Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 00:20

 

 

 

 

 

Presses Académiques Francophones

 

couverture-livre-Doui-Jeremie.JPGcouverture-livre-Doui-Jeremie.-2-JPG.JPG

 

 

 

Préface

La République centrafricaine, pays au cœur du continent africain, s’est engluée, année après année, dans une insécurité quotidienne se traduisant par une extrême souffrance de sa population. L’auteur de cet ouvrage a, lui-même, connu cette infamie. C’est pourquoi, il a  consacré son travail de thèse à  comprendre les raisons de cette situation et à proposer des solutions. Mesurer la part du droit dans ce renouveau étatique fut la ligne directrice de sa réflexion. Elle constitue l’épine dorsale de cette recherche.

Comment le droit peut-il servir la cause de la sécurité, elle-même vectrice d’une stabilité institutionnelle et politique, voilà tout le propos de cet ouvrage. Traiter cette question sous l’angle du droit est un exercice périlleux.  En effet, aborder un tel sujet supposait de dégager les raisons de l’affaissement des structures étatiques, pour ensuite construire des propositions réalistes susceptibles d’aboutir à l’Etat de droit.  L’approche juridique a donc été privilégiée, sans pour autant ignorer la dimension politique.  Le défi était difficile et l’auteur a su le relever.

En effet, sans ignorer les conséquences de la décolonisation, puis celles de la présence française comme obstacle à l’autonomie de la RCA, Monsieur Augustin Jérémie DOUI WAWAYE s’est attaché à examiner les normes principielles fondatrices de l’Etat et à les confronter à la réalité constitutionnelle de son pays. Il s’agissait, ensuite, non pas de les transposer de façon artificielle mais plutôt de chercher à les façonner pour les rendre applicables dans le contexte local. En réalité, le but ne consistait pas à faire un état des lieux des forces extérieures qui ont empêchées la création d’un Etat souverain s’inscrivant dans la démocratie et l’Etat de droit, mais plus de mettre à nu l’impuissance de cet Etat dans sa capacité à faire respecter la norme constitutionnelle et les règles qui en découlent, donc de mettre en évidence l’absence d’un ordre juridique. Sur la base de ce constat, toute la réflexion consiste justement à dépasser ces rapports de force internes et externes et de rechercher comment mettre en place un Etat de droit, non seulement formel mais également substantiel.

Pour atteindre cet objectif, il a donc été nécessaire de dresser un bilan des causes de l’instabilité : la multiplication des coups d’Etat, le rôle de l’armée, la situation de pauvreté, la libre circulation des armes, l’absence du multipartisme...bref, tous les ingrédients sapant les fondements de l’Etat de droit et de la démocratie. Il ressort de cette analyse que cette instabilité doit être combattue par la recherche de la sécurité. Elle doit être « la fondation de l’Etat centrafricain ». La restauration de la puissance de l’Etat passe donc par la sécurité, sans que ne soient compromises les libertés individuelles. Mais, le concept de sécurité se libère ici des oripeaux traditionnels pour se nourrir de nouvelles composantes. C’est là que se situe l’apport essentiel de cet ouvrage. Monsieur Augustin Jérémie DOUI WAWAYE se livre alors à un réexamen de ce qu’il est convenu de qualifier de « sécurité ». Certes le maintien de l’ordre, mais surtout, il s’agit ici de traiter juridiquement les causes de l’insécurité par la reconnaissance des droits économiques et sociaux, par l’amélioration de la connaissance du droit par les citoyens, par un accès réel à la justice. Cette sécurité suppose également, selon l’auteur, la création d’une dynamique fondée sur une relance de la politique macro-économique.

 

 

En définitive, Monsieur Augustin Jérémie DOUI WAWAYE met l’accent sur l’obligation de protéger les droits humains comme source de sécurité. Ce n’est qu’à cette condition que l’Etat centrafricain sera en mesure de recouvrer sa puissance et d’assurer à ces citoyens les droits et libertés.

L’ouvrage qu’il livre, nourri d’une parfaite maîtrise de la technique juridique, propose une véritable redéfinition de la sécurité, puisqu’elle se fonde sur l’indivisibilité des droits humains. Cette thèse invite et ce n’est pas son moindre mérite, à la réflexion sur l’Etat de droit, au-delà même du cas de la République Centrafricaine.

Il ne revient certainement pas au préfacier d’exposer plus avant les apports de cette thèse, il appartient à chaque lecteur d’en apprécier la richesse. Qu’il soit permis de souligner que l’auteur, par de-là sa grande connaissance du droit, a su montré également d’autres qualités : une grande pugnacité, du courage et une indiscutable capacité à maintenir à distance les risques d’une certaine subjectivité eu égard à l’objet de la recherche.  

Nul doute que le lecteur sera reconnaissant à Monsieur Augustin Jérémie DOUI WAWAYE d’inviter au débat sur un thème où l’individu demeure au centre de la réflexion.

 

 

Philippe ICARD

CREDESPO

Faculté de droit et de science politique

Université de Bourgogne

 

 

 

quatrieme-couverture-Doui-Jeremie.JPGquatrieme-couverture-Doui-Jeremie.-2-JPG.JPG

 

 

Presses-Academiques-Francophones.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Livres - Médias