Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 03:16

 

 

sidaction

 

 

VIENNE (Autriche) AFP / 19 juillet 2010 22h39 - Les réactions ont été lundi très favorables, voire enthousiastes, dans le milieu des experts du sida, aux résultats d'une étude montrant qu'un gel microbicide contenant un antirétroviral peut entraîner une forte réduction du risque d'infection chez les femmes.

- Michel Sidibé, directeur exécutif de l'Onusida: "Nous donnons de l'espoir aux femmes. Pour la première fois nous voyons des résultats pour un essai de prévention initié et contrôlé par des femmes. Si c'est confirmé, un microbicide peut être une option puissante pour la révolution de la prévention et nous aider à casser la trajectoire de l'épidémie de sida" (communiqué).

- Margaret Chan, directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS): "Toutes les nouvelles avancées dans la prévention du VIH, particulièrement pour les femmes, sont excitantes. Nous attendons avec impatience de voir ces résultats confirmés. Une fois qu'il sera établi que c'est sûr et efficace, l'OMS travaillera avec les pays et les partenaires pour accélérer l'accès à ce produit" (communiqué).

- Jean-François Delfraissy, directeur exécutif de l'Agence française de recherches sur le sida: "c'est un moment important, cet essai était très attendu, c'est un des grands essais dans l'histoire du VIH. Les résultats sont hautement significatifs. Je pense que c'est un élément très important en termes de prévention pour les pays du sud, un outil de prévention pour la première fois géré par les femmes. Le taux d'efficacité est relativement important. Ce sera une des grandes nouvelles de Vienne. Il y avait une sorte de découragement du côté des microbicides. Il n'y a aucune solution miracle, mais une addition de solutions (préservatifs, gel microbicide, circoncision, traitement plus précoce), qui vont entraîner une série de changements de comportements" (déclaration à la presse).

- Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses au NIH (National Institutes of Health) américain: "Cette étude marque une étape significative aussi bien pour la communauté de la recherche sur les microbicides que pour toute la prévention du sida. Etant donné que les femmes constituent la majorité des nouvelles infections dans le monde, cette découverte est un pas important vers la fourniture à une population à risque d'un outil de prévention sûr et efficace. Mais comme une seule approche n'est pas appropriée ou acceptable pour tous, nous devons continuer à rechercher toute une série de moyens de prévention incluant les microbicides, les PrEP (antirétroviraux pris avant le risque, NDLR), les vaccins (communiqué).

- Le partenariat international pour les microbicides (IPM): "Les résultats sont statistiquement significatifs et devraient être célébrés. C'est un point phare dans la prévention du sida".

La responsable de l'IPM, Zeda Rosenberg: "Pour la première fois les chercheurs travaillant sur la prévention du VIH ont la preuve que les antirétroviraux appliqués sur la surface de la mucose vaginale peuvent offrir une protection contre le VIH et potentiellement contre d'autres pathogènes" (communiqué).

 

 

Un gel de protection pour les femmes contre le VIH prometteur

 

WASHINGTON Reuters | 19.07.10 | 23h20 - (Reuters) - Un gel intime contenant du tenofovir de Gilead Sciences, un traitement contre le VIH, a permis de réduire la contamination de 39% chez les femmes lors d'un test, rapportent des chercheurs sud-africains.

Les résultats de cette étude clinique menée pendant deux ans et demi montrent qu'il pourrait être possible de ralentir la progression de la maladie en donnant aux femmes un moyen de se protéger, a dit le docteur Salim Abdool Karim de l'Université KwaZulu-Natal à Durban.

Les conclusions du test doivent être présentées mardi dans le cadre de la conférence internationale sur le sida à Vienne.

Les chercheurs tentent depuis des années de mettre au point un microbicide sous forme de gel, crème, anneau ou tablette introduit dans le vagin ou le rectum avant les rapports sexuels, pour empêcher la transmission du virus d'immunodéficience humaine, à l'origine du sida.

Le test, mené à Durban et dans un village rural isolé d'Afrique du Sud, a en outre montré que les femmes utilisaient le gel comme indiqué. Cela répond à une interrogation sur l'efficacité d'un tel produit hors du contexte médical.

Lors de ce test, les scientifiques ont utilisé pour la première fois un traitement contre le VIH dans la composition du gel.

L'essai a été réalisé de façon classique, une moitié des 889 femmes sollicitées utilisant un gel contenant du tenofovir, l'autre un gel contenant un placebo.

Après 30 mois, 98 femmes avaient contracté le VIH: 38 dans le groupe dont le gel était composé notamment de tenofovir et 60 dans celui où le placebo remplaçait le médicament.

"Nous avons montré une incidence inférieure du VIH de 39% dans le groupe qui avait du tenofovir", a souligné Karim.

Le taux descendait même à 50% après 12 mois de test puis l'efficacité s'est altérée mais en raison, selon Karim, d'une utilisation de moins en moins régulière du gel.

Maggie Fox, Grégory Blachier pour le service français

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Sciences