Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 03:17


Gl Kandji Minurcat

 

NEW YORK (Nations unies) - Le Conseil de sécurité a prorogé vendredi de deux mois le mandat de la Mission de l'ONU en Centrafrique et au Tchad (Minurcat), pour donner du temps aux négociations sur son avenir avec le président tchadien Idriss Déby Itno qui demande son départ.

Le Conseil a pris cette décision dans une résolution adoptée à l'unanimité de ses quinze membres. Le mandat de la Minurcat, qui allait expirer lundi, est prorogé jusqu'au 15 mai.

La résolution, numérotée 1913, mentionne des échanges de lettres entre le gouvernement tchadien et l'ONU, indiquant que des pourparlers sont en cours.

Le président Déby, qui a qualifié la Minurcat d'"échec", s'opposait au renouvellement du mandat et l'avait fait savoir à l'ONU en janvier.

Début mars, il a cependant accepté une prolongation de deux mois et la poursuite de discussions sur l'avenir de la force, lors d'une visite à N'Djamena du chef du département de maintien de la paix de l'ONU, Alain Le Roy.

Ce dernier avait alors indiqué que les discussions avec les autorités tchadiennes, pour un nouvel accord après le 15 mai, porteraient sur le nombre d'éléments de la Minurcat qui devront partir, combien resteront et quelle sera leur mission.

M. Déby souhaite une réduction forte de la composante militaire de la Minurcat, avait précisé M. Le Roy.

Cette demande est survenue en plein réchauffement des relations entre le Tchad et le Soudan, qui ont annoncé récemment leur intention de normaliser leurs relations et d'en finir avec leur guerre par groupes rebelles interposés.

Le Soudan a notamment signé à Doha fin février en présence d'Idriss Deby un accord cadre avec un important groupe rebelle du Darfour, le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM).

La Minurcat dispose d'environ 3.800 personnels, dont quelque 2.800 militaires et policiers. Elle a été créée en 2007 pour assurer la sécurité des réfugiés et déplacés au Tchad et en Centrafrique, favoriser le retour volontaire des réfugiés et faciliter l'aide humanitaire.

Elle avait pris, en mars 2009, le relais de l'Eufor, la Force de l'Union européenne. Cependant, elle ne s'est jamais entièrement déployée (ses effectifs autorisés sont de 5.200 militaires et 300 policiers) et a essuyé de nombreuses critiques.

L'est du Tchad abrite des camps de réfugiés venus du Darfour (ouest du Soudan voisin) en guerre civile et de la Centrafrique, ainsi que des déplacés tchadiens, estimés globalement à 450.000 personnes.

Craignant pour la sécurité à terme de ces personnes, les responsables de l'ONU et les ONG ont exprimé de sérieuses réserves à l'idée d'un éventuel retrait de la composante militaire de la Minurcat.

(©AFP / 12 mars 2010 17h14)


Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Relations Internationales