Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 23:03


Binguimalet.jpg

Depuis quelques jours, les représentants du clan Bozizé au sein de la Commission Electorale font circuler des rumeurs faisant état de ce que le premier tour des élections présidentielles aurait lieu le 19 avril prochain et le second tour lé 21 mai 2010. Si jamais ces rumeurs qu’on espère infondées venaient à être confirmées, cela reviendrait à dire que la CEI est en train de mettre la charrue avant les bœufs, ce qui est totalement inadmissible et doit être dénoncé et condamné avec vigueur. Il est impensable, alors même que le recensement électoral préalable à l’établissement des listes électorales n’a pas encore démarré, qu’on puisse déjà fixer des dates de scrutin. Que la CEI centrafricaine prenne exemple sur celle de la Côte d’Ivoire où les listes électorales, bien que déjà publiées, n’ont pas encore permis que les dates de scrutin soient fixées.

Au lieu de s’atteler sérieusement au démarrage du travail de recensement des électeurs qui en RCA, posera d’énormes problèmes du fait de la présence de nombreux compatriotes déplacés internes et réfugiés dans les pays voisins et dans les camps de l’UNHCR, le président de la CEI le vrai faux pasteur Joseph Binguimalé est davantage préoccupé par la coupe de ses costumes et la qualité des lits sur lesquels il va dormir, bref, son standing de vie. C’est un secret de polichinelle qu’un pacte secret a été conclu entre Bozizé et Binguimalé pour que ce dernier mette tout en œuvre afin qu’il soit réélu mais leur sordides manœuvres ne sauraient faire l’impasse sur les règles élémentaires du bon déroulement du processus électoral. Les élections ne pourraient avoir lieu sans que le programme DDR n’ait préalablement atteint ses objectifs de ramener la sécurité et la paix sur l’ensemble du territoire national. Il ne saurait avoir d’élections dignes de ce nom avec des résultats incontestables sans que la CEI n’ait effectué un parfait recensement du corps électoral et dressé et préalablement publié des listes électorales informatisées et fiables selon les normes et standards modernes d’aujourd’hui.

C’est seulement la semaine dernière qu’on nous a annoncé l’arrivée à Bangui d’une trentaine d’observateurs militaires du DDR. Le président de la CEI passe son temps à faire des prières pour soi-disant chasser le diable qui habite la RCA tout en cherchant seulement maintenant à résoudre les problèmes budgétaires et ses difficultés d’installation et d’intendance. On voit mal comment dans ces conditions, on peut déjà raisonnablement et décemment arrêter des dates de scrutin même si les complices de Bozizé agglutinés au sein de la CEI tiennent absolument à faire plaisir à ce dernier qui clame partout que les délais doivent être respectés afin qu’il n’y ait pas vide juridique après l’expiration de son mandat à la mi juin prochain.

Les agissements de son parti KNK sont inadmissibles et doivent être dénoncées fermement. Jeudi dernier à 13 heures par exemple, une réunion KNK des fonctionnaires du ministère des Transports s’est tenue au ministère des Travaux Publics. But : caporaliser et embrigader tous les cadres de ce ministère dans le KNK. Ceux qui n’accepteront pas de se faire enrôler dans le KNK s’exposeront à tous des ennuis administratifs de toutes sortes pouvant aller jusqu’au non paiement du salaire. Voilà les méthodes du KNK. Les fonctionnaires de tous les départements ministériels doivent se le tenir pour dit. Après le ministère des transports, à qui le prochain tour ?

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique