Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 01:39

 

 

 

 

 

yanga-mbiwa-mapou-22747.jpg

Un centrafricain sacré champion de France de Football et en passe de devenir international français Arrivé en France à l’âge de 8 ans chez son grand frère, Mapou Yanga-Mbiwa le sérial défenseur et capitaine de Montpellier grandit dans les quartiers difficiles de Port bou à Marseille. Grâce à la sévérité et la rigueur de son tuteur, le montpelliérain partagea sa vie entre l’école et un centre de formation de football des Bouches du Rhône. Convaincu qu’il aura vite sa place ailleurs qu’à Marseille qui est un club plus huppé, il poursuit sa formation à Montpellier ville voisine située à 150km.

Après avoir signé son premier contrat en 2006, ce dernier que Loulou Nicolin le président appelle affectueusement, « mon bijou »  devient un an après un titulaire indiscutable au poste de latéral gauche sous la commande de l’entraîneur Rolland Courbis. Son énorme talent fut récompensé lors de la saison 2008-2009 où Montpellier remonta en Ligue 1 devenant de fait le principal artisan de cette ascension.

Sous l’entraîneur René Girard, il confirme son talent lors de la saison 2010-2011 au poste de latéral droit ou défenseur axial. Cette polyvalence va attirer la convoitise des clubs plus fortunés comme Lille qui fit une offre de 5 millions sans succès. Malgré son jeune âge,  Mapou est sur une voie royale : Titulaire dès sa deuxième saison alors qu’il n’a que 18 ans, vice champion de France de ligue 2 en 2009, finaliste de la coupe de la ligue en 2011. Le franco centrafricain décroche le titre de champion de France 2012 en tant que défenseur axial, capitaine et titulaire indiscutable.

Il fut par ailleurs convoqué en 2009 par Eric Mombaerts entraîneur de l’équipe de France Espoirs contre Malte et la Belgique. Malgré de nombreux appels de la sélection centrafricaine, il a préféré répondre favorablement à Laurent Blanc qui l’a inscrit sur une liste élargie le 15 mai 2012 afin de participer à un stage de préparation pour l’Euro 2012.

La révélation de Yanga-Mbiwa  apporte un démenti formel  aux dirigeants centrafricains qui  n’ont jamais installé le sport au cœur de leur préoccupation. Le comité olympique et sportif centrafricain (CNOSCA) censé promouvoir les différentes disciplines sportives s’est transformé en un métier pour  son président Jacob Gbéti  et son SG Gilbert Grézenguet qui le dirigent sans résultat probant depuis des décennies.

La fédération centrafricaine de football est tenue par le député - homme d’affaires, questeur, trésorier du PDCA, Patrice Edouard Ngaissona qui est plus préoccupé par les avantages inhérents à sa fonction qu’au développement réel du football. Le récent et brillant parcours des Fauves de Bazoubangui aux éliminatoires de la coupe d’Afrique des nations de football 2011 n’a pas empêché le départ provisoire dans un premier temps de l’entraîneur Jules Accorsi suite à la fausse promesse du PM Faustin Touadera de trouver une solution rapide à son problème.  

Le français Jules Accorsi revendique 8 mois d’arriérés de salaires et déplore l’absence d’un équipementier et d’un sponsor pour le football en Centrafrique. Au moment où nous bouclons cet article M. Accorsi joint par la  célèbre Radio NDeke luka, décide de partir définitivement avec regret en raison de la promesse non tenue du premier ministre.  L’absence des fauves Juniors au tournoi de l’UNIFFAC (Union des Fédération de Football d’Afrique Centrale) au Tchad alors qu’ils l’avaient gagné en 2010 au Cameroun  pour faute de moyens est un des éléments à verser à ce triste dossier.

On évoque souvent le problème des moyens financiers pour expliquer  l’improvisation dans la préparation des matchs. Ces maux font sans doute partie des principales raisons qui ont poussé  le natif de Bangui à opter pour la France où il sera plus respecté et considéré. Promis à une longue carrière eu égard aux grands clubs européens qui le convoitent, Yanga- Mbiwa manquera sans doute aux Centrafricains qui mériteraient d’utiliser son  image pour redorer le blason de leur pays meurtri  par des conflits armés et une mauvaise gouvernance depuis de longues années. Décidément on attendra encore longtemps le Drogba ou le Zidane centrafricain pour valoriser l’image de la RCA qui continue hélas de se dégrader chaque jour davantage.

Wilfried Sebiro

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sports