Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 13:01

 

 

 

logo FARE 2011

 

 

 

DECLARATION  RELATIVE A LA PRISE DE POSITION DU MINISTRE   DE L’ADMINISTRATION DU TERRITOIRE ET DE LA DECENTRALISATION SUR LE PROCESSUS DE LA REVISION DU CODE ELECTORAL

 


 

L'opposition démocratique centrafricaine a suivi avec stupéfaction la Déclaration véhémente et passionnée faite en date du 12 août 2012 par le Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation  lui-même sur les médias publics, au sujet des modalités d'organisation des prochaines réunions de concertation sur la révision du Code électoral de la République Centrafricaine.

 

Ne pouvant rester sans réaction face à cette sortie médiatique déplorable, qui fait suite à plusieurs vaines et grossières tentatives du même Ministre  lors des deux précédents ateliers sur la révision du Code électoral d’imposer sans nuance ses propres vues, le FARE-2011 tient  à  porter à l'attention de l'opinion nationale et internationale ce qui suit :

 

Le processus de révision du Code électoral de notre pays doit être consensuel, puisqu'il  s'agit uniquement de doter notre pays d'instruments électoraux efficaces et impartiaux, afin de respecter le suffrage des centrafricains et d'éviter des crises politiques postélectorales comme c'est le cas aujourd'hui.

 

         Faut-il le rappeler, la même communauté internationale qui est aujourd'hui indexée à travers le Chef de la Délégation de l'Union Européenne, a déjà eu à œuvrer pour une bonne préparation de ce  processus de révision du Code électoral centrafricain, notamment en finançant une mission d'études de plus d'un mois du même Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation et de sa délégation au Sénégal, au Cameroun, au Ghana, au Bénin et au Québec. Meilleure diligence aurait été pour le Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation de commencer par produire un rapport de mission justifiant et la forme et le fond de ses propres arguments de travail.

 

Le Chef de la Délégation de l'Union Européenne, est bel et bien Ambassadeur selon la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961, ratifiée par la République Centrafricaine le 5 avril 1962 (Loi N°62.298 du 5 Avril 1962), contrairement aux affirmations hasardeuses du Ministre de l’Administration du Territoire et de la décentralisation qui, par ignorance, lui dénie ce titre.

 

Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. En effet, si aujourd'hui, le Chef de la Délégation de l’Union Européenne se charge de consulter les parties prenantes sur les modalités consensuelles de conduite des prochains ateliers de révision du code électoral, le Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation devrait plutôt l'en remercier et l’en féliciter au lieu de le vilipender publiquement et outrageusement. C'était au Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation, bien avant le premier atelier de Novembre 2011, de consulter les différentes  parties prenantes pour convenir des règles du jeu. Or, c'est l'absence de cette diligence élémentaire qui nous a conduit à l'impasse actuelle.

 

C'est pourquoi, l'opposition démocratique centrafricaine, qui met la déclaration du Ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation sur le compte d'une diversion tendant à masquer sa propre carence, demande à tous les pays amis et frères de la République Centrafricaine, ainsi qu'aux organisations internationales, et notamment  à la Délégation de l'Union Européenne de continuer à œuvrer sans relâche pour la paix et le développement de notre pays, et à aider le peuple centrafricain dans sa quête du bien-être.

 

 

Fait à Bangui, le 17 Août 2012


 Pour le  FARE 2011                       

Le  Coordonnateur                                                      

 

 

Maître Nicolas TIANGAYE  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique