Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 00:50

 

 

 

Simplice Kodégué

 

 

Bangui, 21 mai (C.A.P) – Le dernier Porte-parole du président Patassé, Guy Simplice Kodégué dont la voiture se trouvait dans le cortège funèbre qui partait à l'enterrement de l'illustre disparu a été violemment agressé par un soldat de la garde présidentielle de Bozizé au PK 12 vers la sortie Nord de la capitale. Le convoi funèbre qui s’était ébranlé du quartier Fouh peu après la fin des obsèques officielles de l’avenue des Martyrs aux environs de 12 h heure locale (13 heures GMT) pour la ferme « La Colombe », lieu de l’inhumation de la dépouille situé au PK 26 route de Boali, n’est arrivé à destination qu’aux environs de 16 h heure locale. L'inhumation proprement dite à eu lieu dans la stricte intimité familiale ax environs de 17h heure locale.

C’est pendant le franchissement de la barrière de la sortie Nord de Bangui au PK 12 dans le périmètre de la résidence présidentielle de  Bozizé à Sassara qu’un véhicule est venu subitement se mettre devant celui dans lequel se trouvait Simplice Kodégué avec quelques proches pour empêcher d’avancer. Puis un soldat de la garde présidentielle a fait irruption et décoché un violent coup de poing à la figure du porte-parole.  Kodégué qui a eu le visage quelque peu tuméfié, saignait aussi légèrement des lèvres et a dû subir quelques soins une fois arrivé au PK 26.  

Dans une brève interview sur les antennes de Radio France Internationale diffusée le jeudi 20 mai jour de l’arrivée de la dépouille du président Patassé à Bangui, son porte-parole avait clairement rendu responsable de sa mort l’actuel président Bozizé en déclarant sans ambages que « c’est Bozizé qui a tué le président Patassé ».  Ces propos ont dû sans doute grandement irriter Bozizé et son entourage et pourrait expliquer sans tolérer l'inadmissible acte et comportement de ce GP.

C’est face à cette grave accusation que Bozizé qui avait été déjà copieusement insulté et conspué par la population la veille, avait cru devoir prendre la parole lors des obsèques officielles de ce samedi matin en langue nationale pour jurer n’être pour rien dans la mort de Patassé allant même jusqu’à affirmer que chez les Gbayas, ce juron entraînait automatiquement la mort de celui qui le prononce s’il ment. Il a néanmoins avoué avoir effectivement empêché Patassé d’aller se soigner à l’étranger.

Une chose est sûre, le monde entier a suivi avec une grande indignation et un écoeurement certain les différentes péripéties des entraves délibérément faites à Patassé par le pouvoir de Bozizé. Elles avaient suscité une forte émotion et de nombreuses et vives réactions non seulement en Centrafrique mais aussi chez plusieurs chefs d’Etat africains et à travers le monde. Mme Ashton de l’Union Européenne a même écrit à Bozizé pour lui tirer les oreilles. Les tentatives de Bozizé de se défausser sur le FARE -2011 s’agissant des responsabilités de la mort de Patassé sont vaines et ne peuvent convaincre personne ni en RCA ni ailleurs.

Loin de réunir les Centrafricains comme beaucoup l’espéraient, la mort et les obsèques de Patassé ont encore fait couler le sang de quelqu’un dans son entourage, celui de Simplice Kodégué, démontrant ainsi et apportant la preuve de la profondeur de la haine qui subsiste encore entre les fils du pays et sur l’ampleur du travail qui reste à accomplir et par conséquent la longueur du chemin pour atteindre une véritable réconciliation. Visiblement avec Bozizé au pouvoir, cela apparaît comme une mission impossible.      

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique