Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 02:21

 

 

 

Faca-drapeau.jpg

 

Nous publions ci-dessous la courageuse interpellation de Bozizé par un officier des FACA qui se dit républicain et qui a requis l'anonymat pour d'évidentes raisons de sécurité tout en ne voulant pas se taire sur l'écoeurement qui est le sien et celui de nombreux Centrafricains, de voir un truand médiocre et mafieux, "général" Guillaume LAPO, être promu Chef d'Etat-Major des FACA.

 

Rédaction C.A.P

 

 

 

 

Suite au limogeage du Commissaire Général LAPO du Trésor Public et sa nouvelle nomination comme chef d’état-major des armées, j’interpelle le Général BOZIZE 


  En 2006, lors d’une réunion à laquelle étaient conviés les officiers des FACA et de la Gendarmerie, vous déclariez dans votre coup de gueule au sujet de ce même LAPO, je cite : « Les gens comme LAPO dans certains pays, on les enterre vivants ».     

 

Quelques semaines auparavant, vous veniez de le limoger avec fracas de la direction générale de l’intendance de l’armée Nationale, pour les mêmes pratiques, décriées aujourd’hui  pour le Trésor Public: attribution de gré à gré des marchés divers, surtout à ses proches (épouse, coépouse, beaux-parents et lui-même). Les fonds de sécurité dont il était censé en assurer la gestion étaient en réalité gérés et manipulés physiquement par son épouse, qui était devenue de facto, le trésorier spécial de l’intendance. Face au système opaque de la gestion publique caractérisant notre administration, seul le ministre de la défense que vous étiez, pouvait ordonner les dépenses du département.

 

Ainsi donc, souvent, les expressions de besoins soumis à votre décision revenaient revêtues de la « divine » annotation : « Gal LAPO pour nécessaire » ou bien « voir Sinfeï » Ainsi, une fois en possession de ce sésame, on se rapproche de LAPO qui oriente illico vers son épouse pour décaissement ; alors que l’actuel DG de l’intendance, le lieutenant-colonel GOLEYEN, à l’époque Directeur de la Trésorerie  était censé être le responsable en titre des masses. La suite de la procédure LAPO ? Eh bien dame LAPO vous fait signer une décharge et au passage s’intéresse à la destination finale des ressources, ne manquant jamais d’essayer de monnayer la prestation envisagée à son profit. Voilà l’un des circuits financiers ayant existé ou  existant encore. Comment voulez-vous ainsi respecter les principes d'orthodoxie des Finances Publiques ? Comment voulez-vous ainsi atteindre l’efficience ?

 

 Le limogeage de LAPO de la direction générale de l’intendance était ressenti comme un soulagement, la fin d’un système mafieux. Hélas! Ce fut juste une trompe l'œil. Car votre fils Francis a vite fait de reprendre le flambeau. On lui prête en effet la paternité du limogeage de LAPO juste pour drainer à son profit l’enrichissement sans cause de LAPO. La preuve est patente.


  Je n’avais pas, en tant qu’officier digne et fier, accepté cette humiliation faite à un officier supérieur (LAPO était colonel à l’époque), surtout en public, en présence de ses subordonnés. Mais méritait-il mieux ?  Quelques jours après, vous le nommiez directeur de l’ESFOA. C’était pour moi une manière de le mettre au placard, sachant que la cheville ouvrière de l’école était le commandant KOAGOU aujourd’hui malmené. Ce même LAPO a tacitement pris sa revanche lors de la cérémonie de sortie des jeunes officiers de l’ESFOA, lorsqu’il a relaté fidèlement votre cursus, souvent toiletté comme quoi vous aviez suivi l’école de guerre en France. LAPO ne l’a jamais mentionné, ce qui avait suscité le courroux de vos ouailles. Evidemment vous n’aviez jamais été titulaire du diplôme de l’école de guerre. Votre dossier matricule le prouve. Certes vous aviez été envoyé suivre cette formation, mais elle a été interrompue et vous étiez revenu pour entrer au gouvernent CMRN en 1981.

 

Ironie du sort ou culture de médiocrité, LAPO fut nommé DG du TRESOR PUBLIC. Ma surprise fut totale. Aujourd’hui la vérité a certes triomphé, mais pas sans laisser de séquelles. Oui mon général, je savais en coulisses, vous méditiez de confier les Finances, le Trésor, les Douanes, les Impôts à des militaires, misant sur leur capacité à instaurer une rigueur susceptible de mettre fin à la mauvaise gestion des Finances Publiques. Mais c’est sans compter avec l’incapacité, la cupidité et la malhonnêteté intellectuelle, dont font montre ceux sur qui vous jetiez votre dévolu (pour la plupart, de votre génération, suffisamment érodés).

 

 Lorsqu’on envoie les gens en stage, il faut assurer un suivi, s’intéresser à leur scolarité, analyser le résultat obtenu. Le Général LAPO a subi et non vécu sa scolarité l’école de commissariat. Qu’il s’agisse de ses études de Droit à l’université de BANGUI dont il fut viré que du cours supérieur du commissariat de l’armée de terre, LAPO a toujours eu une scolarité chaotique. De Montpellier d’où il tire l’appellation de son entreprise Polygone (référence au centre commercial Polygone de la Place de la Comédie) il en est sorti avec seulement un diplôme fondamental (ce qui est synonyme d’échec). Il avait refusé de suivre concomitamment au cours du commissariat, des cours à l’université contrairement à nombre de ses camarades qui ont vaillamment obtenu, soit leur DESS ou une maitrise. De son cursus en faculté de Droit débuté en 1994 à l’annexe de Kolongo, ils seront nombreux, ses anciens collègues enseignants et anciens étudiants à vous  le conter.

 

Alors à quand la rupture ? Quand décideriez-vous enfin de composer avec les vraies compétences, fussent-elles d’ethnie autre que la vôtre ? D’une génération plus jeune que la vôtre ? Oui me diriez-vous, le 2e Fondé de Pouvoir était un jeune. Oui mais je ne vous apprendrai rien sur comment il a été nommé à ce poste. Alors il ne pouvait faire autrement que se coucher devant le duo BOZIZE LAPO. Aujourd’hui, nous voici au comble. LAPO nommé Chef d’état-major des armées. Quoi de plus qu’un autre étalon de la même espèce que le fameux général Ouandé?

 

Non ! trop c’est trop ! Je comprends aisément votre propension à la médiocrité, à l’indélicatesse, à la compromission et que sais-je encore ?

 

Malgré le prix que paie et paiera le peuple, vos actes vous emporteront, tel que Kadhafi a été emporté.

 

Un officier républicain.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion