Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 23:53

 

 

 

Clement-Boute-Mbamba.jpg

 

balle-de-basket.jpg

basketball-fauves.jpg

 

 

Pour Un Afrobasket à la dimension de nos ambitions.

 

 Une première victoire

Réuni du 21 au 23 novembre 2012 au Caire (Egypte), le congrès de la FIBA-Afrique a retenu les dossiers de la République Centrafricaine et de l’Angola sur les quatre candidatures(1) à l’organisation de l’Afrobasket 2015. La décision d’attribution sera prise à Abidjan  en marge de l’Afrobasket  2013 qu’abritera la capitale économique de la Côte d’Ivoire, compétition pour laquelle les fauves-Basket se sont récemment qualifiés à Bangui lors du tournoi de la Zone IV.

Seul pays de la région ayant organisé et abrité une compétition continentale de Basket-Ball, la candidature de Bangui 2015 n’est pas uniquement celle de la République Centrafricaine  mais aussi et surtout celle de la CEMAC et de l’ensemble de la Zone IV FIBA-Afrique privée d’Afrobasket (2) depuis bientôt 40  ans.

logo-Fauves-du-Bas-Oubangui-Alazoula.JPG                                                                                                                                                 © Bertrand Alazoula Pilongo.  

Face à la montagne Angolaise, il est impérieux que soit mise en place une diplomatie  à 3 volets : sportif, économique et politique…pour que la fumée blanche qui sortira du conclave d’Abidjan en aout 2013 prenne la direction de Bangui.

C’était comment hier ?

En 1974, sur impulsion de François W. PEHOUA, la République Centrafricaine organisa sa 1ère compétition continentale toutes disciplines confondues. Ce fut notre premier titre.

Du 07 au 08 mars 1975, s’est déroulé à Bangui le 2ème sommet France-Afrique (3) avec la présence de neuf chefs d’état, un Premier ministre et cinq délégations ministérielles.

En 1989 et 2009, la RCA abrita le tournoi régional de football dit « Coupe de la CEMAC » dont l’édition de 2009 fut remportée par les fauves-football.

De ses origines à nos jours, près d’une demi-dizaine de compétitions de la Zone IV FIBA-Afrique se sont déroulée à Bangui.

C’est, enrichie de ces expériences accumulées, que la RCA est appelée à assurer  la candidature de Bangui 2015.

 

 

Abidjan, un enjeu déterminant

A plus six minutes, les Centrafricains ont assisté impuissants à l’élimination des fauves-football par les étalons à Ouagadougou en match retour qualificatif pour la CAN-Orange 2013. Malgré les irrégularités manifestes entourant cette déconvenue, il est urgent que les responsables sportifs  de notre pays s’instruisent  des manquements dans l’organisation  non seulement de ce match mais surtout de la participation des fauves durant cette épopée pour s’imprégner de l’environnement qu’il faut créer afin de se hisser au firmament du sport continental, prélude au mondial car Ouagadougou ne fut pas qu’une défaite sportive.

L’Angola a eu l’honneur d’organiser à trois reprises l’Afrobasket : 1989 – 1999 – 2007. Il a remporté 8 des 10 derniers Afrobasket et 3 des 5 derniers Jeux Africains. 15ème au  top  20 de la FIBA, les  « Palancas negras » sont non seulement la 1ère Team d’Afrique mais possèdent aussi les infrastructures les plus modernes de toute l’Afrique sub-saharienne de Dakar à Addis-Abeba, de N’Djamena à Johannesburg.

Misé sur le seul fait que la CEMAC ainsi que la Zone IV (4) n’aient pas abrité le tournoi continental depuis presque 40 ans, c’est offrir à l’Angola le ticket gagnant sans effort. Il faut donc maximiser nos atouts pour l’emporter.

Que faire ?

Organiser une compétition continentale ou mondiale est souvent une occasion pour moderniser les infrastructures, améliorer les conditions d’existence et s’offrir durant la période de compétition une vitrine de communication dont il faut espérer des retombées  économiques et sociales.

1 : Infrastructures

a) Gymnases et centres d’entraînement

Le Palais Omnisports : Gymnase 1

Si ce gymnase a reçu une homologation FIBA pour organiser  le tournoi zonal d’octobre 2012 à Bangui suite à sa rénovation expresse, il faut reprendre le cahier de charges de la FIBA afin de poursuivre son exécution et l’arrimer définitivement aux standards internationaux ;

Le Centre National de Basket-Ball Martin Ngoko : Gymnase 2

Temple du Basket-Ball centrafricain depuis 1974, un projet de rénovation était en instance avant que le Bureau de la FCBB n’opte pour le Palais Omnisports. Bangui 2015 est donc l’occasion pour doter l’agglomération Banguissoise d’un second gymnase (5) aux standards internationaux et permettre à ce que la compétition puisse se dérouler dans deux gymnases ;

projet-renovation-CNBB.JPG

Projet de rénovation CNBB-MN. © Fédération Centrafricaine de Basket-Ball.

 

Les Centres d’entrainement :

Pour les 16 équipes en compétition, il est indispensable d’avoir 4 terrains d’entraînement en parquet. La cartographie de ces aires d’entraînement doit prendre en compte les lieux d’hébergement et de compétition d’une part et la réaffectation de celles-ci après la période de compétition d’autre part (6) :

Lycée d’Etat des Rapides (Bangui-Est)

CNEPS (Bangui Nord et Centre)

Maison des Jeunes de Castors (Bangui-Sud)

Ecole Georges Koudoukou (Bangui-Ouest)

 

centres-d-entrainement.JPG

Cartographie des centres d’entraînement, Bangui 2015. Projection CBM. (7)

 

Cité des Sports :

Bangui 2015 est une opportunité pour la municipalité et les autorités gouvernementales d’optimiser les infrastructures sportives de la ville. Dans ce chapitre, l’édification d’une « Cité des Sports » dans le périmètre du palais Omnisports et le Complexe Sportif Boganda est un impératif.

Outre le Palais Omnisports, le Stade Barthelemy Boganda et le stade de 20.000 places, la Cité des Sports de Bangui comprendra (8) :

L’Institut National du Sport ;

Le Musée National du Sport ;

Le Centre National d’accueil Sportif ;

La Clinique Sportive et Scolaire ;

Le Centre de Presse de Bangui ;

Le Parc sportif ;


Cité des Sports de Bangui. Projection CBM. cite-sportive.JPG

b) Capacités hôtelières

Avec une capacité hôtelière globale d’environ 800 chambres dont 85% à Bangui soit 7 fois moins que la capacité hôtelière angolaise, la candidature de Bangui à l’organisation de l’Afrobasket 2015 est une opportunité pour moderniser et étendre le parc hôtelier Banguissois. En sus de la construction dans le cadre de la « Cité des Sports de Bangui » d’un Centre d’hébergement et d’accueil » de nos équipes nationales, une sorte de « Clairefontaine » des bords de l’Oubangui, le gouvernement devra créer un  « fFonds de Développement Hôtelier » qui étudiera les dossiers des entreprises hôtelières Banguissoises afin de financer en tout ou en partie les travaux de modernisation et d’extension du parc hôtelier. L’objectif à atteindre dans le cadre de l’Afrobasket 2015 est de multiplier par au moins 2,5 la capacité hôtelière de la Commune de Bangui.

c) Routes-Ponts

Avec le délestage électrique, la dégradation des routes de la capitale centrafricaine est l’une des faiblesses majeure de sa candidature. Il faut en toute urgence lancer le chantier de la rénovation des principaux axes routiers (9) de la ville :

Avenue des Martyrs : section aéroport-université de Bangui ;

Avenue de France : section  Parvis de la Cathédrale - Commissariat 5ème arrondissement ;

Route de Ouango : section Oubangui Hôtel – Marché de Ouango ;

Avenue Koudoukou : Section Croisement Georges Koudoukou – Place Marabena.

2 : Diplomatie Sportive

Si la qualité des infrastructures est nécessaire, elle n’est cependant pas suffisante. L’autre bataille est celle de la communication et de la diplomatie sportive. En couple avec le bureau de la FCBB, il conviendrait de mettre en place un comité d’organisation  réunissant sportifs et communicants œuvrant quasi à temps plein pour la désignation, l’organisation du tournoi et la gestion de la compétition.

Ce comité d’organisation  s’articulerait  autour de :

Joueurs :

Gabriella GUEGBELET - Aline BENGAÏ - Viviane KOPIA AZOR - Romain SATO – Max KOUGUERE - Anicet LAVODRAMA - Eugene PEHOUA – Fred GOPORO - Maurice BEYINA - Jean de Dieu MAGEOT - SONNY POKOMANDJI – Jean Pierre KOTTA – Jean BENGUE.

Communicants :

       Cyrille NGARIO – Christian Aimé NDOTAH – Symphorien CROZON-CAZIN

3 : Diplomatie Politique

L’appui gouvernemental est primordial pour Bangui 2015. La mise en place d’une structure diplomatique chargée de porter la candidature de notre pays et de la « vendre » requiert célérité. Il s’agit de rallier, au plus haut niveau, le plus grand nombre de voix tout en faisant échec aux effets collatéraux de pétrodollars angolais.

L’Afrobasket 2015 vaut tournoi qualificatif pour les Jeux Olympiques de Rio de Janeiro. Le Comité National Olympique et Sportif Centrafricain (CNOSCA)  s’investira volontiers dans ce chantier.

Nguinza a yéké na ya ti gogoro ti kodoro ni apé

Une candidature à l’organisation d’une compétition continentale appelle à une mobilisation financière conséquente. Celle-ci ne peut s’opérer par les traditionnels canaux de financement centrafricains, à majorité constitués d’aide. Bangui 2015 nécessite la réalisation de nombreuses infrastructures et l’amélioration de l’existant. Certaines âmes bien pensantes ne manqueront pas de demander le plan de financement d’une telle ambition. Interrogation légitime à adresser à qui de droit. Néanmoins pour ce qui concerne la présente contribution dont l’objectif est de consolider la candidature de Bangui 2015, une solution de financement existe.

Avec des indemnités d’environ Un million de Fcfa par mois sans compter d’autres frais accessoires,  les députés centrafricains ont un traitement très élevé par rapport à ceux des autres agents de l’état. Qualifiés de « élus du peuple », ceux-ci doivent être en avant dans la mobilisation pour Bangui 2015.

Solution n°1 : Pour ce faire, je saisis officiellement le Député de ma circonscription, le 2ème arrondissement de Bangui ; Monsieur Théophile Sonny Colé aux fins de déposer une proposition de loi à l’Assemblée Nationale réduisant d’1/4 les indemnités parlementaires sur une période de 3 ans afin de participer à l’effort national pour l’Afrobasket 2015.

120 députés x 250.000 Fcfa x 12 = 360.000.000 Fcfa/an soit 1.080.000.000 Fcfa sur 3 ans.

Solution n°2 : 2ème poste de dépense budgétaire pour l’exercice 2013, la défense nationale représente 8,84% du prochain budget soit 22.984.000.000 Fcfa.  Réduit à 6% (10), cela permettra au gouvernement de dégager environ 7.384.000.000 Fcfa soit 2,6% du Budget pour l’année 2013. Inscrit dans un cahier spécial « Bangui 2015 » via une rectification de la loi des finances 2013, cette mobilisation sur deux années permettra de mettre à la disposition du comité d’organisation de l’Afrobasket et de la Commune de Bangui, près de 15.000.000.000 Fcfa soit 85% de l’enveloppe nécessaire à la réalisation des infrastructures pour l’organisation de l’Afrobasket 2015. La différence pouvant être complétée par la réduction des indemnités parlementaires ainsi que le sponsoring.

 

 

 I have a dream: Habemus Bangui


“I have a dream. This dream is that in Abidjan in August 2013, FIBA choose Bangui to host the continental competition in 2015.”

J’ai fait un rêve. Ce rêve, c’est que ce jour-là  à Abidjan, la FIBA dise : « Habemus Bangui »…

…Car Bangui 2015, ce sera  d’abord la fête de la jeunesse centrafricaine, de l’Unité, du Sport, de la CEMAC et de la Zone IV.

Ensuite Bangui 2015 sera la fête du Basket Africain et de sa jeunesse. Du Panafricanisme et toute l’Afrique qui sera au rendez-vous de Bangui, le cœur du continent.

Enfin Bangui 2015 ce sera  la fête de la Renaissance Banguissoise et de toute la RCA.

Avant d’être le défi de la CEMAC ou de la Zone IV FIBA-Afrique, Bangui 2015 est notre défi. Il dépasse le cadre de la Fédération Centrafricaine de Basket-Ball et du gouvernement et appelle à une action réfléchie, globale et efficace. Ce défi, pour être remporté exige que soient bannis l’amateurisme, la navigation à vue et la gestion patrimoniale. Remporter la désignation à Abidjan est possible, pourvu que l’on fasse dans l’excellence.

 Cette tribune est mon apport à cette aventure palpitante qui fait remonter à ma mémoire les joyeux souvenirs de 1987 où gamin de dix ans, j’assistais à la deuxième victoire des fauves et  à cette passion qui s’est déchainée aux quatre coins du pays, bannissant les barrières imaginaires ou réelles et nous donnant la fierté d’appartenir à un seul ensemble : LA NATION CENTRAFRICAINE (11).

 

                                                                                                               Clément DE BOUTET-M’BAMBA

Post-Scriptum :

Une certaine presse a récemment fait écho de l’existence au sein du Palais Omnisports  de cellules [cachots] d’emprisonnement. Si cette information est exacte, il est urgent que les autorités compétentes fassent le nécessaire afin de mettre un terme à cela. Car l’existence de celles-ci détourne non seulement le gymnase de son objet principal mais pourrait constituer un facteur bloquant à l’attribution de l’Afrobasket 2015 que les adversaires de Bangui, les Angolais ; ne manqueront pas d’exploiter car à ce stade, rien n’est laissé au hasard.

La question de l’édification d’une Cité des Sports dans le périmètre du Palais Omnisports entraine celle du déplacement des populations incluses dans ce périmètre. Une commission ad ’hoc composée des autorités locales, municipales ainsi que du département des sports et celui de l’habitat peuvent définir les contours de celui-ci.

La FCBB doit déposer le dossier de Bangui pour abriter la 29ème Coupe d’Afrique des Clubs Champions de Basket-Ball en novembre/décembre 2014 afin de procéder au rodage des infrastructures devant servir pour l’Afrobasket 2015.

*Yassitoungou : Emprunt linguistique « Banda » littéralement traduit par : la femme au bracelet (bague). Yassi = Femme et Toungou = Bracelet ou Bague. Une femme appelée YASSITOUNGOU en pays Banda est une femme « réservée et ou promise [je préfère le terme Fiancé] » à un homme. La tradition Yassitoungou fut popularisée par une Chanson de l’orchestre « Vibro Succès » dans les années 60 racontant l’histoire d’une femme courtisée pendant une longue période. Elle est passée dans le jargon sportif national à la faveur des performances des Fauves qui poursuivirent le trophée continental pendant une longue période finissant 3ème en 1968, 4ème en 1970 et 1972 pour finir par remporter le trophée en 1974. Le trophée fut donc nommé Yassitoungou à l’image de cette femme dont la cour dura…longtemps bien qu’étant promise.

         1 :  Candidats à l’Afrobasket 2015 avant le congrès de la FIBA [Sénégal, Egypte, Angola et RCA]

2 :  Précédemment appelé : Championnat d’Afrique de Basket-Ball Masculin

3 : 2ème sommet France-Afrique du 07 au 08 mars 1975 à Bangui : Michel Micombero (Burundi), Maréchal Jean-Bedel Bokassa    (RCA), Félix Houphouët-Boigny (RCI), Valéry Giscard d’Estaing (France),Omar Bongo (Gabon), Général Sangoulé Lamizana (Burkina-Faso), Lieutenant-colonel Seyni Kountché (Niger), Général-major Juvénal Habyarimana (Rwanda), Léopold Sédar Senghor (Sénégal), Sir Seewoosagur Ramgoolam (PM Ile Maurice) Barthélémy Ohouens(Ministre de la Justice-Benin),Thiéoulé Konaté (Ministre des Finances – Mali), Edem Kodjo (Ministre des Finances – Togo), Niati Boula Mandongo (Commissaire d’Etat aux Affaires étrangères – République Démocratique du Congo)

  4 : FIBA-Afrique Zone IV : Cameroun, Centrafrique, République du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, République   démocratique  du Congo, Sao Tomé-et-Principe, Tchad.

5 : Le Centre National Basket-Ball Martin Ngoko abritera après l’Afrobasket 2015  les matchs du championnat national de  Volley-Ball, de Hand-Ball ainsi que ceux de la 2ème division de la ligue de Basket-Ball.

6 : Quatre gymnases couverts, dotés d’une aire de jeux en parquet ou synthétique et de toutes les commodités (sanitaires, vestiaires, salle de réunion…) serviront  après l’Afrobasket 2015 de terrain d’entraînement  pour  certaines équipes de la ligue nationale de Basket-Ball mais aussi de salle de réunion, de spectacle, de conférence…

      7 : ©  http://www.hdptcar.net/fr/documents/bangui-carte-de-r%C3%A9f%C3%A9rence-a0-juin-2009

      8 : Cité des Sports de Bangui :

L’Institut National des Sports : - Centre National de Formation des Professeurs en Education Physique et Sportive

                                                - Centre d’Entrainement, de préparation des équipes Nationales et de suivi des  sportifs

Le Musée National du Sport :     Archives Sportives Nationales et Centre de Documentation

Le Centre d’Accueil Sportif :       Centre d’accueil et de regroupement des équipes nationales. Capacité : 40 personnes.

La Clinique Sportive et Scolaire : Unité médicale de prise en charge intégrale du sportif, des élèves et  des étudiants.

Le Centre de Presse de Bangui :

Le Parc sportif : Tennis – Natation – Palais Omnisports – Stade 20.000 places (Football) – Stade Boganda (Rugby)…

  9 : La rénovation de ces axes routiers entraine obligatoirement celle des ponts et passerelles  effondrés.

10 : Certains seront tentés de notifier que la RCA est un pays en guerre. D’ailleurs au moment de la rédaction de cette tribune, la presse faisait état d’une attaque sur Ndélé-Sam Ouandja-Ouadda.  Réfuter cette réalité serait stupide. Cependant, la gymnastique budgétaire pour permettre à l’état de dégager les marges pour financer Bangui 2015 ne peut se faire que sur le chapitre « défense » du budget 2013 d’une part et aussi parce que depuis 6 années où nous faisons face aux différentes rebellions, les dotations se sont multipliées, permettant aux FACA, si elles étaient mieux organisées de faire face à l’ennemi sans saigner l’état.

11 : à l’instar des différents mouvements de soutien aux fauves football, il faut que soit mis en place, un club (association) pour soutenir la candidature de Bangui 2015. Cette structure qui mobilisera tous les citoyens et amis de Centrafrique, viendra en appui aux structures institutionnelles et mobilisera le pays pour la réussite de son Afrobasket.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion