Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 22:48

 

 

Ange Patassé

 

 

Communique-Poloko.JPG

Communique-Poloko-2.JPG

 

 

 

NDLR : Il est extrêmement difficile de ne pas établir de lien entre et le décès de Ange-Félix Patassé et le comportement puéril, cynique et totalement irresponsable de Bozizé, son pouvoir et ses griots qui n’ont cessé de clamer que l’ancien président Patassé n’était pas en réalité malade mais faisait de la simulation. Etablir ce lien n’est pas excessif comme le prétend la présidence bozizéenne. Il est un fait établi que les griots de Bozizé ne peuvent sérieusement nier car les Centrafricains et l’opinion publique internationale également, ont été témoins et suivi avec beaucoup d’indignation les péripéties et toutes les tracasseries et entraves dont avait fait l’objet le prédécesseur de Bozizé dont le mauvais état de santé, à l’exception de Bozizé et sa galaxie aveuglés par leur haine de Patassé,  n’était pourtant un secret pour personne.

Les mêmes « contraintes morales qui interdisent toute polémique en cas deuil national » invoquées dans ce communiqué présidentiel auraient dû conduire Bozizé et sa clique à ne point entraver la volonté du président Patassé d’aller se faire soigner où il voulait. On peut comprendre le profond embarras qui est maintenant celui de Bozizé et ses suppôts qui, brutalement confrontés à leur conscience par le décès de l’ancien président, tentent maladroitement de se racheter en lançant ces appels désespérés au peuple centrafricain pour rendre un hommage à l’illustre disparu. Le peuple centrafricain n’a pas besoin de ces appels de Bozizé car il sait dans son for intérieur distinguer entre ses fils et la  place occupée par eux sur l’échiquier politique national.

Le souhait exprimé par la présidence dans ce communiqué de voir « cesser immédiatement la polémique » déclenchée par la mort de Patassé traduit bien la grande gêne de Bozizé et le niveau de remords auquel il doit être en proie actuellement et qui le pousse à tout faire pour s’accaparer des obsèques de Patassé pour tenter de redorer son blason terni par les affres qu’il avait fait subir à ce dernier. La polémique actuelle sur la mort de Patassé et les responsabilités de Bozizé et sa clique présente l’intérêt de leur apprendre qu’il y a des limites à leurs bétises au-delà desquelles il faut savoir ne pas pousser le bouchon  trop loin.  

 S’il est vrai qu’en tant qu’ancien président de la République Patassé n’appartient à personne sinon qu’au peuple centrafricain, il n’en est pas moins vrai qu’il n’est aussi et surtout pas la propriété d’un Bozizé qui peut s’arroger le droit de disposer de ses obsèques comme il le voudrait. Sa dépouille appartient d’abord et surtout à sa famille. Patassé lui-même avait l’habitude de dire que chacun, comme lui, appartient à une famille, une ethnie, une région et un pays. L’ancien président devrait être inhumé en principe selon le choix de sa famille, dans son ancienne ferme « La Colombe » au PK 26 sur la route de Boali. Les travaux d’un mausolée y ont démarré.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique