Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 15:47

 

 

 

Bozizé ailleurs

 

 

Harlem-Desir-Laurent-Fabius-au-congres-du-PS.JPG

 

 

Comme à son habitude, au lieu de faire son introspection et rechercher les causes de son incapacité à endiguer l’insécurité et restaurer la paix dans le pays dans sa mauvaise politique,  Bozizé, reprenant pour argent comptant les fiches mensongères de certains de ses prétendus agents de renseignement, ose avancer dans son proche entourage que Martin Ziguélé soutiendrait Abdoulaye  Miskine, chef de la rébellion du FDPC.  


Ce n’est pas la première et sans doute pas la dernière fois que de telles accusations sans le moindre début de preuve, soit proférées contre le président du MLPC par Bozizé et ses partisans. On se souviendra que lorsqu’il fut ministre de l’Administration du territoire, le général d’opérette Jules Bernard Ouandé avait déjà brandi devant Martin Ziguélé, convoqué dans le bureau du premier ministre Faustin Touadéra, une prétendue fiche de renseignement dans laquelle on alléguait qu’il préparait un coup de force contre le pouvoir de Bozizé avec la complicité d’un ami français qui serait souvent en sa compagnie lors de ses séjours en France. C’était du temps du président Nicolas Sarkozy.


A supposer que Martin Ziguélé veuille renverser Bozizé, maintenant que ce sont ses amis de l’Internationale Socialiste qui sont aux commandes en France, a-t-il encore besoin de soutenir une rébellion, fût-elle celle d’Abdoulaye Miskine. Martin Ziguélé qu’on a vu à table lors du récent Congrès du Parti Socialiste français de Toulouse aux côtés de ses plus importants dirigeants comme Laurent Fabius et Harlem Désir, n’a-t-il rien d’autre à faire que de manipuler des mouvements de rébellion.


Bozizé sait très bien qu’il est hors course pour la présidentielle de 2016 où Martin Ziguélé en revanche a toutes les chances de l’emporter s’il est candidat. Mais comme il entend mourir au pouvoir et le cas échéant transmettre le flambeau à un de ses fils, il voit dans un très mauvais œil les ambitions présidentielles de Martin Ziguélé qui, contrairement à lui, a l’envergure et l’étoffe pour pouvoir diriger ce pays qu’il a plongé dans les abysses de la misère et de la pauvreté.


En pleine crise de paranoïa, Bozizé aurait ordonné à ses services de surveiller encore davantage les allées et venues de Martin Ziguélé ainsi que de renforcer les écoutes de ses conversations   téléphoniques. C’est proprement scandaleux et totalement inadmissible. C’est en outre, une grossière violation de la constitution.


En choisissant de mener son étrange politique sans lendemain de la mallette de billets de banque vis-à-vis des chefs de rébellion reçus à Bangui les uns après les autres, Bozizé ne doit pas s’étonner de ce qui se passe dans la Vakaga, le Bamingui-Bangonra et la Haute Kotto notamment.  


En faisant des hommes d’affaires prétendument chefs rebelles Zakaria Damane et Abdoulaye Hissène ses supplétifs dans ces régions, il a attisé sur fond d’affaires de diamant, les conflits ethniques et politiques des habitants de ces préfectures. Aujourd’hui, qu’il boive le calice jusqu’à la lie et ne s’en prenne qu’à lui seul au lieu de chercher des boucs-émissaires ailleurs.

 

La rédaction 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique