Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 16:46

 

 

 

 

 

carte-ndele.jpg


 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 15 Novembre 2012 14:34

 

3 morts et 2 blessés côté centrafricain, 2 blessés dans le rang des tchadiens et 1 côté  soudanais. C’est le bilan d’un incident survenu à Birao (nord) dans la nuit du 14 au 15 novembre 2012 à la base militaire de la force tripartite République Centrafricaine, Tchad, Soudan. Il s’agit des représailles des éléments du contingent tchadien sur leurs frères d’armes centrafricains.


Dans les faits, a rapporté le correspondant de Radio Ndeke Luka, un soldat tchadien ivre, après qu’il ait regagné tard le camp militaire en question s’est blessé par maladresse avec sa propre arme.  Sans aucune vérification, les autres soldats tchadiens présents à la base, ont systématiquement ouvert le feu sur les FACA tuant 3 d’entre eux prétextant que ce sont ces éléments centrafricains qui ont tiré sur l’un des leurs. Du coup, des armes de tous calibres ont crépité toute la nuit.


Des tirs qui ont encore retenti dans la matinée de ce jeudi contraignant certains habitants  à se terrer chez eux, et d’autres à  s’enfuir dans la brousse, à la suite de ceux qui avaient fui la veille, a ajouté le correspondant.


Face à cette situation, une réunion de crise a été convoquée d’urgence par les autorités locales pour rétablir le calme et rassurer ceux qui ont pris la fuite de regagner leur domicile.


Des folles rumeurs sur une éventuelle attaque de la ville de Birao par les ex-rebelles de l’Union des forces Démocratiques pour le Rassemblement (UFDR) sont signalées ces derniers temps.

 


 

NDLR : C’est une situation totalement inadmissible que des soldats centrafricains en mission de sécurisation de la zone frontalière se fassent abattre ainsi comme des lapins par ceux du Tchad affectés à la même mission. Si le président Déby a retiré ses soldats qu’il a mis à la disposition de Bozizé depuis son coup d’Etat de 2003 c’est précisément en raison de leur régulière implication dans des provocations et rixes qui entraînent souvent la mort de gendarmes ou militaires centrafricains. Bozizé doit prendre ses responsabilités. 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers