Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 12:05

 

 

Bozizé toudjoubé

 

 

COLLECTIF DES FORCES DU CHANGEMENT  

(CFC)

 

DECLARATION RELATIVE A LA RENCONTRE DU 19 OCTOBRE 2010 AU PALAIS DE LA RENAISSANCE

 

 

Le 19 octobre 2010, le Président de la République avait rencontré dans la salle de Cinéma du Palais de la Renaissance, les Forces Vives de la Nation en présence des représentants de la Communauté Internationale.

 

         Contre toute attente, le Président de la République, en violation du Code électoral et de l'Accord du 10 Août 2010 portant adoption du chronogramme révisé relatif au processus électoral 2010 a pris des décisions unilatérales.

 

En effet, il ressort de cette réunion que le Chef de l’Etat a :

 

1°) remis en cause la décision du Conseil d’Etat du 28 Septembre 2010 relative au découpage électoral;

 

2°) imposé des cartes d’électeurs manuelles en lieu et place des cartes informatisées;

 

3°) réduit la durée des délais incompressibles relatifs au dépôt, au contentieux et à la validation définitive des candidatures;

 

4°) menacé de dissoudre la Commission Electorale Indépendante;

 

5°) ordonné l’expulsion manu militari de la salle de réunion d’un leader de Parti Politique : Monsieur Joseph BENDOUNGA.

 

Le Collectif des Forces du Changement exprime ses vives préoccupations et formule les observations suivantes :

 

I-   SUR LA REMISE EN CAUSE DE LA DECISION DU CONSEIL D’ETAT

 

La Constitution fait obligation au Président de la République de veiller « à l’exécution des décisions de justice ».

 

Les décisions du Conseil d’Etat n’étant susceptibles d’aucun recours, et étant opposables à tous, y compris au Chef de l’Etat, le refus de ce dernier de faire exécuter l’arrêt du 28 Septembre 2010 constitue un crime de haute trahison pour violation de son serment et qui l’expose à des poursuites devant la Haute Cour de Justice dont il refuse à dessein la prestation de serment des membres déjà désignés ou élus.

 

Le Président de la République endossera l’entière responsabilité qui découlera de son intransigeance à retarder le processus électoral, car les décrets sur le découpage électoral ayant été annulés, le dépôt des candidatures est lié à la signature d’un nouveau décret conforme à la décision du Conseil d’Etat.

 

II.           SUR LE REFUS DE L’INFORMATISATION DES DONNEES ELECTORALES

 

C’est pour éviter les fraudes que le nouveau Code Electoral a exigé que les listes électorales soient permanentes et informatisées. Il en découle que les cartes d’électeurs ne peuvent qu’être informatisées sur la base des outils qui ont permis la confection des listes.

 

Les propos verbaux du Chef de l’Etat ne peuvent remplacer les dispositions claires et impératives de la Loi.

 

III-         SUR LES DELAIS INCOMPRESSIBLES RELATIFS AU DEPOT, AU CONTENTIEUX ET A LA VALIDATION DES CANDIDATURES

 

Le Chef de l’Etat, en voulant ramener à une semaine les opérations de dépôt, de contentieux et de validation des candidatures remet en cause non seulement les dispositions pertinentes du Code Electoral mais aussi l’accord portant adoption du chronogramme révisé relatif au processus électoral de 2010 signé le 10 août 2010 par toutes les entités, y compris les partis politiques de la Majorité Présidentielle, et surtout les Pouvoirs Publics représentés par deux membres du Gouvernement : Le Ministre de la Justice Monsieur Laurent NGON BABA et le Ministre de l’agriculture Monsieur Fidèle GOUANDJIKA.

 

IV-        SUR LA DISSOLUTION DE LA CEI

 

Le Chef de l’Etat a relevé à l’encontre de la CEI les manquements dénoncés depuis le mois de Janvier 2010 par le Collectif des Forces du Changement : incompétence notoire et opacité dans la gestion des fonds mis à la disposition de la CEI

 

Le collectif des Forces du Changement exige que le rapport d’audit ayant fait l’objet du Protocole d’Accord Politique du 13 février 2010 soit rendu public afin que les responsabilités soient établies.

 

V-          SUR LES VIOLENCES EXERCEES SUR LA PERSONNE DE MONSIEUR BENDOUNGA

 

Le Chef de l’Etat réagissant aux propos de Monsieur Joseph BENDOUNGA, Président du MDREC avait ordonné à  sa Garde de procéder à son expulsion. Ce qui fut fait séance tenante.

 

       A l’extérieur, ce compatriote a été roué de coups de crosse par les soldats de la Sécurité du Chef de l’Etat. Grièvement blessé à la tête, il est sous traitement médical.

 

Le Collectif des Forces du Changement condamne avec la dernière rigueur ces pratiques honteuses qui n’honorent ni la fonction du Président de la République, ni notre Pays.

 

Fort de ce qui précède, le Collectif des Forces du Changement considère que le Président BOZIZE cherche des subterfuges pour ne pas aller aux élections et faire porter la responsabilité à des bouc- émissaires : CEI, Opposition et Communauté Internationale.

 

Le Collectif des Forces du changement exige :

 

1- L’exécution intégrale de la décision du Conseil d’Etat du 28 Septembre 2010 relative au découpage électoral ;

 

2- L’informatisation de toutes les données électorales notamment les listes électorales et les cartes d’électeurs.

 

3- Le respect scrupuleux des délais incompressibles prévus par le Code électoral et l'Accord du 10 Août 2010 portant adoption de l'Accord notamment l'article 4 qui dispose: " Toute modification significative du Chronogramme électoral révisé et du calendrier électoral ne peut se faire que suite à la demande et sur Rapport de la CEI à laquelle participent toutes les entités représentées au Dialogue Politique Inclusif.

Cette modification est entérinée par un Décret pris en conseil des Ministres".

 

4- La publication du rapport d’audit de la CEI et la suite judiciaire qui y sera réservée.

 

Le Collectif des Forces du Changement :

 

-         Exprime en outre son indignation à la suite de l’agression dont a été victime Monsieur Joseph BENDOUNGA, chef d'un Parti Politique légalement reconnu.

 

-         Rend le Président Bozizé responsable du retard ou de l’échec du processus électoral.

 

    -   Se réserve le droit de se retirer du processus électoral si ses exigences ne sont pas satisfaites.

 

 

 

 

Fait à Bangui, le 20 Octobre 2010

 

 

Ont signé :

 

 

ADP                                                                 LONDÖ

 

 

 

ASD                                                                 MLPC

 

 

 CRPS                                                              NAP

 

 

PATRIE

 

 

 

FC                                                                   RDC

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique