Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 18:13

 

 

 

SENEGAL-ELECTION_0.JPG

 

Le camp du président sortant Abdoulaye Wade, candidat contesté à un troisième mandat à 85 ans, dont douze au pouvoir, a reconnu mardi qu'il y aura bien un second tour de l'élection présidentielle. Aucune annonce officielle de résultats sur le plan national n'est prévue avant jeudi ou vendredi.

Se basant sur les résultats provisoires du premier tour de dimanche concernant "30 des 45 départements" qui lui sont parvenus, Amadou Sall, un des responsables de la campagne de M. Wade, a indiqué que le président sortant est "au-dessus de 35%, 36%. On arrivera peut-être à 40%, mais les chiffres le disent, on est au deuxième tour".

"Inévitable"

La veille, Abdoulaye Wade avait déclaré à la presse que "tout est donc encore possible, victoire ou second tour", admettant pour la première fois qu'il pourrait être contraint d'aller à second tour qui était déjà jugé "inévitable" par l'opposition.

Durant la campagne électorale, Abdoulaye Wade avait martelé qu'il était "sûr" de l'emporter dès le premier tour, son entourage évoquant même, avant le scrutin, un score d'environ 53%. Tout indique que son adversaire sera Macky Sall, son ancien premier ministre passé dans l'opposition.

Ancien homme de confiance

Ingénieur de formation âgé de 50 ans, M. Sall est l'ancien homme de confiance du président Wade. Il a été son ministre des Mines (2001-2003), puis de l'Intérieur (2003-2004), son premier ministre (2004-2007) avant d'être élu président de l'Assemblée nationale. Tombé en disgrâce, il a créé sa propre formation, l'Alliance pour la République (APR).

Le taux de participation a tourné autour de 60%, selon un chiffre encore provisoire de la Commission électorale nationale autonome (CENA), en baisse par rapport au taux de 70% de la présidentielle de 2007. La date d'un éventuel second tour dépendra de l'examen de possibles recours devant le Conseil constitutionnel, la plus probable étant le 18 mars.



(ats / 28.02.2012 17h53)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE