Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 03:02


bonne-annee

urne.jpg

 

L’année 2010 qui vient de débuter doit être théoriquement une année décisive pour le peuple centrafricain. C’est en principe à la fin du premier semestre de cette année, précisément le 11 juin 2010, que le mandat présidentiel de celui qui est arrivé à la tête de ce pays par un accident de l’histoire et un malheureux concours de circonstances, devrait s’achever et ouvrir la possibilité d’élections afin de pourvoir à la succession de la calamité nationale pour ce pays qui s’appelle François Bozizé.

Parvenu en effet à la magistrature suprême du pays le 15 mars 2003 par un coup d’Etat qu’il a réussi à légitimer ultérieurement en 2005 par une grossière mascarade électorale, les Centrafricains n’ont eu de cesse depuis sept ans, d’éprouver douloureusement l’exercice du pouvoir de Bozizé. Ils essuient toutes les pires humiliations. Leur pays bat et détient pratiquement tous les tristes records dans tous les domaines.

Un exemple en est leur président François Bozizé, qui se fait bêtement arrêter par la police allemande comme un vulgaire truand avec une mallette de diamants qu’il voulait tenter d’écouler dans ce pays. Les USA et la France organisent un coup d’Etat contre l’ancien président haïtien Jean Bertrand Aristide et veulent l’éloigner de son pays. Le pays poubelle d’accueil qu’ils choisissent est la République centrafricaine  dont le président accepte bêtement l’opération croyant que cela lui rapporterait de l’argent.

Chose unique dans le monde, presque chaque année depuis qu’il est au pouvoir - il vient encore de le décréter cette fois-ci - Bozizé ordonne que le jour du nouvel an, les Centrafricains doivent jeûner et prier Dieu pour lui demander de résoudre les problèmes du pays ! Malheureusement, les Centrafricains qui sont blasés des excentricités et autres frasques de leur président, ne réagissent pas. Sous d’autres cieux, de telles décisions déclencheraient automatiquement un scandale d’une telle ampleur que le peuple descendrait dans la rue pour exiger le départ de l’auteur de la décision.

En effet, le peuple a élu un homme qui s’est fait élire en promettant qu’il allait apporter des solutions aux problèmes du pays et à ses fils. Ce n’est pas Dieu que le peuple a élu. Cette décision d’obliger les citoyens à jeûner et prier le premier jour de l’an vaut ipso facto démission du président de la République qui aura ainsi reconnu son incapacité à résoudre les problèmes qui se posent au pays et à ses citoyens.

Les Centrafricains doivent donc tout faire pour s’organiser afin de se débarrasser en 2010 de leur médiocre président sur lequel il y a tant et tant à dire. Le pays dans son ensemble doit retrouver la sécurité et la paix. Pour cela, même les Nations Unies ne s’y sont pas trompées, le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) de tous les rebelles doit obligatoirement aboutir. C’est d’une impérieuse nécessité et une urgence absolue.

Tant que ces combattants armés ne seront pas cantonnés et désarmés, il ne saurait y avoir d’élections dignes de ce nom. Il faut que l’argent mis à la disposition du gouvernement centrafricain pour le DDR serve effectivement à financer ce programme. Bozizé doit donc remettre les huit milliards de F CFA aux organismes des Nations Unies chargés de gérer ce fonds afin que les combattants armés soient payés. C’est la condition sine qua non au retour de la paix dans les zones affectées par le conflit. Sans cela, la population de ces régions continuera d’être prise en otage par les éléments armés des mouvements de rébellion. Cela ne doit plus durer. Les prochaines élections en Centrafrique ne doivent plus être ni une mascarade ni un hold-up.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique