Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 02:15

 

 

cour const RCA

La "dépendance" de certaines institutions judiciaires en Centrafrique, en particulier le cas de la Cour constitutionnelle totalement aux ordres du pouvoir bozizéen, n’est plus à démontrer. La façon dont celle-ci a vidé dernièrement le contentieux électoral suite à la mascarade électorale du 23 janvier 2011 le prouve à suffisance. Au lieu de dire le droit et rien que le droit, à l’évidence, la Cour constitutionnelle centrafricaine fait plutôt de la politique à outrance.

Le cas que nous révélons ci-dessous avec certains procès-verbaux de fraude à l’appui prouve l’existence indiscutable d’une collusion manifeste entre cette Cour constitutionnelle et une candidate du 5ème arrondissement de la capitale proclamée directement vainqueur sans que la Cour constitutionnelle se soit donné la peine d’examiner le recours d’un candidat plaignant, est assez éloquent et se passe de tout commentaire. Il laisse néanmoins un arrière-goût d’une très forte amertume et de frustration chez tous ceux qui veulent croire à la démocratie et à l’alternance politique par la voie d’élections.

A l’issue du premier tour de la présidentielle du 23 janvier dernier, elle s’est contentée de rejeter en bloc les recours en annulation pourtant fondés et bien argumentés des candidats adversaires de BOZIZE et s’est empressée d’entériner les résultats frauduleux préalablement annoncés par la CEI du vrai faux pasteur Joseph BINGUIMALE qui donnaient BOZIZE vainqueur avec un score quasi soviétique de plus de 64 %.

Aujourd’hui, force est de constater que non seulement ce hold-up a débouché sur un blocage postélectoral total du pays mais les difficultés objectives de toutes sortes auxquelles sont confrontés BOZIZE et sa clique  montrent bien qu’il s’agissait d’une victoire à la Pyrrhus qui ne reflète nullement la volonté du peuple centrafricain qui le fait savoir de mille et une manières au régime en place par des luttes multiformes.

Plusieurs candidats aux dernières élections législatives qui ont déposé des recours auprès de cette Cour constitutionnelle aux ordres, que ce soit après le premier tour de scrutin, pour le second ou pour les élections partielles, en ont également eu pour leurs frais. C’est le cas du candidat indépendant mais un ancien KNK déçu, Magloire DEBALE KOLISSO qui a été lésé en dépit des PV, prétendument classés « secret de l’instruction » faisant état de fraudes avérées organisées par ses adversaires et dont la rédaction s’est procuré copie.

Magloire DEBALE KOLISSO est un opérateur économique. C’est lui qui a fondé la société  TODA (transports inter urbains en bus). Dès après le coup du 15 mars, il a été présenté à BOZIZE qui a fait de lui son conseiller en matière de relations publiques. Il est par ailleurs le neveu de Job IZIMA, ambassadeur récemment décédé. Voulant jouer un rôle politique il a décidé de se présenter aux législatives dans le 5ème de la capitale sous la bannière du KNK.

Malheureusement pour lui, le KNK lui a préféré un autre candidat. Du coup, il a pris la résolution d'y aller malgré tout comme indépendant mais tendance KNK. Son entêtement lui a valu d'être abandonné dans sa démarche. A l'issue des élections législatives, il dépose une requête dénonçant de nombreuses irrégularités qui n’ont nullement attiré la moindre attention des membres de la Cour constitutionnelle.

Lors des élections partielles du 4 septembre dernier, les mêmes irrégularités se sont répétées au niveau de ses deux adversaires (voir PV ci-dessous), notamment Désiré KOLINGBA. La Cour constitutionnelle a de nouveau refusé d’examiner la requête de Magloire DEBALE KOLISSO et a déclaré élue Mme LAKOUE,  pourtant prise la main dans le sac pour fraude. N’ayant pas reçu l’aval du KNK, Magloire DEBALE KOLISSO a été purement et simplement sacrifié à l’autel des bonnes relations et du soutien politique du PSD et son leader à BOZIZE et son KNK, par l’entremise de la forfaiture de la Cour constitutionnelle.

Rédaction C.A.P

 

 

Magloire-Debale-Toda.JPG

 

                             Magloire Débalé Kolisso (TODA)

 

lettre-Oueifio-a-Mme-Lakoue.JPGlettre-Oueifio-a-Mme-Lakoue.-2-JPG.JPG

 

 

legis-1.JPGlegis-2.JPG

 

legis-doc-2.JPGlegis-doc-2-suite.JPG

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique