Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 01:24

 

 

 

gl Dhaffane

 

 

Radio Ndéké Luka Jeudi, 07 Mars 2013 13:15

 

« Nous avons toujours revendiqué un réaménagement technique du gouvernement comme facteur d’un retour définitif de la paix en République Centrafricaine. Le quota de la Séléka n’a pas été respecté, ce qui nous inquiète ». Cette déclaration  a été faite le 5 mars 2013 par le ministre des eaux et forêts, Moussa Dhaffane, sur les ondes de Radio Ndeke Luka.


La réaction de ce membre du gouvernement, issu des rangs de la coalition des rebelles de la Séléka, est intervenue au moment où le Président de la République Centrafricaine François Bozizé a nommé mardi dernier, certaines personnalités à des postes de responsabilités.


Selon le ministre, « il est important à ce jour de procéder à ce réaménagement technique pour apaiser les esprits, prendre en compte toutes les sensibilités nécessaires à un retour de la paix ».


« Toutefois, Séléka a toujours milité pour une paix. Même si elle a pris des armes, il n’a pas été question de faire la guerre, mais plutôt de faire entendre la voie d’une frange de la population délaissée », a indiqué le ministre.


Au sujet justement de cette nomination rendue publique sur les ondes de la radio Nationale, le Président de la République a ramené de force Albert Besse, ex-ministre des finances et du budget, Obed Namsio, ex-ministre délégué aux mines et Roger Langue. Ils sont désormais Ministres Conseillers à la Présidence.


Le même décret concerne également Egide Gouguia, ancien Premier Conseiller auprès de l’ambassade de Centrafrique à Paris et Firmin Ngrebada (ex- directeur de cabinet adjoint de l’ex-Premier ministre  Faustin Archange Touadera.


Une presse en ligne a remarqué que « malgré l’accord de Libreville signé en janvier dernier, le Président de la République continue à ce jour, de signer à tour de bras, les décrets de nominations dans l'appareil de l'Etat. Dans ses actions, il ne consulte même pas l’actuel chef du gouvernement de l’union nationale, maître Nicolas Tiangaye, et surtout le conseil des ministres. Pour cette presse, «  rien n'a vraiment changé depuis Libreville ».


La même source a précisé que, « un des hélicoptères de guerre ukrainiens que François Bozizé tentait depuis à la hâte de faire voler, aurait effectué le week-end dernier, un tour de reconnaissance sur la ville de Sido (nord). Cette ville qui avait fait l'objet quelques heures plus tôt, d'une attaque des éléments de Nouredine Adam de la Convention des Patriotes pour la Justice et la Paix (CPJP) Fondamentale. Une attaque qui a fait fuir plus de 4000 habitants de Sido vers le Tchad voisin ».


Toutefois, sur le terrain, une partie dissidente des éléments de la Séléka cantonnés à Sibut (186  kilomètres nord de Bangui) continuent de semer la terreur parmi la population. 9 d’entre eux ont blessé par balle un habitant et fils d’un Général des Forces Armées Centrafricaines (FACA) à Libi (45 kilomètres sur l’axe Damara-Sibut. La victime en question se trouve à ce jour à l’Hôpital de l’Amitié de Bangui pour des soins.


Les bourreaux du jeune lui auraient reproché la détention des armes de guerre appartenant à son père. Outre ce cas de blessé, les malfrats ont emporté 10 tonnes d’ignames, 7 tonnes et demi de riz ainsi que d’autres biens appartenant au Général.

 

 

 

 

NDLR : A trop insister sur le nombre de portefeuilles qu'ils ont réclamés dans le gouvernement et qu'ils n'auraient pas eus en totalité, les responsables de Séléka donneront raison à ceux qui disent "tout ça pour ça" comme si la finalité est l'obtention de postes ministériels. Ce faisant, ils se comportent aussi comme BOZIZE qui pense que le gouvernement est une question de rapport de force numérique car en cas de vote, plus un camp a de ministres, plus il a des chances de gagner. Séléka doit comprendre que même des partis politiques aussi importants et implantés dans le pays comme le MLPC et le RDC, n'ont obtenu chacun qu'un seul portefeuille au sein de ce gouvernement et s'en contente car il s'agit d'un gouvernement d'union nationale. Ces partis auraient pu insister pour avoir davantage de postes ministériels car ils ne sont pas moins méritants que la soi-disant entité "opposition armée non-combattante" qui a eu complaisamment trois maroquins alors qu'en réalité, ce sont des gens qui ont rallié BOZIZE. A l’évidence, même si tous les Centrafricains qui souhaitent être ministres le devenaient, les problèmes essentiels de ce pays n’en seraient pas pour autant résolus.


C’est parce que BOZIZE ne comprend que le langage des armes et de la force que nous en sommes là aujourd’hui. C’est une fois face à la menace de renversement de son pouvoir que ce dernier a été contraint de déclarer à l’issue de son entretien avec Thomas YAYI BONI qu’il était prêt à se rendre aux négociations de Libreville sans conditions et à prendre des rebelles de Séléka dans son gouvernement. A présent, il semble avoir oublié ses engagements et veut faire fouiller au corps les ministres Séléka avant qu’ils entrent en salle du conseil et autre brimade du genre, empêcher l’accès de la radio nationale au ministre de la communication. Actuellement, BOZIZE ayant réussi avec Libreville à sauver sa tête, il pense qu’il peut à nouveau reprendre avec ses ruses et roublardises ante mais il se trompe.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers