Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

3 juin 2012 7 03 /06 /juin /2012 23:03

 

 

 

 

Ndoutingaye.jpg

 

Bangui, 3 juin (C.A.P) – Plusieurs jeunes manifestement soudoyés et commandités par Sylvain Ndoutingaï ont tenté de manifester ce dimanche à Bangui dans les environs du Pk 13, à quelques encablures du domicile de l’ex-ministre d’Etat des finances et du budget brutalement limogé du gouvernement vendredi dernier par le général Bozizé.

Cette tentative de manifestation en faveur de Ndoutingaï très vite dispersée par les forces de l’ordre est la preuve que l’ex-« vice-président » n’a pas l’intention de s’avouer vaincu et qu’en tout état de cause, il ne compte pas se laisser faire. C’est un avertissement gratuit pour  Bozizé et son clan.

Si suffisamment de preuves existent établissant que Ndoutingaï a tenté un coup de force, il doit être traduit en justice comme certains qui, pour une simple fiche mensongère, sont immédiatement mis aux arrêts de façon spectaculaire avec hyper médiatisation. Ce fut notamment le cas de Jean Jacques Demafouth et le député de Birao 2.

Bozizé ne tardera sans doute pas à s’apercevoir que placer seulement Ndoutingaï en résidence surveillée ne suffira pas à le contenir. Un placement carrément en geôle pourrait peut-être s’avérer indispensable vu que l’intéressé a noyauté par ses hommes liges et autres obligés, quasiment toute l’armée, la garde présidentielle, la gendarmerie, la police et l’ensemble de l’administration centrafricaine sans oublier le gouvernement où il dispose aussi de quelques « doungourou ».

 Pour quelle raison, le domicile d'un ministre doit abriter un dépôt d'armes de guerre et de munitions? Les Centrafricains doivent avoir une explication. De même, ils doivent savoir pourquoi, les autorités américaines ont refusé de délivrer un visa d'entrée et de séjour à un ministre d'Etat centrafricain, de surcroît en charge des finances se rendant aux assemblées annuelles de la Banque Mondiale et du FMI. 

 Des investigations judiciaires sur les raisons de l’enrichissement sans cause (à Bangui, en Afrique, en France, aux Amériques, aux Caraïbes et ailleurs) de  Sylvain Ndoutigaï sont nécessaires et  impératives.  Les Centrafricains ont le droit de tout savoir de ce que cet individu a pu  siphonner de leurs poches en dix années. 

 Rendre des comptes au peuple centrafricain fait aussi partie des préalables d'un dialogue politique adulte. Bozize joue sa dernière partie de poker menteur. Le limogeage de Ndoutingaï seul ne suffit pas.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique