Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 01:52

 

 

Bozize-15-mars-2011.jpg

 

 

 Quasiment passées sous silence, les élections présidentielle et législative en République centrafricaine, en janvier dernier, auront constitué un véritable déni démocratique.
La note co-rédigée par plusieurs responsables de l’opposition démocratique au président « réélu », François Bozizé, rappelle les circonstances de ce pseudo scrutin.

 

LE CONTEXTE

Après la chute de l’ex-empereur Bokassa en septembre 1979, le président David Dacko organisa un séminaire national de réflexion sur les institutions instaurant en 1980 le multipartisme, alors que partout, sauf au Sénégal, l’Afrique vivait sous le règne du parti unique.

Les résultats des premières élections multipartites organisées par le président Dacko en mars 1981, firent l’objet de contestations et occasionnèrent de graves troubles dans tout le pays. Ce fut l’occasion pour le général André Kolingba, chef d’Etat-major général des Armées, de prendre le pouvoir le 1er septembre 1981 et de suspendre partis et associations politiques.

La nouvelle constitution de 1986 permit un renouveau de la vie politique grâce à la création d’un parti unique national, le Rassemblement démocratique centrafricain (RDC), mais ce n’est qu’à la faveur du mouvement initié par la chute du mur de Berlin que fut restauré par le président André Kolingba le multipartisme, en 1991.

 

Lire la suite dans la rubrique NOTE n° 87 - de la revue de la Fondation Jean-Jaurès - 20 Avril 2011  www.jean-jaures.org

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique