Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 02:13

 

 

 

Wade-Abd.jpg

 

Dakar, 19/03/2011 00:55 GMT (APS) - Le ministre de la Justice, Cheikh Tidjane Sy, a annoncé la découverte un complot visant à renverser le régime, samedi, à l’anniversaire de l’alternance.

Le garde des Sceaux a fait part d’‘’informations précises et concordantes qui (leur) sont parvenues faisant état de différentes réunions organisées par des jeunes de Benno Siggil Senegaal, des groupements d’artistes mouvements d’artistes et leaders politiques au centre social des Parcelles-Assainies et au siège du Mouvement Tekki à Patte-d’oie’’.

Selon lui, ces réunions se sont tenues ‘’à l’effet de planifier un dispositif précis de subversion active et de déstabilisation des institutions par la violence’’.

‘’C’est ainsi qu’ils ont décidé de former des groupes de 15 personnes pour mener par des actions violentes, l’une à la Corniche, l’autre au niveau du Canal de la Gueule-Tapée derrière la Cité Claudel et la troisième au Point-E, à hauteur de la Direction des statistiques (ANSD)’’, a révélé le garde des Sceaux.

Il a ajouté que des actions de même nature seraient perpétrées dans certaines villes de l’intérieur, Bambey, Saint-Louis, Diourbel, Kaolack et ailleurs. ‘’Des quartiers de Dakar sont spécifiquement ciblés, comme les Parcelles-Assainie et le Marché Sandaga pour tenter d’entraîner avec eux les marchands ambulants’’, a-t-il poursuivi.

 

 

Sénégal: le gouvernement dénonce un complot pour renverser le régime

DAKAR - AFP / 19 mars 2011 02h31 - Le gouvernement sénégalais a dénoncé un "complot" en vue de "renverser le régime" du président Abdoulaye Wade à l'occasion du onzième anniversaire de son accession au pouvoir samedi, dans un communiqué lu à la télévision publique par le ministre de la Justice.

Le ministre, Cheikh Tidiane Sy, a indiqué avoir demandé "au procureur de la République de Dakar d'ouvrir une information contre certains individus" accusés de "complot", qui souhaitent "créer des désordres pour renverser le régime" et ordonné que soient opérées des arrestations.

"Des informations précises et concordantes nous sont parvenues, faisant état de différentes réunions organisées par des jeunes de Benno Siggil Senegal", la coalition de l'opposition, "de groupements d'artistes, mouvements d'étudiants et élèves politiques", a affirmé M. Sy.

Selon lui, une vingtaine de responsables de ces mouvements se sont réunis pour "planifier un dispositif précis de subversion active et de déstabilisation des institutions par la violence."

Il a cité des noms de personnes accusées et parlé de "conspiration matérialisée par des réunions et par constitution d'armes et de matériel de sabotage" pour "créer des troubles graves dans certains endroits de Dakar le 19 mars 2011".

"L'objectif avoué des comploteurs est de créer des troubles pour amener les citoyens à sortir massivement dans les rues, créer des désordres et des violences pour le renversement du régime", a-t-il ajouté, l'idée étant de permettre "à des commandos de se lancer dans des actions violentes destinées à provoquer la panique et la réaction des populations".

"Le procureur de la République a décidé de tuer dans l'oeuf le complot visant à la réalisation d'un coup d'Etat en procédant à l'interpellation d'individus dûment identifiés comme membres du complot", a déclaré M. Sy.

Il a cependant affirmé que les manifestations dûment déclarées prévues samedi à l'occasion de l'accession d'Abdoulaye Wade au pouvoir le 19 mars 2000 pourraient se tenir comme prévu.

Le Sénégal s'apprête à vivre une journée mouvementée, des manifestations prévues des partisans du chef de l'Etat, de l'opposition et de la société civile faisant craindre des dérapages.

Ces manifestations ont lieu à un peu moins d'un an de la présidentielle de février 2012 et dans un contexte social tendu, marqué notamment par de récurrentes coupures d'électricité qui exaspèrent les Sénégalais et malmènent l'activité économique.

Elles se tiennent également en plein débat sur la candidature du président Wade, élu en le 19 mars 2000 pour sept ans, réélu en 2007 pour cinq ans après modification de la Constitution. Il avait annoncé dès septembre 2009 qu'il se représenterait.

L'opposition estime qu'il doit achever en 2012 ses deux mandats légaux. Mais pour le Parti démocratique sénégalais (PDS, au pouvoir), le décompte des deux mandats doit se faire à partir de 2007, date d'entrée en vigueur du quinquennat.

(©)

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE