Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 18:19

 

 

J-Kabila.jpg

 

 

KINSHASA (RDCongo) AFP / 01 mars 2011 17h29 - La radio-télévision nationale et d'autres institutions de la République démocratique du Congo ont été ciblées par les auteurs de l'attaque dimanche à Kinshasa contre la résidence du président Joseph Kabila, a affirmé mardi le porte-parole du gouvernement congolais.

 

Outre la résidence et le camp militaire Kokolo, "nous savons aussi que beaucoup d'autres sites, dont la RTNC (radio télévision nationale)... ont été ciblés (...). On a pu mettre la main sur la plupart des gens qui ont été déployés pour s'attaquer à ces différents sites", a déclaré Lambert Mende lors d'une conférence de presse.

 

"Il y a toute une liste de ces sites", a-t-il ajouté sans les préciser, hors la RTNC.

"Un +capitaine+ responsable de l'attaque (...) serait tombé à la tête de ses troupes". Il s'agirait d'un "ancien d'un ancien groupe armé, c'est tout ce que nous savons", a déclaré M. Mende, également ministre de la Communication et des médias.

 

Les deux attaques dimanche vers 13H30 locales, ont été menées "à quelques minutes d'intervalle" par une "cinquantaine à une soixantaine d'hommes" divisés en deux groupes, contre la résidence présidentielle et contre le camp Kokolo "où ils ont tenté de s'emparer de munitions", sans y parvenir, selon le porte-parole.

 

Plus d'une soixantaine de "terroristes" ont été arrêtés et sont interrogés, dont des assaillants ainsi que d'autres personnes "qui ont été dénoncées" par ceux déjà arrêtés, a précisé à l'AFP le ministre.

 

"Des commanditaires aussi bien à l'intérieur du pays qu'à l'étranger sont cités" par les personnes arrêtées, a-t-il ajouté, toujours sans donner de précisions.

 

Sept assaillants ont été tués selon M. Mende, et dix selon une source onusienne citant des sources sécuritaires congolaises. Cette source avait ajouté qu'une centaine d'hommes avaient attaqué "simultanément" la résidence et le camp. Un membre de la Garde républicaine (ex-garde présidentielle) a également été tué, selon le ministre.

 

Les auteurs des attaques étaient "dotés d'une puissance de feu relativement importante" (fusils Kalashnikov et lance-roquettes RPG 7) et porteurs d'armes blanches, notamment des machettes, "et d'amulettes fétichistes", a-t-il précisé.

 

Le porte-parole a à nouveau estimé qu'il ne s'agissait pas d'un coup d'Etat mais d'une "offensive terroriste" destinée "à faire peur aux populations de Kinshasa".

 

Les enquêtes ouvertes par la justice permettront "d'en savoir plus sur les initiateurs, les acteurs, les commanditaires, les réseaux de complicité éventuels et les objectifs de cette action criminelle",

selon le porte-parole.

"L'axe terroriste avec ses appuis politiques et logistiques internes et externes sont désormais sous surveillance", a-t-il dit.

 

"Si le pays est perturbé par des attaques de ce genre qui pourraient se renouveler si on ne prend pas de mesures pour les éradiquer, et bien il est peu probable que des élections se tiennent", a prévenu M. Mende.

 

L'élection présidentielle est programmée pour fin novembre prochain. Elu en 2006, le président Kabila, 40 ans en juin, devrait s'y représenter.

 

(©)

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans AFRIQUE