Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 01:36

 

 

 

medicaments.jpg

 

 

Un traitement ciblé élimine le cancer de la prostate chez certains hommes

WASHINGTON AFP / 17 mai 2012 00h00 - Le traitement d'un laboratoire américain a permis d'éliminer totalement ou en grande partie la tumeur cancéreuse chez certains hommes atteints d'une forme de cancer de la prostate à haut-risque de s'étendre, selon un essai clinique publié mercredi.

Le Zytiga, du laboratoire Johnson & Johnson, qui bloque la production de l'hormone mâle testostérone, était déjà utilisé pour traiter des cancers avancés de la prostate. C'est la première fois qu'il est testé pour des tumeurs de cette glande aux premiers stades de développement, souligne le Dr Mary-Ellen Taplin de la faculté de médecine de Harvard, principal auteur de cette étude clinique publiée par l'American Society of Clinical Oncology.

Ce type de cancer de la prostate localisé est caractéristique d'hommes dont la tumeur a envahi complètement la glande.

Ces malades voient souvent leur tumeur se propager à d'autres organes malgré des traitements agressifs laissant comme seule option une ablation chirurgicale de la prostate.

Dans cet essai clinique, les chercheurs ont traité pendant 24 semaines 29 hommes atteints d'un tel cancer avec du Zytiga combiné à du leuprolide qui réduit la production de testostérone via un mécanisme différent.

Le testostérone stimule la croissance de la tumeur.

Une second groupe témoin de 27 hommes avait pris seulement du leuprolide pendant trois mois, puis du Zytiga et du leuprolide pendant les douze dernières semaines de l'étude.

A la fin de l'essai clinique les hommes des deux groupes ont subi une prostatectomie et les tissus ont été analysés pour déterminer l'étendue du cancer.

Dans le premier groupe, la tumeur cancéreuse avait disparu ou quasiment chez 34% des hommes contre 15% dans le groupe témoin.

Pour ces patients à haut-risque c'est spectaculaire d'avoir très peu ou pas de cancer détectable dans leur prostate après six mois de traitement avec le Zytiga, a jugé le Dr Taplin.

Elle a aussi jugé lors d'une téléconférence que le Zytiga pourrait éventuellement éviter à certains hommes une opération de la prostate qui peut avoir des effets indésirables comme l'incontinence et des problèmes d'érection.

Mais avant cela, il faut mener des essais cliniques plus étendus, a jugé ce médecin.

Le coût actuel du Zytiga est de 5.000 dollars par mois, a-t-elle dit.

Environ 241.000 nouveaux cancers de la prostate seront diagnostiqués aux Etats-Unis en 2012 et 28.000 hommes en décéderont, selon l'American Cancer Society.

(©)

Boire trois tasses de café par jour diminuerait les risques de décès

cafe

 

WASHINGTON AFP / 16 mai 2012 23h00 - Les adultes de 50 à 71 ans qui boivent au moins trois tasses de café par jour pourraient voir leur risque de décès diminuer de 10% par rapport à ceux qui n'en consomment pas, selon une étude de l'Institut national américain du cancer (NCI) publiée mercredi.

Cette recherche a été menée à partir d'un questionnaire soumis à un groupe de 400.000 personnes de cette classe d'âge, de 1995 à 1996. Les participants ont été suivis jusqu'au 31 décembre 2008.

Les résultats, parus dans la revue médicale New England Journal of Medicine (NEJM) datée du 17 mai, montrent ainsi que les personnes consommant en moyenne trois tasses de café par jour, normal ou décaféiné, présentent moins de risques de décéder de maladies cardio-vasculaires et respiratoires, d'attaques cérébrales, de blessures, d'accidents, de diabète ou d'infection, que celles qui n'en boivent pas.

Les chercheurs ont toutefois noté un très léger accroissement du risque de cancer chez les hommes gros consommateurs de café. En revanche, chez les femmes, ils n'ont constaté aucun lien direct entre le fait de boire du café et les décès dus au cancer.

Pour ne pas avoir de résultats faussés, les auteurs de cette étude ont également pris en compte d'autres facteurs de mortalité, comme le tabagisme ou une consommation excessive d'alcool.

Ces chercheurs mettent cependant en garde contre le fait qu'ils ne peuvent pas être certains, scientifiquement parlant, que la consommation de café prolonge la vie.

Le café est la boisson la plus consommée en Amérique mais le lien entre sa consommation et le risque de décès n'est pas clair, souligne le Dr Neal Freedman, de la division d'épidémiologie du cancer et de génétique à l'Institut national américain du Cancer, et principal auteur de cette recherche.

Nous avons découvert que la consommation de café était liée à un risque moindre de mortalité en général, ajoute-t-il.

Bien que nous ne puissions pas conclure à l'existence d'une relation de cause à effet entre le fait de boire du café et un risque plus faible de mortalité, nous pensons que ces résultats donnent certaines assurances sur le fait que cette boisson n'est pas néfaste pour la santé, relève encore le Dr Freedman.

Ces chercheurs soulignent aussi que les habitudes de consommation de café chez les participants ont été estimées à partir d'un questionnaire sur une certaine période mais ne reflètent pas les habitudes sur le long terme.

Ils précisent également ne pas avoir eu d'informations sur la manière dont le café était préparé (expresso, filtre, etc.), et donc sur les niveaux des ingrédients ayant des effets protecteurs.

Le mécanisme par lequel le café réduirait la mortalité n'est pas clair car cette boisson contient plus de mille substances différentes pouvant potentiellement affecter la santé, explique le Dr Freedman.

De ces substances, la caféine est la plus étudiée mais dans cette étude les effets protecteurs ont été les mêmes chez les buveurs de café décaféiné, relève-t-il.


(©)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sciences