Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 19:55

 

 

d-plac-es.jpg

 

Radio Ndéké Luka Mardi, 25 Octobre 2011 13:26

Produire plus de 100. 000 tonnes de coton dans les prochaines années. C’est l’un des objectifs que se fixe le gouvernement centrafricain. Cette orientation a été annoncée à Radio Ndeke Luka par le ministre de l’Agriculture, en prélude au lancement de la campagne commerciale dans la filière Coton. D’ores et déjà, la République Centrafricaine entend récolter 22 000 tonnes pendant la campagne 2011-2012 en cours.

Cette relance sera  rendue possible grâce un financement sur le budget national à hauteur de 1 500 000 000 de francs CFA (environ 2, 286 millions d’euros). Ce coup de pouce viendra corriger le faible niveau de production enregistré en 2008, avec seulement 900 tonnes de coton commercialisées.

Selon Fidèle Gouandjika, ministre du développement Rural, « pendant la campagne cotonnière de 2009, les 900 tonnes récoltées en 2008, ont été multipliées par 11. Un tonnage maintenu en 2010-2011, avec le retour de la paix dans les régions de l’Ouham et l’Ouham-Péndé, réputées dans de productions cotonnières et fragilisées dans un passé récent par des conflits armés ».

Il a rappelé qu’« avant les crises militaro-politiques de 1996, le pays disposait de 6 usines d’égrenage du coton. Des usines réduites au nombre de 3 à Bossangoa (ouest), Bambari (centre-est) et  Guiffa (ouest) pour l’ensemble du territoire national. Les autres seront dans un proche avenir remises en état ».

Il est à noter qu’avant la relance de ce secteur en 2008, le gouvernement était redevable aux cotonculteurs. Des créances qui ont été réglées avant toute relance.

L’autre difficulté que connait ce secteur est le manque de matériels agricoles à savoir intrants, outils voire des graines de qualité. La culture du coton est jusqu’à ce jour pratiquée de manière traditionnelle avec des outils rudimentaires. L’encadrement technique manque dans ce domaine qui a fait jadis la fierté du pays dans les années 1970.

 

NDLR : Depuis plus de huit ans que pour prendre le pouvoir, Bozizé a eu recours aux zakawa qui se sont particulièrement distingués par le déménagement au Tchad des usines d’égrenage du coton de la RCA, il est fort curieux que ce soit seulement maintenant que son gouvernement parle vaguement d’une prochaine « remises en état » des trois usines dont les machines ont été déménagées au Tchad par les mercenaires tchadiens de Bozizé.

En tout état de cause, l’agriculture est l’un des domaines dans lesquels l’échec du régime Bozizé est le plus patent avec des conséquences très dramatiques pour le monde rural qui constitue plus de 90 % de la population centrafricaine. La famine qui sévit actuellement en Centrafrique résulte pour une bonne part du manque criard d’une politique agricole hardie de ce régime.

Par ailleurs, la présence à la tête du département de l'agriculture d'un ministre comme Fidèle GOUANDJIKA, mis en examen pour sa précédente mauvaise gestion au département des Télécommunications, est objectivement un cas de contre-indication pour le ministère de l'agriculture en dépit des gesticulations et de la phraséologie démagogique de ce dernier..

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Economie