Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 04:13

 

 

 

 

merdier électoral RDC 10

 

KINSHASA AFP / 29 mars 2012 19h21 - Les résultats des élections présidentielle et législatives de fin 2011 en République démocratique du Congo ne sont pas crédibles en raison de nombreuses irrégularités et fraudes, estime la Mission d'observation de l'Union européenne dans un rapport publié jeudi à Kinshasa.

La mission considère que les résultats publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) ne sont pas crédibles à la lumière des nombreuses irrégularités et fraudes constatées lors du processus électoral, écrit-elle dans son rapport final sur ces scrutins remportés par le chef de l'Etat sortant Joseph Kabila et l'alliance de partis qui l'ont soutenu.

La Mission d'observation de l'UE (MOE-UE) évoque notamment l'absence d'audit du fichier électoral, le manque de transparence lors du nettoyage de ce fichier, le vote sur simple présentation de la carte d'électeur de 3,2 millions d'électeurs, de multiples incidents de fraude et de bourrages d'urnes lors du vote le 28 novembre, ou encore une publication des résultats caractérisée par un profond manque de transparence.

La MOE-UE recommande principalement la restructuration de la Céni en y incluant la société civile pour contribuer à sa transparence, son indépendance et sa fiabilité. La Céni est présidée par le pasteur Daniel Ngoy Mulunda, ancien conseiller spirituel du président Kabila

La mission recommande également un audit du fichier électoral et la mise en place de la Cour constitutionnelle. Le rôle de cette dernière est actuellement dévolue à la Cour suprême de justice (CSJ), chargée du contentieux et de proclamer les résultats définitifs des élections. Son indépendance a souvent été mise en cause.

La CSJ avait validé à la virgule près les résultats de la présidentielle à un tour donnés par la Céni: Kabila vainqueur avec 48,95% (8,8 millions de voix) devant l'opposant Etienne Tshisekedi, classé second avec 32,33% (5,8 millions de voix). Ce dernier a rejeté les résultats et s'est autoproclamé président de la RDC.

Les magistrats de la CSJ sont nommés par le chef de l'Etat, moyennant l'intervention formelle du Conseil supérieur de la magistrature, dont les membres sont aussi désignés par le président, notent les observateurs de l'UE. Dix-huit nouveaux magistrats avaient été nommés à la CSJ lors de la campagne électorale.

Un chapitre du rapport est consacré à l'analyse des résultats de la présidentielle au Katanga (sud-est), fief de Kabila où il a obtenu près de 90% des suffrages, et le Bandundu (ouest) où il a bondi de 39,4% en 2006 à 73,4% en 2011, y réalisant des progressions fulgurantes que l'analyse politique rationnelle a quelque mal à expliquer, selon le rapport.

Dans ces deux provinces l'écart de 3,6 millions de voix creusé par Kabila face à Tshisekedi est impressionnant et irréversible et l'illisibilité politique des résultats (...) vient accroître le doute concernant la crédibilité du scrutin présidentiel, est-il ajouté.

Le rapport recommande aussi une réforme du Conseil supérieur de l'audiovisuel et de la communication (CESAC), qui n'a pas joué son rôle de régulateur avec impartialité, prenant des mesures arbitraires et discriminatoires contre les médias d'opposition.

Un travail important attend désormais les autorités congolaises et la société civile afin d'améliorer le déroulement des élections pour garantir la transparence et la fiabilité de la démocratie congolaise, a déclaré la députée bulgare Mariya Nedelcheva, chef de la MOE-UE, lors de la présentation du rapport.

La céni a annoncé une prochaine évaluation du processus électoral actuellement suspendu, avant la publication d'un nouveau calendrier pour les élections provinciales, sénatoriales et locales.


(©)

 

NDLR : C’est le moins qu’on puisse dire. Dès lors, que fait-t-on des résultats frauduleux et quel doit être le sort de celui-là même qui prétend avoir gagné ces prétendues élections ? C’est toujours pareil. Les pays occidentaux qui constatent et affirment la non crédibilité de ces élections éprouvent un mal fou à exiger leur annulation pure et simple et l’organisation de nouvelles. Pourquoi redoute-t-on tant ces dictateurs voleurs d’élections en Afrique ?

 C’est ce qui s’est aussi passé en Centrafrique où Bozizé a fait un hold-up et on n’ose pas lui dire que les résultats élections du 23 janvier 2011 pourtant grandement financées en partie par l’UE et les Nations Unies doivent être annulées et reprises. Le FARE-2011 prêche depuis lors dans le désert et personne ne l’écoute.

En attendant le pays est totalement bloqué, les partenaires au développement se contentant seulement de tourner le dos à Bozizé qui fait tout pour s'accrocher au pouvoir à tout prix malgré son rejet par les Centrafricains alors que le pays se meurt.  

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE