Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 02:37

 

 

 

gazambety 

 

Il y a de cela quelques jours, le très controversé conseiller politique de Séléka, Monsieur Christophe GAZAMBETI a cru devoir déclarer que lui “n'assumerait pas la responsabilité de se mettre à dos les dix Chefs d'Etat de la sous-région et que celui qui prendra le risque de faire bloquer cette machine- là va s'expliquer”. Voilà des propos indignes et irresponsables provenant d’un profito-situationiste qui a trop souffert et s’est servi de ce groupe rebelle comme tremplin pour arriver a ses fins. De quoi amener Michel DJOTODIA, Moussa DHAFFANE et autres à s’en mordre les doigts.

 

A en croire Gazambéti, le déplacement à Libreville de la majorité présidentielle, l’opposition démocratique, Séléka et la société civile était pour signer un accord destiné à plaire aux Chefs d’Etat de la sous-région, et non à résoudre la crise en Centrafrique.


En quoi le fait de dénoncer la non application par l’une des parties, notamment le Président Bozizé constitue-t-il un crime de lèse-majesté à l’égard de ces Chefs d’Etat au point de proférer des menaces aux membres de Séléka?

 

Rien d’étonnant de la part de notre célèbre ex-Ambassadeur en Chine puisqu’il n’a aucun parent qui est, ni assassiné ni parmi les nombreux prisonniers politiques et de circonstance qui croupissent dans les geôles de Bozizé, tout comme la présence des soldats sud-africains et autres mercenaires sur notre sol dont on s’interroge sur leur prise en charge, ne le gêne outre mesure. Par ailleurs, il n’est concerné ni de près ni de loin, par la poursuite des tracasseries aux barrières érigées par les miliciens de Cocora de Lévy YAKITE et du Coac de Steve YAMBETE.

 

Chose troublante est que Gazambéti va jusqu’à dire que “Vous n'allez pas souhaiter que ce qui se passe au Mali arrive ici”, donc faire l’analogie avec la situation au Mali qui est une guerre contre le terrorisme international menée par la communauté internationale qui n’a rien à voir avec la lutte de Séléka qui est un combat contre la dictature et le régime sanguinaire de Bozizé dont le peuple centrafricain veut en découdre.

 

En Prétendant qu’«on est ministre de la République, on n'est pas membre de Séléka», Gazambéti renie son origine et oublie vite que s’il siège aujourd’hui au Gouvernement, c’est bel et bien au nom de cette rébellion Séléka. Cette étiquette qu’il lui sera difficile de s’en débarrasser et ne le quittera jamais avant, pendant et après le GUNT.

 

Aux dernières nouvelles, on apprendra que Gazambéti une fois ministre, offre ses bons offices pour noyauter la Séléka. Madame Renée Madeleine Bafatoro, députée de Carnot et non moins maîtresse favorite du Général Bozizé lui aurait remis une forte somme d’argent, on parle de 25 millions de F CFA pour corrompre les chefs militaires de Séléka qui sont basés à Damara afin qu’ils acceptent sans condition leur cantonnement. Il aurait même proposé à la Bozizie que pour neutraliser les rebelles, il faut procéder à l’élimination physique du Général DHAFFANE qu’il considère comme le plus têtu, car Michel DJOTODIA est déjà sous son contrôle.

 

Il multiplie ces derniers temps des contacts tous azimuts et des réunions nocturnes avec certains proches du régime tels que Enoch Dérant Lakoué, Léon Dibéret, Socrate Bozizé et consorts pour divulguer les secrets de Séléka, leurs réseaux étrangers qu’il croit connaître et mettre en place les stratégies pour les affaiblir. Pour s’attirer les bonnes grâces du régime Bozizé, il se permet de faire des déclarations tonitruantes de nature à discréditer Séléka dont il est pourtant issu et semer la confusion dans la tête de l’opinion nationale et internationale. Avec ce comportement qui caractérise cette bande de politicards qui investissent de plus en plus l’espace politique de notre pays et qui n’ont qu’un seul objectif, la politique du ventre, Gazambéti se trompe, car le président Bozizé le connaît parfaitement et sait ce qu’il vaut. Comme disait Jacques Chirac “ il y a certains qui ont perdu le privilège de se taire”.  

 

Alphonse KOTANGOU, Genève (Suisse)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion