Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 00:36

 

 

 

 

 Marafa-Yaya.JPG

 

Yaoundé (Cameroun) 2012-07-16 21:52:38 (APA)- L’ancien secrétaire général à la présidence de la République et ex-ministre camerounais de l’Administration territoriale, Marafa Hamidou Yaya, a été accueilli en héros par une foule en liesse lundi en fin de matinée au palais de justice de Yaoundé-centre administratif, la capitale du pays, au premier jour de son procès pour détournement de fonds publics, a constaté APA sur place.

Costume sombre et lunettes, un sourire malicieux aux lèvres, l’homme, sous les verrous depuis le 16 avril dernier, est descendu du véhicule pénitentiaire encerclé par des éléments de la gendarmerie lourdement armés.

La foule, venue nombreuse au tribunal de grande instance, brandit des pancartes de fortune et l’acclame aux cris de : «Vive le président Marafa ! Vive Marafa !»

La salle d’audience est pleine comme un œuf lorsqu’il y est introduit en compagnie de son coaccusé et ancien directeur général de la compagnie nationale de transports Cameroon Airlines (CAMAIR), Yves Michel Fotso.

Après avoir fourni la liste de leurs témoins au juge, l’audience sera levée par le magistrat à la grande déception de l’assistance, qui attendait visiblement le «déballage» promis par l’ex-proche collaborateur du président Paul Biya.

Dehors, la même foule de sympathisants l’acclame de nouveau aux cris de : «Nous voulons la 5è lettre, parle, président !»

Les partisans de Marafa Hamidou Yaya faisaient ainsi allusion à la série de lettres ouvertes inaugurée par le dignitaire banni du régime du fond de sa cellule, qui s’est arrêtée depuis un mois et dans lesquelles le prisonnier égratignait à la fois le chef de l’Etat et d’autres hauts responsables de la République.

M. Marafa, mais également une dizaine d’autres acteurs de premier plan, sont poursuivis pour des faits de coaction et de complicité de détournement de fonds publics dans le cadre de l’acquisition d’un aéronef pour les déplacements du chef de l’Etat, qui a englouti des milliards de FCFA du pays mais s’est avérée comme une opération foireuse.

La prochaine audience est annoncée pour le 24 juillet prochain.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE