Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 03:33

 

 

 

wade sall 0

 

 

Sénégal : Wade demande trois ans de plus pour terminer ses chantiers

RFI mercredi 14 mars 2012

Les deux candidats à la présidentielle sénégalaise Macky Sall et Abdoulaye Wade battent campagne à travers le pays pendant cet entre-deux-tours. Lors de ces diverses visites de proximité en région, Abdoulaye Wade, le président sortant qui brigue un troisième mandat, assure aux électeurs que s'il est élu le 25 mars prochain, il restera au pouvoir seulement trois ans, afin d'achever ses chantiers.

Amadou Sall est le porte-parole de campagne d’Abdoulaye Wade, le président sortant. Même si le mandat présidentiel est de sept ans, Wade pourrait passer le relais au bout de trois ans, affirme-t-il.

« Notre candidat a bien dit qu’il a besoin de trois ans, trois ans parce qu’il a commencé des projets, des chantiers qu’il doit terminer, et le président a bien envie de mettre en place des politiques. Sur les trois ans, naturellement, il fera le nécessaire pour préparer une équipe de relève, de relève générationnelle, mais aussi de relève capable de maintenir le cap (…) Il est élu pour sept ans, il n’est pas élu pour trois ans. Mais si au bout de trois ans, il termine ses projets, il lui est loisible à ce moment-là, de voir dans quelle mesure il peut passer le relais ».

Lors du meeting de la coalition Benno Bok Yakaar qui soutient Macky Sall, organisé ce mardi 13 mars à Saint-Louis sur une scène érigée au stade Babacar Seye, le doyen de l'opposition Amath Dansokho a indiqué ce qu'il pensait de cette demande lancée par Abdoulaye Wade. Pour lui, il s'agit d'une opération de « maquillage ».

« Les trois ans qu’il nous demande, ce ne sont pas trois ans pour un chantier ! C’est trois ans parce que ce grand tricheur croit qu’il peut maquiller les vols, les pillages des ressources publiques, qu’il peut sauver par ce biais l’oligarchie qu’il a fabriquée ! On n’a jamais vu, de mémoire d’homme, une accumulation de ressources faite à cette vitesse et de manière aussi grossière ! »

 

Sénégal/présidentielle: Youssou Ndour en campagne à Ziguinchor pour Macky Sall

youssou-n-dour-le-20-novembre-2009-a-lille

 

ZIGUINCHOR (Sénégal) - Des milliers de personnes ont participé samedi soir en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion armée, à un meeting du chanteur Youssou Ndour en campagne pour Macky Sall opposé le 25 mars au président Abdoulaye Wade au second tour de la présidentielle.

Le célèbre chanteur a été accueilli par une foule formée à majorité de jeunes sur la place de Gao, à Ziguinchor, principale ville de Casamance, dans le cadre de son opération dite wer ndombo (ceinturer en langue wolof) pour faire tomber Wade au profit de Macky Sall à la tête du Sénégal.

J'appelle tous les électeurs qui avaient voté pour Abdoulaye Wade au premier tour (le 26 février) à reporter leurs voix sur Macky Sall. Le train pour la victoire de Macky est en marche. Ziguinchor et la Casamance ne peuvent pas être en reste, a déclaré Youssou Ndour devant une assistance estimée à plusieurs milliers de personnes.

Dans une semaine, Wade va quitter le pouvoir. Nous ne lui donnerons pas un jour de plus, a-t-il ajouté alors qu'une foule surexcitée entonnait de la musique appelant au départ du pouvoir de Wade.

Youssou Ndour, arrivé samedi matin à Ziguinchor, avait déjà rendu visite aux dirigeantes de la plate-forme des femmes pour la paix en Casamance, où il a été accueilli par des dizaines de personnes.

Pour qu'il y ait la paix, il faut que Wade dégage. Vous pouvez compter sur le président Macky (...) pour la paix en Casamance, leur a-t-il dit, ajoutant: Si le pouvoir vous donne de l'argent en échange de votre vote, prenez-le, mais votez pour Macky Sall le 25 mars.

Le cortège de Youssou Ndour avait également dans la matinée sillonné les grandes artères de la ville sous les acclamations de dizaines de badauds. Des partisans d'Abdoulaye Wade ont bien tenté d'empêcher son passage en dressant quelques barricades de fortune, mais se sont repliés à l'arrivée du cortège.

La Casamance est le théâtre depuis 1982 d'un conflit opposant l'armée sénégalaise au Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC, rébellion indépendantiste).

Des périodes d'apaisement relatif y alternent avec des périodes de violences marquées par des accrochages entre rebelles et militaires, des attaques à main armée et, dernièrement, des rapts de membres de forces de sécurité. Depuis fin 2011, les rebelles ont intensifié leurs actions.

Le conflit a fait des milliers de victimes civiles et militaires et des dizaines de milliers de déplacés et réfugiés.

Youssou Ndour, dont la candidature à la présidentielle avait été rejetée par le Conseil constitutionnel, a décidé d'apporter son soutien à Macky Sall, comme tous les candidats d'opposition battus au premier tour du 26 février et la plupart des organisations de la société civile.

Les douze candidats battus ont créé autour de M. Sall une nouvelle coalition, le Rassemblement des forces du changement (RFC)/Benno bok Yaakkar (unis pour le même espoir en langue wolof), qui mène campagne en sa faveur.


(©AFP / 17 mars 2012 21h33)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE