Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 19:31

 

 

Gabirault

 

 

DECLARATION CONCERNANT LA SITUATION AGITEE EN CENTRAFRIQUE


La situation agitée de la République Centrafricaine était prévisible, car la conséquence évidente d’un entêtement et d’un aveuglement politiques, malgré les incessants conseils, critiques constructives, avertissements des hommes et même de Dieu qui aime tant ce pays.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   Je ne le répèterai jamais assez que nous n’avons pas tiré les leçons du passé pour mieux faire et surtout éviter l’éternel recommencement des mêmes crises dans notre pays, sous une forme ou une autre,  au détriment bien évidemment de la population dont les larmes coulent abondamment depuis des décennies.                                                    .                                                                                                                                                

Dans un pays responsable,  depuis le sommet de l’Etat, les citoyens tirent les leçons de leur histoire. N’ayant malheureusement pas tiré les leçons de l’histoire récente, notamment du procès BOKASSA qui était celui de toute la société centrafricaine, notre pays n’a fait que connaître  de  grandes  souffrances avec un degré exponentiel.                                                                                                                             .                                                                                                                                       

 Ainsi, la deuxième mutinerie a été plus violente que la première, la troisième plus sanglante que la deuxième, le coup d’Etat manqué du 28 mai 2001 du défunt Général André KOLINGBA  plus dramatique que la troisième mutinerie, le coup d’Etat du Général  François BOZIZE du 15 mars 2003 très sanglant, mal maîtrisé, ayant créé davantage de la désolation par de très importantes pertes en vies humaines, de viols massifs, le déplacement d’un nombre plus élevé de réfugiés à l’extérieur, d’incalculables destructions et pillages de biens appartenant aussi biens à l’Etat qu’aux particuliers.                                                                   .                                                                                                                                                                                                          A tout cela se sont ajoutés les graves évènements dans le Nord du pays en 2006 au cours desquels des milliers de villages ont été incendiés, des populations réfugiées en brousse, vivant comme des animaux dans des conditions inhumaines, d’autres en exil, ce qui aura une déstructuration sociale certaine dans l’avenir.                                                                              .                                                                                                                                                              Depuis 10 ans, des conseils, critiques constructives, avertissements sur la conduite du pays ayant essentiellement pour but de faire éviter le cauchemar que le peuple centrafricain a ainsi vécu n’ont pas été écoutés, encore moins suivis.                                                                                                             

 

De  plus, les violations incessantes de la constitution, le non respect des autres textes ainsi que de la parole donnée, l’absence totale de justice et la loi de la jungle ont complètement déréglé la société centrafricaine, désormais sans repères moraux.


Un pays qui ne brille plus que par  des comportements rocambolesques, des statistiques épouvantables dans tous les domaines sur le plan mondial, qu’il s’agisse de l’espérance de vie devenue la plus faible de la planète, la famine,  paradoxalement, historiquement alarmante, cause de malnutrition, de multiples décès, l’insécurité généralisée qui occasionne tous les jours la mort en grand nombre  dans différents coins du pays  etc., ne peut être que la proie à la rébellion armée qui trouve bien évidemment un ensemble de  prétextes réunis.                                                                                                                                                                                                                                                                         

En réduisant l’opposition démocratique à sa plus simple expression par tous les moyens alors que ses critiques sont au moins une boussole pour lui,  le pouvoir a offert ainsi toutes les raisons à une rébellion armée, comme un plat sur un plateau.

Les déclarations officielles du gouvernement français et des autorités tchadiennes montrent très clairement un embarras dans une situation où il n’y a finalement plus de moindre mal pour le peuple centrafricain, qu’il s’agisse du pouvoir ou de la rébellion armée. 

                                                                                           

En effet, face à un pouvoir dont la gestion est à l’origine de la situation agitée actuelle dans le pays et une rébellion armée dont les intentions véritables ne sont pas encore bien cernées, la meilleure  solution pour éviter que le sang coule inutilement, et pour sauvegarder la démocratie encore naissante , bien que torpillée, est une large concertation nationale.                                          .                                                                     

Cependant, le plus important concerne le mécanisme pouvant garantir efficacement le respect de ce qui pourrait découler de cette concertation dans l’intérêt national.                                                                                       .                                                                                                                                                                                                             

Dans cette perspective,  une simple interposition des forces tchadiennes entre les belligérants serait une solution sage de nature à éviter un embrasement avec des conséquences sur l’innocente population centrafricaine.                                         .                                                                                                                   

En tout cas, si le pouvoir ne savait pas que la gestion à cache- cache de ses relations avec la rébellion armée depuis plusieurs années allait avoir les conséquences actuelles, c’est très grave. Mais s’il le savait et n’a rien fait pour le prévenir, le faire éviter, c’est également très grave car ceux qui dirigent le pays ne doivent pas continuellement jouer avec la vie de toute une nation.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              Dans un passé récent, le peuple centrafricain a eu à juger du sens élevé de l’Etat du défunt Président David DACKO qui n’avait pas hésité, compte tenu du contexte de l’époque, à céder le pouvoir à l’armée pour préserver la paix,  l’unité nationale en 1981 et du défunt Président André  KOLINGBA qui, pour les mêmes raisons s’était plié aux résultats des urnes, bien que militaire.                                               

De la même manière qu’un coup d’Etat est condamnable en démocratie, de la même manière une gestion hasardeuse aux conséquences multidimensionnelles est condamnable.

                                                  

Fait à Paris le 20 décembre 2012

Emmanuel Olivier GABIRAULT                                                                                                                                                                                                                     Personnalité Politique Indépendante,                                                                                                                                                                                                                           Vice-président du Comité de Suivi des Actes du Dialogue National de 2003,                                                                                                                                           Vice-président du Présidium du Dialogue Politique Inclusif de 2008.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Opinion