Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 15:50

 

 

Zingas-Aurelien.jpg

 

Centrafrique : la CEI, théâtre d’un incident « armé » ?

 

Par RFI jeudi 27 janvier 2011 Nicolas Champeaux

En Centrafrique, la Commission électorale indépendante (CEI) devrait publier les résultats des élections présidentielles et législatives le vendredi 28 janvier 2011. Pour l’heure, les procès-verbaux des provinces continuent d’être acheminés au siège de la CEI, à Bangui, qui a connu une visite impromptue d’un candidat. Aurélien Simplice Zingas, ministre de la Jeunesse et candidat indépendant aux législatives, est accusé d’avoir brandi une arme au siège de la Commission. Une accusation qu’il réfute, même s’il reconnaît avoir tancé son personnel.

Le chef de la sécurité de la CEI a été alerté dans l’après-midi du  lundi 24 janvier 2011. « Le ministre terrorisait mes collègues », raconte le lieutenant Mike Steve Yambete. Ce dernier a prié le ministre de quitter la CEI, qui est logée dans l’enceinte de l’Assemblée nationale.

Le ministre a obtempéré pour revenir quelques minutes plus tard, affirme Yambete, avec un pistolet automatique. Le chef de la sécurité a tôt fait de le désarmer. « Je ne suis pas docteur je ne peux pas vous dire si le ministre était ivre » a indiqué à RFI, le lieutenant, qui est l’objet d’une plainte en diffamation. Car le ministre nie catégoriquement avoir menacé qui que ce soit avec une arme.

Aurélien Simplice Zingas reconnaît qu’il était très en colère quand il est arrivé à la CEI, car dit-il, trois urnes de sa circonscription avaient disparu dans la nature. Le lieutenant affirme avoir déposé le pistolet confisqué à la section recherche et investigation de la gendarmerie.

L’enquête interne de la Commission électorale n’a pas permis à ce stade de confirmer que le ministre avait brandi une arme. « Nous essayons de régler ce problème à l’amiable. Nous voulons une élection apaisée » à dit à RFI, Rigobert Wondo, le rapporteur de la CEI

 

NDLR : Après l’affaire Thierry Maléyombo dont on n’entend plus parler, encore un autre affaire de pistolet qui implique un ministre boziziste délinquant. Trop c’est trop. Comment peut-on vouloir régler cette grave affaire « à l’amiable » comme le suggère ce nullard de Vondo ! Cette scandaleuse impunité doit cesser.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique