Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 02:15

 

 

 

 

fric en CFA

 

 

En République centrafricaine : les universitaires demandent une augmentation salariale

Par RFI  jeudi 04 août 2011

A Bangui, l'université reste paralysée. Les enseignants sont toujours en grève. Ils revendiquent de meilleures conditions de vie, notamment une réévaluation de leurs salaires. Une rencontre avec Jean Wilibiro Sacko, le ministre de l'Enseignement supérieur, s'est tenue mercredi. Aucune issue n'a été trouvée, explications du ministre : les caisses de l'Etat sont vides.

 

NDLR : C'est l'opposé de la langue de bois habituelle des membres du gouvernement. Ce ministre a lui, le mérite de la clarté et va droit au but avec franchise, confirmant ainsi la tiédeur initiale qu'on lui a prêtée d'accepter  ce département empoisonné de l'enseignement supérieur . Mais seulement la vraie question est de savoir qui a vidé les caisses de l’Etat ?

Il a fallu attendre que ce soit le FMI qui vienne lever le lièvre des 49 milliards de F CFA volatilisés du Trésor. A quoi tout cela a bien pu servir si ce n’est d’acheter des armes et des hélicoptères de guerre ; réparer l’épave du Hercules C 130 de BOZIZE et entretenir coûteusement son équipage tchadien et payer l’entreprise portugaise qui s’en occupe ; voler les élections pour conserver le pouvoir. Cela s’est forcément fait au détriment de l’Université de Bangui, des jeunes étudiants et leurs enseignants. Quid des promesses électorales démagogiques de BOZIZE dont la seule préoccupation pour les étudiants est de permettre à l'orchestre de l'université d'acheter des instruments de musique pour chanter des chansons à sa gloire ?  

En 2010, la société minière Axmin/Aurafrique a versé 8 millions de dollars US de bonus dont aucune trace n’existe au Trésor. Pourtant le pouvoir n'arrête pas de nous rabattre les oreilles avec l'Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE). Ce sont justes des balivernes pour mieux cacher les bonus. Où est parti cet argent dont une partie aurait pu résoudre les problèmes actuels de l’Université ? BOZIZE et BIZOT ont contracté en 2008 un prêt de 29,5 millions de dollars US en Inde pour soi-disant construire une cimenterie et acheter des bus de transport. On attend toujours le premier sac de ciment promis d'être produit un après la pose de la première de l'usine de Nzila. Où est parti tout le reste de l’argent emprunté au nom de l’Etat centrafricain ? L’achat d’une centaine de bus ne peut pas avoir épuisé tout ce pactole qui a lui aussi été caché au Trésor et au FMI ?

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique