant systématiquement et outrageusement toutes les actions du Chef de l’Etat sans jamais exprimer de critiques sur tel ou tel aspect de ces actions, « yé so é lingbi ti inga » croit lui rendre service, mais en réalité elle le dessert, dans la mesure où elle le conforte dans les fautes ou dans les erreurs qu’il peut commettre, comme tout être humain : « Errare humanum est, sed perseverare diabolicum » (l’erreur est humaine, mais persévérer dans l’erreur est diabolique).

 

            Comme on le vociférait du temps où j’étais étudiant, « ce n’est ! – qu’un début ! – continuons le combat ! », le combat pour la liberté d’expression, l’expression d’opinion diverses, le bannissement de la flagornerie qui glorifie les actions sans jamais exprimer aucune critique pour les améliorer si elles sont bonnes et les abandonner si elles sont mauvaises.

 

            Seul Dieu ne se trompe jamais.

 

Maître ZARAMBAUD Assingambi.

 

Bangui, le 22 Février 2013

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion