Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 02:10

 

 

 

http://www.sudouest.fr  02/04/2013 à 06h00

 

Luce-Raymond-Bomongo.jpg 


Figure de la diaspora à Bordeaux, le président de l’Observatoire de la bonne gouvernance préconise le changement.

 

 

« Sud Ouest ». Entre le président déchu François Bozizé et celui qui s’installe, Michel Djotodia, soutenu par la rébellion Séléka, où se situent les démocrates de la diaspora centrafricaine que vous dites représenter ?

 

Lucé Raymond Bomongo (1). La diaspora, constituée surtout d’intellectuels, était à 80 % dans l’opposition. Aujourd’hui, c’est l’inverse : le parti KNK de Bozizé est majoritaire pour la simple raison que, pour faire des affaires au pays, il faut être encarté « majorité présidentielle ». En Centrafrique, le triptyque cyclique des dix ans - coup d’État, dictature du prolétariat et course à l’enrichissement rapide en paupérisant le peuple - nous offre son lot d’humiliations et de désolation. Notre Observatoire est là pour promouvoir la bonne gouvernance démocratique, judiciaire, économique, financière. À ce titre, nous ne pouvons que condamner la prise de pouvoir par la force. Les démocrates de la diaspora sont du côté de la raison, celle qui a prévalu le 11 janvier 2013, lors de la signature des accords de Libreville II. Lesquels accords ont été torpillés par l’ex-président Bozizé, ce qui a poussé Séléka à le chasser.

 

La communauté internationale a condamné le coup de force des rebelles. Qu’attendez-vous d’elle ?

 

La Centrafrique, en état de mort clinique, a besoin de soins intensifs. Je prends acte de l’application de la doctrine de l’Union africaine en matière de rébellions armées, de changement anticonstitutionnel de gouvernement et de ces voix qui condamnent le coup de force. Mais la Centrafrique est enclavée, son indice de développement humain, très bas. Les institutions internationales et régionales doivent éviter de l’isoler, car il y a urgence humanitaire. Nous ne demandons ni l’aumône ni l’acclamation de Séléka mais la prise en charge des attentes populaires : le retour de la sécurité et de l’ordre constitutionnel.

 

Quelle est la situation du pays ?

 

La Croix-Rouge qualifie de « catastrophique » la situation des hôpitaux de Bangui, avec 200 blessés, dont 40 qui doivent être opérés d’urgence. La ville manque d’eau courante, d’électricité, de carburant. Les entrepôts du CICR ont été pillés, mais aussi les bâtiments administratifs, des sociétés privées, les maisons des ex-dignitaires du KNK. On vole des véhicules et des objets précieux chez les particuliers. J’exhorte la communauté internationale à reconsidérer la condamnation de la Centrafrique. J’en appelle à la France, à l’Union européenne, à l’Union africaine, aux organisations humanitaires, pour sauver des vies.

 

Le pays peut-il profiter de la crise pour changer de gouvernance et améliorer le sort des habitants ?

 

Nous savons ce qu’il faudrait faire. Mais nos préconisations n’ont jamais été appliquées par les prédécesseurs de Michel Djotodia. Je pense au détournement des fonds réservés à la démobilisation, au désarmement et à la réinsertion (DDR), un élément déclencheur des hostilités contre Bozizé. Comment peut-on qualifier de pauvre un pays qui fait 9 % de croissance et dispose de ressources minières et minéralogiques si vastes ? Mauvaise gouvernance, corruption étatisée, régionalisme gangrènent le pays. La solution ? Mieux répartir la richesse, faire monter une nouvelle génération de jeunes intellectuels et de technocrates à des postes clés. Le gouvernement doit aussi reprendre la coopération militaire avec la France. L’urgence sociale appelle une tout autre politique.

 

Recueilli par Christophe Lucet

 

(1) Président de l’Observatoire centrafricain de la bonne gouvernance, basé à Bordeaux.

 

 

 

Le dernier coup d’Etat …

 

http://www.lejournalinternational.fr 

 

Bozizé heberlué


Tribune libre  Etienne Segnou, correspondant à Douala

 

Mardi 2 Avril 2013

 

Dimanche 24 mars 2013, le président centrafricain, François Bozizé, a été chassé du pouvoir par la rébellion nommée Séléka. Bozizé a été victime du même coup d’Etat qui l’avait fait arriver au pouvoir il y a exactement dix ans, confirmant une fois de plus qu’en politique, « qui tue par l’épée périt par l’épée ».

 

Cet énième putsch sur le continent africain mérite d’être fermement condamné comme l’ont fait l’Union africaine et l’Union européenne, puisque les négociations étaient en cours entre les parties en conflit. Mais on est aussi en droit de se demander pourquoi il n’y a pas eu cette même condamnation de la part de ces institutions lors des coups de force de Côte d’Ivoire et de Libye, perpétrés contre les régimes respectifs de Laurent Gbagbo et de Mohammar Kadhafi. 


Y aurait-il donc des coups d’Etat que l’on doit soutenir et d’autres que l’on doit dénoncer ?
 

Néanmoins, le nouvel homme fort de Bangui, Michel Djotodia, a rapidement, au cours d’une conférence de presse donnée cette fin de semaine, calmer l’opinion nationale et internationale en promettant qu’il ne sera pas candidat aux prochaines élections présidentielles prévues dans trois ans. Faudrait-il le croire ?

 
On se souvient en effet que le Général Robert Guei avait fait la même promesse en Côte d’Ivoire lorsqu’il prit le pouvoir suite à un putsch savamment fomenté contre Henri Konan Bédié. Il soutenait alors ne pas être « un ambitieux du pouvoir », et d’être « venu pour balayer la maison », et partir une fois ce travail fait. Pourtant, il s’est par la suite accroché au pouvoir, même après avoir perdu les élections contre Laurent Gbagbo en 2000. Michel Djotodia finira-t-il par faire comme le Général Robert Guei ? 


Quoi qu’il en soit, il est grand temps que la prise du pouvoir par les voies illégales cesse en Afrique, possédant le record des putschs. Quiconque voudrait conquérir le pouvoir devrait d’abord conquérir les masses par le suffrage universel. Autrement, l’Afrique continuera à garder l’image d’un continent où pour prendre le pouvoir, il suffit de prendre les armes. Or, tout pouvoir que l’on conquière par les armes et la force, on le dirige par les armes et la force.

 
Il est donc grandement souhaitable que le coup d’Etat de Bangui soit le dernier dans ce pays, mais aussi sur tout le continent africain afin de qu’il garde l’image d’un continent où le pouvoir se prend par les voies légales. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers