Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 00:11

 

 

Abdoulaye-Miskine-Koumta-Madji.jpg

 

 

Source: Institut de la Seconde Guerre and Peace Reporting (IWPR)

Date: 8 mars 2011

Le témoin parle d'une attaque sur le marché à bétail près de la capitale de la RCA dans laquelle il y a eu beaucoup de morts.

Wakabi Wairagala - Justice internationale - CPI

Issue ACR 290,

Un témoin dans le procès Cour pénale internationale, CPI, du chef de l'opposition congolaise Jean-Pierre Bemba la semaine dernière a fourni des détails d'un massacre d'au moins un marché de bétail près de la capitale de la République centrafricaine, République centrafricaine.

Témoignant sous le pseudonyme de témoin 79, et avec distorsion de la voix et le visage, elle a dit que l'attaque au marché à bestiaux au PK13 qui est situé à 13 kilomètres de la capitale Bangui, la gauche "de nombreux musulmans » morts, dont son mari.

Le témoin a déclaré que l'attaque était dirigée par Martin Koumtamadji, un ressortissant tchadien également connu sous le nom Miskine, qui a dirigé une unité militaire spéciale en dehors de l'armée qui a combattu les tentatives coup d'Etat contre le président centrafricain Ange-Félix Patassé.

Elle a rappelé la façon dont un résident de PK13 l’a informée de l'attaque sur le marché aux bestiaux.

Le témoin a déclaré que cette personne 79 lui a dit: «Vous êtes ici des musulmans mais Miskine et les Banyamulenge ont tué de nombreux musulmans et il a promis de revenir plus tard pour tuer plus de musulmans encore dans [la banlieue de] PK12."

Banyamulenge est un terme utilisé en RCA pour se référer aux soldats de Bemba qui ont été à Bangui en 2002 et 2003 pour aider Patassé à combattre une rébellion armée.

En Novembre dernier, le premier témoin à charge dans le procès de Jean-Pierre Bemba a déclaré que lorsque des rebelles dirigés par le chef de l'armée limogé François Bozizé, ont attaqué Bangui, Miskine a effectué un raid punitif sur le marché aux bestiaux. Le raid a eu lieu le 30 et 31 Octobre, 2002.

Les organisations des droits humains dans le passé ont demandé à la CPI d’inculper Miskine et Patassé aux côtés de Jean-Pierre Bemba. Elles ont affirmé que la responsabilité des trois est la même pour les crimes commis en RCA.

Les avocats de Bemba ont déclaré à plusieurs reprises qu'il y avait plusieurs groupes de milices et que les atrocités commises à Bangui ne sont pas à la fois celles de ses troupes dans le pays. Ils affirment que des soldats de l'un de ces groupes pourraient avoir commis les crimes dont Bemba est accusé.

Bemba, 48 ans, a été placé en détention à la CPI depuis Juillet 2008. Bien qu'il n'était pas en RCA avec les troupes qui auraient violé, assassiné et pillé, il est en procès parce qu’il est accusé par le procureur de n’avoir pas assumer la responsabilité de n’avoir pas retenu ou puni ses soldats.

Selon le Statut de Rome qui fonde la CPI, un chef militaire est pénalement responsable des crimes commis par les forces sous leur commandement et un contrôle efficace.

Dans son témoignage la semaine dernière, le témoin 79 a raconté comment elle et sa fille de 11 ans ont été violées par des soldats du Mouvement de Bemba pour la Libération du Congo, MLC.

Elle a également déclaré que son mari a été tué par une force dirigée par Abdoulaye Miskine, qui dit-elle, a été accompagnée par les troupes du MLC.

Interrogée par l'avocat des poursuites Horejah Bala-Gaye, elle a dit : «La personne qui a tué mon mari a été Miskine et les Banyamulenge qui l'accompagnaient."

Elle a ajouté que, outre son mari, de nombreuses autres personnes ont été tuées au marché à bestiaux, et décrit comment elle et certains de ses voisins ont rencontré deux commandants MLC pour protester contre le traitement des soldats malades et de civils.

Le témoin a expliqué que la réunion a eu lieu à la maison du chef local, dans la banlieue PK12. Elle a dit que les commandants s’étaient adressés à eux en français.

"Ils ont dit : « Si vous voyez les gens venir au quartier et commettre des exactions violentes, il faut savoir que certains ne sont pas des soldats professionnels. Ce sont des gens qui ont reçu des vêtements militaires et des armes pour aller au front », a-t-elle rappelé.

Elle a ajouté que les commandants MLC ont également dit que ces femmes étaient des hommes violeurs qui voulaient voler et ne sont pas des soldats professionnels.

Le témoin n'a pas dit en audience publique qui a donné des armes aux soldats inexpérimentés, et n'a pas précisé les noms des commandants ou s’ils ont promis de prendre des mesures contre les soldats qui ont abusé de civils.

Le témoin 79 a déclaré que les soldats de Bemba ont été les seuls soldats qui ont soumis des civils de son quartier à des abus.

"Je n'ai pas vu la présence de soldats d'autres au-delà de ceux que j'ai cités, dit-elle.

Le témoin a dit que deux jours après avoir été violée, elle a appris que sa mère et sa sœur aînée avaient également été violées par les troupes du MLC. Elle a dit à la suite de cette attaque, sa mère est devenue "plutôt déséquilibrée dans son comportement» et a fui vers le Tchad voisin.

Son frère, dont les biens ont été pillés parmi ceux de sa maison dans la nuit de son viol, "est devenu colérique" et a quitté la maison. Il n'avait pas donné de nouvelles depuis, a-t-elle dit.

«Je vis dans un état d'inquiétude", a déclaré le témoin. «Je suis troublée. Je sais que je ne suis pas bien dans ma tête. Je sais que j'ai des problèmes psychologiques."

Le procès se poursuit cette semaine.

Wairagala Wakabi est un reporter de l'IWPR formés à La Haye.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers