Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 19:20




RCA : Les dessous du retour au bercail de l’ex président Ange Félix Patassé

Un coin du voile commence à se lever sur les conditions dans lesquelles l’ex président Patassé a subitement mis fin à son exil loméen et précipitamment quitté le Togo pour un autre séjour mouvementé de deux mois en Libye. Chose curieuse, en dehors du président de l’assemblée nationale togolaise Abbas Bonfoh, du fait de ses relations familiales avec la défunte épouse de Patassé Angèle, aucune autre personnalité officielle du Togo ne l’a reçu pour ses prétendus adieux. Aucun membre du gouvernement togolais, ni le premier ministre, et encore moins à plus forte raison le président Faure Gnassingbé.

A l’occasion du 40ème anniversaire de la Révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, le colonel Moammar Khadafi avait tenu à inviter tous les Chefs d’Etat africains signataires de la Charte de création de l’Union Africaine à Syrte le 9 septembre 1999, qu’ils soient en fonction ou pas. C’est ainsi que plusieurs anciens Chefs d’Etat africains dont Ange Félix Patassé et autres Mathieu Kérékou, Joachim Chissano, Moussa Traoré, Goukouni Weddeye, ont été invités.

 C’est donc en sa qualité d’ancien Chef d’Etat centrafricain signataire de cette Charte qu’Ange Félix Patassé avait été invité mais lui, avait une autre idée derrière la tête. Il a demandé aux autorités libyennes de lui envoyer un avion pour son déplacement. Un avion est alors dépêché à Lomé et contre toute attente et à la grande surprise des Libyens, Patassé annonce avec fracas la fin de son exil togolais et son retour définitif au bercail via Tripoli. Il débarque alors à Tripoli avec toute sa famille (13 personnes) et tous ses bagages.

A l’issue des festivités du 40ème anniversaire de la Révolution de la Grande Jamahiriya, puisque le Guide recevait individuellement chaque invité après les cérémonies, il s’est présenté à l’audience avec la veuve du défunt Pr Simon Bédaya Ngaro qu’il présente au colonel Moammar Khadafi comme sa nouvelle épouse, et sollicite son appui financier pour les prochaines élections de 2010 en Centrafrique en prétextant que de nombreuses sollicitations lui parviennent du pays et que cette situation le contraignait à être candidat. De son côté sa compagne ex Mme Angéline Bédaya Ngaro va demander au leader libyen, une maison à Bangui et une voiture.

 Le colonel Khadafi demande alors à Patassé de ne plus chercher à revenir au pouvoir mais de se comporter comme un Père de la nation, en renonçant par conséquent à ses ambitions politiques et de rentrer au pays pour œuvrer pour la paix sans interférer dans la vie politique centrafricaine. Pour les dispositions pratiques à prendre pour son retour au pays, Khadafi recommande à Patassé de prendre attache avec ses proches collaborateurs. Après cet entretien, une enveloppe contenant une certaine somme d’argent, quelques dizaines de milliers de dollars US lui est remise. Khadafi promet aussi en outre, de remettre une voiture à la compagne.

Après cette entrevue, Ange Félix Patassé revient vers les collaborateurs de Khadafi avec de nouvelles exigences avant son retour :

- il voulait un avion spécial pour son retour à Bangui et des agents de sécurité libyens

- il voulait un avion et trois hélicoptères pour sillonner la RCA

 - il voulait enfin de l’argent pour sa future campagne électorale

 Les collaborateurs de Khadafi lui rappellent les conseils de ce dernier et s’en suit une vive discussion mais toutes les requêtes de Patassé sont purement et simplement rejetées. Les Libyens ne retiennent que le principe de mettre à sa disposition un avion pour le ramener à Bangui mais il n’est pas question de lui redonner de l’argent, ni des avions ni des agents de sécurité.
 
En réalité, le premier voyage pour Bangui était prévu le 22 octobre mais a dû être annulé par Patassé lui-même qui a prétexté que ses partisans à Bangui n’avaient pas fini les préparatifs de son retour. Le 28 octobre, veille de son retour annoncé, il a encore vainement insisté pour voir Khadafi afin de lui demander encore de l’argent mais une fin de recevoir lui est fermement opposée. Il est donc in fine, rentré bredouille à Bangui…

 Correspondance particulière à Tripoli

Dimanche 1 Novembre 2009

Source : lindependant-cf.com

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique