Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 juin 2012 1 25 /06 /juin /2012 02:21

 

 

 

 

 

boganda.jpg

 

Le musée Barthélemy BOGANDA qui servait à l’époque de maison d’habitation au père fondateur de la République centrafricaine, fait partie des vielles bâtisses coloniales qui méritent d’être réhabilitées par le gouvernement car, non seulement, il fait partie des vestiges qui font la fierté de la République centrafricaine, mais il abrite le principal musée du pays qui est le symbole de notre immensité culturelle.

Un musée, dit-on, est l’âme d’une nation. Malheureusement, cet endroit est moins fréquenté par les compatriotes de tous âges pour visiter le passé de leurs ancêtres. Cela est dû peut-être à un déficit de communication des responsables de cette structure. Soit! Mais ce qui préoccupe plus pour l’instant, le public c’est l’Etat de délabrement avancé dans lequel se trouve ce bâtiment situé en plein centre-ville. Il avait abrité à une période récente les services du département de la jeunesse, des sports, des arts et de la culture.

Ayant été ministère de tutelle, il est mieux informé que quiconque de l’état de vétusté du musée Barthélemy BOGANDA; murs hérissés, le bâtiment porte de stigmates de fissures et le toit n’est plus étanche, ce qui aggrave davantage l’état de la maison devenue presque méconnaissable à cause de ces dégradations.

Conscients, les responsables du musée ont élaboré un dossier de réhabilitation dont le coût global est estimé à 146 millions de francs CFA. Discuté et adopté en conseil des ministres, ce devis moisit dans les tiroirs du ministère des finances et du budget qui justifie le retard accusé dans la réalisation de ce projet par manque de trésorerie. Pis, encore il n’est même pas prévu dans le budget 2011.

En attendant, il y a une forte chance que les fissures s’élargissent avec le temps avant un écroulement imminent. De là, sauve qui peut. Les différents services et directeurs techniques du département de tutelle qui y sont logés peuvent déjà prendre la tangente pour survivre à un éventuel drame annoncé

De grâce, par respect et pour la mémoire de Barthélemy BOGANDA, mobilisons-nous pour sauver le musée.

Octave Barclay

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers