Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 00:10

 

 

 

Deby-sacre.png

 

ITNO-investiture.png

 

 

N'DJAMENA AFP / 08 août 2011 17h23 - Le président tchadien Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 1990 et réélu en avril, a été investi lundi pour un nouveau mandat de 5 ans au cours d'une cérémonie à N'Djamena lors de laquelle il a promis de lutter contre la corruption et des efforts pour le monde rural.

Je consacrerai les trois premières années de mon mandat au monde rural, car l'indépendance alimentaire passe par le développement du monde rural, et nous devons absolument atteindre notre autosuffisance alimentaire a déclaré M. Deby, à la Villa des hôtes, une résidence officielle, au cours de la cérémonie, a constaté un journaliste de l'AFP.

Il n'y aura aucune clémence pour les auteurs de détournement des biens publics a indiqué le président Deby. Une lutte sera engagée contre les corrupteurs et les corrompus. Tous ceux qui se livrent à la pratique de gain facile doivent cesser a-t-il averti.

Onze chefs d'Etat, dont le Soudanais Omar el-Béchir, sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) ont assisté à la cérémonie. Outre Omar el-Bechir, étaient présents: les présidents centrafricain François Bozizé, béninois Boni Yayi, nigérien Mahamadou Issoufou, sénégalais Abdoulaye Wade, burkinabè Blaise Compaoré, nigérian Goodluck Jonathan, congolais Denis Sassou Nguesso, équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema, togolais Faure Gnassingbé et ivoirien Alassane Ouattara.

Réélu au premier tour de l'élection du 25 avril (avec 83,59%) qui a été boycottée par l'opposition, le président Deby, arrivé au pouvoir par un coup de force en 1990, va entamer son 4e mandat de 5 ans après avoir été élu en 1996, 2001, 2006 dans des scrutins contestés.

Depuis janvier 2010, le Tchad et le Soudan se sont engagés dans un processus de normalisation de leurs relations après cinq ans de guerres par rébellions interposées. Leurs relations sont depuis au beau fixe.

 Les deux pays ont mis en place des patrouilles communes à leur frontière et ont expulsé de leur pays les chefs rebelles luttant contre le régime voisin.

 Omar el-Béchir est sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre au Darfour. Son arrestation dépend de la bonne volonté des Etats qui n'ont l'obligation de l'arrêter que s'il transite par leur territoire.

Il s'était déjà rendu au Tchad à N'Djamena en juillet 2010 pour le sommet de la Communauté des Etats sahélo-sahariens (Cen-Sad) qui lui avait apporté leur soutien sur le dossier de la CPI.

Le conflit du Darfour a fait en sept ans 300.000 morts selon les estimations de l'ONU -10.000 d'après Khartoum- et 2,7 millions de déplacés.

Le Conseil national pour le changement et la démocratie (CNCD), une coalition regroupant des partis de l'opposition et des mouvements rebelles tchadiens basée en France, a critiqué le régime militaro-clanique du général Idriss Déby Itno s’estimant qu'il s'agissait d'une investiture survenant après les élections les plus calamiteuses depuis l’instauration de la fausse ouverture démocratique.

La masse des travailleurs des villes et des campagnes voient leurs conditions de vie et de travail se dégrader de jour en jour, malgré les annonces démagogiques du pouvoir, accuse sa coordinatrice Annette Laokole.

La manne pétrolière de ces dernières années est un prétexte pour des détournements et des gaspillages sans précédents, à travers une frénésie de pseudo investissements, mal conçus et mal réalisés, dans le viol permanent des règles financières et techniques, et qui n’ont aucune retombée positive sur le niveau de vie des citoyens, ni sur le chômage massif qui frappent les jeunes, conclut le texte.

Le CNCD regroupe des représentants des principaux partis d'opposition et de la plupart des rébellions dont celle du général Mahamat Nouri.

 

NDLR : Dans ce syndicat, on note l'absence de Paul BIYA, de Joseph KABILA et d'Ali Bongo ONDIMBA de l'Afrique centrale ainsi que celle d'Alpha CONDE et de bien d'autres encore de l'Afrique de l'ouest. Comment doivent se sentir parmi tous ce chefs d'Etat mal élus ceux qui eux ont été plus ou réellement bien élus et que Barack OBAMA avait récemment reçus pompeusement à la Maison Blanche ? 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE