Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 00:10

 

Les-Fauves-de-Bas-Oubangui-foot-bal.JPG

 

 

UNE BELLE HISTOIRE…

 

La bataille d’Alger est perdue et avec elle le rêve de notre première participation à la Coupe d’Afrique des Nations de Football. La victoire est collective et la défaite est individuelle, tel est parfois le sort que l’on réserve à ceux qui perdent.

Durant plusieurs mois, les fauves et le Staff ont entretenu le rêve et nourri notre espoir. Au Gabon et en Guinée-Equatoriale nous n’y serons pas, hélas. Le moment viendra où il faudra s’instruire des insuffisances de notre participation à cette phase de qualification afin de mieux faire pour l’avenir en se dotant d’une véritable politique de développement sportif.

A quelques semaines d’intervalle, après nos fauves Basket, les footballeurs s’arrêtent à la porte de la grande fête. Une compétition perdue mais une lampe allumée dont la flamme mérite entretien.

En effet, ce n’est pas le thermomètre qui est le problème mais c’est la fièvre qu’il faut combattre. Notre participation à cette phase des qualifications de la CAN 2012 a réveillé le pays et nous a permis de rêver, de croire et de se convaincre que lorsque nous nous donnons les moyens pour atteindre un objectif, nous pouvons le faire.

Moi qui suis porté plutôt porté sur le Basketball même si je suis un ALLIE, c’est-à-dire un supporteur de Tempête-Mocaf à 100%, je me suis retrouvé à communier avec les fauves, à suivre leur aventure et contempler la ferveur de la RCA pour cette épopée. Nos divisions, nos souffrances, nos inquiétudes ont été noyées par la beauté du rêve. Alger aura été fatal. Nous avons perdu la bataille et avec elle notre visa pour le Gabon et la Guinée-Equatoriale. Les fauves n’y seront pas et nous aussi.

Ce qui a commencé comme une surprise est devenue la passion de tout un pays dans lequel nos antagonismes ont disparu pour faire la place à notre joie. Je ne veux pas m’arrêter sur la douleur de l’échec car je suis conscient que le meilleur est à venir. Alors pour la flamme allumée, pour la passion transmise et le rêve, je veux dire merci aux fauves et félicitation à la Fédération Centrafricaine de Football.

Une belle histoire s’achève mais 2014 est déjà là et ensemble nous devrons écrire une autre belle histoire de notre sport et de notre pays.

 

Clément  BOUTE-MBAMBA

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sports