Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 00:37

 

 

 

 

Lamine-Cisse.jpg

 

SENEGAL-PRESIDENTIELLE-REACTION

17/04/2012 22:22 GMT

Dakar, 17 avr (APS) - Témoin privilégié de l’alternance du 19 mars 2000 au Sénégal, l’ancien ministre de l’Intérieur, le général Lamine Cissé, s’est réjoui de la répétition de cette passation pacifique du pouvoir en mars dernier, tout en saluant, à l’occasion, la posture des forces de défense et de sécurité de son pays.

‘’Comme en 2000, le vaincu s’est aligné, avec panache et honneur à la volonté du peuple, et le vainqueur savoure d’une manière simple, sa victoire bien méritée, avec humilité et sérénité. C’est la fanfare légitime du pouvoir’’, a-t-il dit dans le numéro d’avril du magazine Afrique Démocratie.

‘’Douze ans après, bien que l’environnement du processus électoral soit différent, avec une multiplication des organismes de contrôle et de gestion et des différents acteurs politiques, le Sénégal a pu maintenir sa place au premier rang, malgré des frayeurs et des inquiétudes qui se justifiaient’’, a noté le général Cissé.

L’ex-ministre de l’Intérieur, qui a organisé la présidentielle de février-mars 2000, a qualifié de ’’prouesse’’ l’élection, le 25 mars dernier, de Macky Sall, dont la victoire a été reconnue très tôt par le président sortant Abdoulaye Wade. Celui-ci a félicité son challenger dès l’annonce des tendances de sa défaite.

Douze ans auparavant, Me Wade bénéficiait autant de la part de l’ancien président socialiste Abdou Diouf. La répétition de l’histoire a suscité l’enthousiasme du général à la retraite. ‘’Cette prouesse du Sénégal renforce la démocratie chez nous’’, a-t-il relevé.

Élu en mars 2000 et réélu en février 2007, l’ancien avocat Abdoulaye Wade (86 ans) a perdu le pouvoir au second tour de l’élection présidentielle du 25 mars dernier, au profit de son ancien Premier ministre Macky Sall qui a remporté le scrutin avec 65,8% des voix.

‘’Cependant, il faut une veille permanente sur ces acquis afin que cette fleur, qu’il faut toujours arroser, ne se fane’’, a averti le général Cissé qui s’est félicité du rôle joué par les militaires et paramilitaires sénégalais.

‘’A ce stade, a-t-il ajouté, je voudrais dire que les forces de défense et de sécurité méritent de la part de toute la nation sénégalaise, hommage et gratitude, de manière solennelle.’’

Lamine Cissé, cadre de réserve des armées sénégalaises, capitalise une expérience rare dans les réformes du secteur de la sécurité en Afrique, en Centrafrique avec les Nations unies et en Guinée, sous le mandat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

 

NDLR : Pour quelles raisons la répétition de l’alternance démocratique serait-elle une bonne chose seulement pour le Sénégal et pas pour la République centrafricaine où ce général sénégalais fut représentant spécial du Secrétaire Général des Nations durant des années. Les Centrafricains gardent de lui le souvenir très amer de celui qui n’a rien fait pour  empêcher le coup d’Etat d’un certain François Bozizé mais aussi et surtout de s’être servilement mis à son service et d’empêcher l’alternance démocratique de s’effectuer en Centrafrique. La réaction de ce général n’est autre que du pur chauvinisme sénégalais.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE