Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 00:04

 

 

 

Socrate-Bozize-et-Kevin.JPG

 

 

Visiblement les évènements du 2 août n'ont pas encore interpellé les enfants de Bozizé sur la fin prochaine de leur royaume. Non content de la parution sur CAP d’un article l’égratignant en lien avec la direction du service du passeport biométrique qu'il administre, le rejeton de Bozizé  ne cesse de proférer des menaces de mort par téléphone au journaliste Wilfried Sebiro de la rédaction de CAP.


Qui est Socrate Bozizé? Né le 22 avril 1978, il a été élevé par sa mère décédée entre temps, qui fut naguère une des maîtresses du soldat Bozizé. Il a depuis, rejoint son père et paraît disputer depuis lors, la succession avec l’autre rejeton  Francis.


Il repart à la case du départ chez sa mère et se retrouve coincé au quartier Lakouanga où il fut arrêté par les militaires aux ordres du président Patassé après la fuite de son père. Grâce à une marche organisée par les jeunes de son quartier, il fut libéré.


En 2003, son père renverse le président Patassé et lui confie plusieurs postes de responsabilité où il a quasiment échoué à chaque passage. Directeur d'une éphémère compagnie aérienne appartenant à un Libanais de Brazzaville, directeur du bureau d'achat de diamant Lobaye Gold qui fit faillite quelques mois seulement après sa création. Son passeport porte la mention Conseiller spécial qui lui permet d'aller mendier auprès de certains chefs d'État Africains.


Il s'agenouille devant Abdoulaye Wade du temps qu'il dirigeait le Sénégal pour lui quémander de l'argent. Il fait la même chose avec les présidents: Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, Ali Bongo Odimba du Gabon et Idriss Déby du Tchad. Son père se serait même fâché et l'aurait traité de « con » devant ses amis pour ses mauvaises manières. Il fréquente également l'homme d'affaires Camerounais Michel Fotso.


Adepte du bling bling à haute dose, il utilise l'argent qu'il récolte çà et là pour entretenir exclusivement ses deux femmes qu'il a officiellement épousées et ses nombreuses maîtresses qui résident dans plusieurs pays. Zélé, il attribue des responsabilités à ses proches  « téparos » ou mange merde à qui il assène des coups de gifles pour un oui ou un non. Il vient d'écarter un certain Louis Gervais Centrafricano-Camerounais qui habite à la rue Adrienne appelée également Yabanda.


Ce dernier paie son imprudence en révélant à la première femme de son patron Mamie, que Socrate a fait venir sa maîtresse Nafi, mannequin à Paris, pour fêter en grandes pompes son anniversaire. M. Louis Gervais était à la fois son commissionnaire et coursier, il était spécialisé dans le transfert d'argent aux heureuses élues du prince de Benzambé sur le plan national et international.


Son ex-coursier lui ramenait également tous les matins des petits fours et croissants offerts par les amis libanais qui tiennent toutes les boulangeries et pâtisseries en Centrafrique. A tout honneur tout seigneur, Socrate possède officiellement comme son père et son cousin Ndoutingaï, une deuxième femme, une certaine Edith Mazékéssabou à qui il loue un appartement à 700.000 F cfa à Dakar. Il loue au quartier Miskine de Bangui à côté de Mirandela pour la modique somme de 150.000 Fcfa une maison à Mlle Massouka Kouki qui n'est autre que la cousine de sa maîtresse Ingara, la fille de l'ex premier ministre Henri Maïdou qui est chef de service à Eco Bank. Ingara Maïdou a été arrachée aux forceps des mains d'un citoyen gabonais qui les a retrouvés en flagrant délit amoureux.


Une autre de ses conquêtes est la veuve du défunt ministre Thierry Van den Bos qui habite au quartier 14 villas en face de PAM (Programme Alimentaire Mondial). Cette dernière lui avait sucré une bonne partie de la fortune qu'il avait amassée grâce aux marchés d'achat des urnes confiés par le sulfureux Binguimalé Joseph le vrai faux pasteur qui présidait la CEMI en 2010 -2011.


Autre élément à apporter à ce triste et pathétique dossier, sa proximité et complicité avec son frère cadet Kévin alias « tabah n'a pas de problème » qui leur ont permis de distribuer moyennant espèces trébuchantes, des passeports aux ressortissants libanais et autres proches du régime. Son frère a établi des faux passeports diplomatiques à M. Rami patron d'Ali Baba, à Hassan Sawal, conseiller du chef de l'État et à un Libanais chrétien dénommé Joseph avec mention « conseiller diplomatique du chef de l'État centrafricain ».


Escroc, ce Joseph a fait croire à Kévin Bozizé qu'il pouvait solliciter un financement pour équiper l'armée centrafricaine. Nécessiteux, il accompagne ce larron à Zurich en Suisse ainsi qu'en Turquie avant de perdre ses traces. Bredouille, il prend quartier au méridien porte maillot pendant deux mois et se fait expulser pour non-paiement de frais hôteliers. Il se fait accueillir par Melle Reine Yémbé qui habite dans le 16e arrondissement de Paris. Ce n'est qu'après deux semaines qu'un de ses amis de bonne foi lui transfert de l'argent pour régler ses dettes, de se procurer un billet d'avion et rentrer au bercail. Toutes ces malversations ont été concoctées grâce à la bénédiction de son frère aîné Socrate.


Rappelons que ce Socrate qui croit à l'éternité de son pouvoir et celui de son père est très ingrat. Il a oublié les jeunes de Lakouanga qui se sont mobilisés pour sa libération. Arrogant et zélé, il a oublié les Centrafricains qui lui donnaient parfois 500 f cfa lorsqu'il était agent d'accueil dans une boutique de réparation de téléphone portable.


La famille Kabero lui voue une haine pour avoir laissé mourir Ludovic son ami et meneur de la marche pour sa libération. Ce dernier avait catégoriquement refusé d'intervenir pour l'obtention d'un visa français afin de venir se faire soigner.


Enfin ce prince irresponsable est incapable de finir l'unique maison dont il entamée la construction il y a 8 ans malgré les nombreux détournements qu'il opère et les fonds qu'ils quémandent aux chefs d'Etat africains comme rappelé plus haut.


Aux dernières nouvelles il a construit une deux pièces à la hâte pour lui permettre et à ses amis députés et ministres, ou quelques nantis de la place de s'adonner à leur sport favori qui n'est autre chose que les compagnies galantes.


Le député et voleur Simplice Zingas qui fait des pieds et des mains à Bozizé pour retourner au gouvernement, détiendrait même un double de ses clés. Socrate a été élu par effraction député de la ville de Gambo dont il n'est pas originaire, il n'y avait jamais mis pied avant les campagnes électorales. Ambitieux mais faute de niveau d’instruction, il pense réaliser son rêve d'acquisition du pouvoir par la force, seul moyen que son clan dispose à présent.


Si le philosophe Socrate est considéré comme l'un des inventeurs de la philosophie morale, la comparaison avec le Socrate de Bozizé s'arrête à cette homonymie. Ainsi le philosophe Socrate disait : «  Si un âne te donne un coup de pied, ne lui rends pas ». Nous avons été insultés et traités de malades ; cela ne nous empêchera pas de prendre le risque d'informer nos lecteurs.


Wilfried SEBIRO

 

 

 

 

 

 

Centrafrique: Socrate Bozizé promet la mort au journaliste Sebiro et à sa famille

 

21 août - Le député mal élu de Gambo continue de proférer des menaces de mort au journaliste Sebiro. Après ses insultes d'hier à 17 heures 03mn, il a récidivé aujourd'hui à 18 h 57, toujours avec son numéro fétiche : le 00(236)75502723.


-          Allo !

-          Oui

-          je vais te faire chier la merde, tu es un prostitué, espèces de villageois, tu vas pleurer ta famille avec tes yeux, je sais déjà là où tu habites, tu vas voir je vais te faire chier ta merde... je vais... te … faire chier ta... merde.(...)


Voilà quelqu'un qui est soit disant député et fils de président de la République d'un pays qui raisonne de la sorte. Ce n'est pas de sa faute, il est là par un accident de l'histoire. Il promet la mort à Wilfried Sebiro  et à sa famille. Ne sait-il pas que personne sur cette terre était immortel. Tu peux tuer aujourd'hui tout le monde mais tu dois savoir que ton tour viendra.


Tu as grillé ton rêve de remplacer un jour ton père, le monde entier sait déjà que tu es aussi un sanguinaire. Tu es quand même culotté de prétendre tuer le journaliste que je suis, qui vit en France qui est un État de droit. Si cela est possible au pays de ton père, ici tu passeras le reste de ta vie en prison.


Aux gens qui doutent encore du rêve des Bozizé d'utiliser la force pour contrôler la RCA toute leur existence, ils ont à travers cette affaire la preuve de leur plan machiavélique.


Incapable de chasser les rebelles qui occupent quasiment tout le pays, Socrate et son clan préfèrent s'acharner sur les démocrates. La ville de Gambo qui a de nombreuses potentialités a du pain sur la planche car son député exporte mal son image. (Affaire à suivre)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Annonces et divers