Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 mai 2012 1 21 /05 /mai /2012 00:37

 

 

 

 

Sanogo.JPG

 

BAMAKO AFP / 21 mai 2012 01h07 - Le chef des auteurs du coup d'Etat du 22 mars au Mali, le capitaine Amadou Sanogo, a obtenu le statut d'ex-chef d'Etat et aura droit à tous les avantages dus à ce rang, en vertu d'un accord conclu dimanche à Bamako avec les putschistes, les autorités intérimaires et l'Afrique de l'Ouest.

Cet accord a été signé par le capitaine Sanogo, le président malien par intérim Dioncounda Traoré, son Premier ministre Cheick Modibo Diarra et le ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé, un des médiateurs pour la résolution de la crise malienne, selon des sources dans l'entourage du capitaine Sanogo et de la médiation.

Le capitaine Amadou Sanogo a un statut d'ancien chef d'Etat. Il bénéficiera des avantages dus à son rang, a déclaré à la radio publique M. Bassolé, présent depuis samedi à Bamako avec les ministres ivoirien Adama Bictogo et nigérian Mohamed Nourredine.

Ces médiateurs dépêchés par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) avaient trouvé samedi un accord de principe pour le maintien du président intérimaire Dioncounda Traoré à la tête de la transition jusqu'à l'organisation d'élections au Mali. Aucune durée n'avait alors été précisée.

Les médiateurs ouest-africains ont été rejoints dimanche à Bamako par d'autres responsables politiques et militaires de la Cédéao, de l'ONU et de l'Union africaine.

L'ex-junte militaire et la médiation avaient précisé qu'elles poursuivraient les discussions pour définir des mesures d'accompagnement, sans plus de détails.

Les auteurs du coup d'Etat du 22 mars sont restés jusque-là incontournables, bien qu'ils aient officiellement rendu le pouvoir aux civils en vertu d'un accord-cadre conclu avec la Cédéao le 6 avril.

Ils entendaient faire partir Dioncounda Traoré mardi prochain, au terme du délai constitutionnel de 40 jours (M. Traoré a été investi le 12 avril). La Cédéao avait initialement prévu une transition d'un an, mais depuis début mai, elle se gardait de fournir une précision sur la durée du processus.


(©)

 

NDLR : Les militaires ont-ils vocation à devenir des chefs d’Etat ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE