Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 20:22

 

 

 

 

libreville--1-.jpg

dialogue de Libreville

 

 

RCA : Signature d’un accord de sortie de crise à Libreville

 

RFI vendredi 11 janvier 2013

 

Dans la capitale gabonaise, un accord de sortie de crise a été signé, vendredi 11 janvier 2013, entre les différents belligérants de la crise centrafricaine. L'accord, négocié sous l'égide de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), prévoit un cessez-le feu entre Bangui et la rébellion Seleka, et le maintien au pouvoir du président de RCA, François Bozizé.

 

L’accord de cessez-le-feu, signé entre le gouvernement de RCA et la Seleka, prévoit notamment le retrait progressif des rebelles de la Séléka de la zone occupée. Il est également question d'un accord politique de sortie de crise, signé par les belligérants, ou en tout cas par toutes les parties présentes à Libreville.


Cet accord prévoit le maintien de François Bozizé au pouvoir, jusqu’à la fin de son mandat en 2016, ainsi que la mise en place d’un gouvernement d’union nationale chargé d’organiser des élections législatives anticipées dans un délai d’un an, après dissolution de l’Assemblée nationale.


Ce gouvernement sera inclusif, avec toutes les parties, et sera conduit par un Premier ministre issu de l’opposition. Le Premier ministre, ainsi que les membres du gouvernement, ne pourront pas se présenter à l'élection présidentielle. Ils ne seront pas révocables par le président pendant cette période de transition.


La force de maintien de la paix en Centrafrique sera par ailleurs reconfigurée, et appuiera l’application de ces accords. Est également prévu le retrait des forces étrangères à la CEEAC, qui sont présentes dans le pays.


Les travaux se sont achevés sur des poignées de main symboliques entre les différentes parties, dont le président Bozizé. Enfin, notons l’annonce de ce dernier, par la voix de son homologue tchadien Idriss Déby, à l’issue de cette cérémonie : le chef de l'Etat centrafricain demande à toutes les parties de rentrer immédiatement avec lui à Bangui, et de travailler dès à présent sur la composition du gouvernement d’union nationale.

 

 


RCA : Grand oral devant les chefs d'Etat d'Afrique centrale

 

RFI vendredi 11 janvier 2013

 

A Libreville, se poursuivent toujours les difficiles pourparlers de paix centrafricains. Ce jeudi 10 janvier, les chefs d'Etat de la Communauté des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC) se sont réunis en sommet extraordinaire. L'occasion pour eux d'entendre les revendications de toutes les délégations centrafricaines présentes.

 

Ali Bongo, hôte du sommet, Denis Sassou Nguesso, du Congo Brazzaville (choisi comme médiateur de la crise), le Tchadien Idriss Déby, président en exercice de la CEEAC, ou encore Teodoro Obiang Nguema, pour la Guinée Equatoriale, sans oublier bien sûr le principal concerné, Francois Bozizé, président de la République centrafricaine : les chefs d’Etat de la CEEAC  - ceux qui n'avaient pas pu venir se sont fait représentés -, se sont réunis en sommet extraordinaire ce jeudi 10 janvier à Libreville. Une réunion qui avait pour but d'auditionner les différentes délégations centrafricaines, dont celle des rebelles de la Seleka.

 

 

Celle-ci s'est déclarée ouverte a un cessez-le-feu provisoire sous certaines conditions, parmi lesquelles la libération immédiate de leurs proches et le départ des forces étrangères de la République centrafricaine

 

Dans la salle, se trouvaient également des représentants de la société civile centrafricaine, présents à titre d’observateur. L’opposition démocratique a quant à elle déjà été consultée par les chefs d’Etat et nous avons pu apprendre qu'elle avait fait une concession majeure sur le départ du président Bozizé. Ils acceptent en effet le principe d’un gouvernement d’union nationale qui incluerait la Seleka, la société civile, ainsi que l'opposition. C'est de cette même opposition que serait issu le futur Premier ministre.

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Dossiers