Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 06:06


Bozizé en Chine

On se souviendra qu’au cours de la rencontre du 13 janvier entre Bozizé avec toute  la classe politique, la société civile en présence du corps diplomatique accrédité en Centrafrique au sujet du piétinement des activités de la Commission électorale indépendante, le président de celle-ci avait été récusé par l’opposition qui exigeait en même temps sa démission ainsi que la dissolution des comités locaux de la CEI illégalement installé en province par lui et bien d’autres choses encore. Bozizé qui semblait découvrir l’état du désastre et l’étendue de la catastrophique gestion de son compère le vrai faux pasteur Binguimalé n’avait eu d’autre choix que d’accéder à la plupart des exigences de l’opposition et d’ordonner avant toute décision sur le sort de ce dernier, qu’un audit soit effectué sur le bilan administratif et financier de celui-ci.

Aujourd’hui, près de deux mois après, force est de constater que c’était uniquement pour endormir l’opposition que Bozizé avait fait semblant de désavouer son complice le vrai faux pasteur dont il avait pris la défense en déclarant en substance que c’est un homme de Dieu et qu’il ne pouvait pas faire n’importe quoi.

Non seulement il n’en est rien de l’audit qu’il avait ordonné mais Binguimalé  poursuit tranquillement l’exercice de ses fonctions en effectuant même des missions à l’étranger en tant que président de la CEI, en engageant des dépenses de plusieurs centaines de millions de F CFA au nom de la CEI, en prenant des décision pour réquisitionner la direction générale de la police afin qu’elle aille défoncer le portail de son domicile et récupérer le véhicule 4 x 4 mis à la disposition de Me Crépin Mboli-Goumba Vice-président de la CEI, en publiant des communiqués de presse comme celui ci-dessous du 8 mars, rédigé dans un charabia incompréhensible et dans une langue de Molière truffée de fautes de grammaire et de syntaxe, ce qui en dit long sur le niveau d’instruction réel du vrai faux pasteur en même temps que sur celui  de son prétendu dircab, Euloge  Goyémidé que Binguimalé s’est permis la fantaisie de recruter on ne sait d’ailleurs sur quelle base.  

Tous les deux sont véritablement une honte nationale en comparaison avec l’exemple d’autres pays africains comparables à la RCA. L’envergure des présidents de commission électorale d’autres pays africains, notamment ceux de l’Afrique de l’Ouest, est autrement plus relevée. Alors que ceux-ci sont désignés pour la plupart d’entre eux, dans les milieux de la magistrature voire de la haute classe politique, donc présentent un niveau de compétence élevé, en RCA, Bozizé est allé chercher parmi les anciens chauffeurs d’ambassade le président de la CEI nationale avec les désastreuses conséquences prévisibles que l’on enregistre actuellement.

Mais comme le bonhomme est un maillon extrêmement important dans le dispositif de fraude électorale que Bozizé tente de d’asseoir, il lui est difficile voire impossible de se séparer de ce truand et parvenu, déguisé en vrai faux pasteur. Bozizé qui adore les médiocres à qui il peut facilement imposer ses points de vue, a besoin de ce genre de profil pour l’accomplissement de ses basses oeuvres. Il est donc clair que tant que Joseph Binguimalé demeurera dans les fonctions de président de la CEI, le processus électoral n’avancera pas.

Son unique souci est de parvenir à obtenir que les bailleurs de fonds de la communauté internationale qui ont annoncé leur intention de soutenir financièrement les élections en Centrafrique, puissent lui débourser les fonds mais ses procédés pour y parvenir ainsi que sa moralité, n’inspirent confiance à personne à Bangui. Récemment encore, flanqué de son rapporteur du KNK Rigobert Vondo, il a débarqué au BINUCA avec ses gros sabots mais a été pris en flagrant délit de mensonge et de malhonnêteté. Il est donc reparti bredouille.

En attendant, plusieurs mois après sa mise en place, la CEI centrafricaine fait du sur place et les préparatifs des élections tant législatives que présidentielles n’avancent pas au point que Bozizé, craignant de se retrouver bien vite le 10 juin à minuit sans légitimité, son mandat ayant expirant le 11 juin 2010, se voit aujourd’hui contraint de faire de la fuite en avant en convoquant aux urnes pour le 25 avril prochain un corps électoral dont on ne connaît pas du tout la configuration. Une chose est sûre et Me Zarambaud Assingambi l’a brillamment démontré récemment dans une excellente tribune dans la presse nationale, tout le pays sera hors délais s’agissant du respect du calendrier électoral, quoique fasse dorénavant Bozizé.  

Selon des sources bien informées à Bangui, son parti KNK se prépare à l’investir officiellement candidat à l’élection présidentielle le lundi 15 mars en même temps que se dérouleront les festivités du septième anniversaire de son accession au pouvoir par le coup d’Etat du 15 mars 2003. C’est dans ce contexte qu’à sa demande, son voisin et homologue Joseph Kabila de la RDC qui lui-même a pourtant déjà bien du mal à contrôler ses propres frontières et ce qui se passe à l’intérieur de son vaste territoire, vient d’envoyer des soldats congolais pour l’aider à combattre les bandits armés de la LRA de Joseph Kony qui ne cessent de commettre des exactions sur les paisibles populations civiles dans le Sud-Est centrafricain.Par ailleurs, en début de cette semine, Me Jacques Vergès a effectué un déplacement flash à Bangui sur invitation de Bozizé et Ndoutingaï. 

Selon nos informations, la perspective d'un arbitrage qui doit être rendu dans les prochains jours à Paris dans l'affaire du contentieux qui oppose depuis qu'il est au pouvoir Bozizé au pétrolier américain Jack Grynberg sur les permis pétroliers que lui avait octroyés naguère l'ancien président Ange Félix Patassé, n'est sans doute pas étrangère à cet aller retour de cette vedette du barreau international.  Il faut rappeler que Bozizé, son ancien Premier Ministre Elie Doté, son ambassadeur à l'époque à Washington Emmanuel Touaboy ainsi que l'incontournable Sylvain Ndoutingaï, ont fait l'objet collectivement et solidairement d'une condamnation par contumace prononcée par un tribunal du district de Columbia au USA pour verser une somme qui s"élève à plus de cinq millions de dollar US au vieux pétrolier américain. Depuis, des hommes d'affaires proche-orientaux mafieux et complices de Bozizé et Ndoutingai, tentent en vain d'extorquer plusieurs millions de dollar à Jack Grynberg en lui proposant de faire la médiation. Bref, il règne comme une atmosphère de fin règne à Bangui... 



  

COMMISSION  ELECTORALE  INDEPENDANTE

 

N° 229 /RCA.CEI.PDT.DIRCAB.CC

8 mars 2010

 

COMMUNIQUE DE PRESSE CEI

 

Objet : Mise au point par rapport aux listes électorales

 

La Commission électorale Indépendante (CEI) a en date du 17 février 2010 réceptionné le matériel ainsi que les listes électorales qui ont servi lors des élections centrafricaines de 2005 qui furent rappelons le, acceptées par la Communauté Nationale et Internationale.

Sur la base de cette liste, la CEI a depuis un certain temps commencé la constitution de la base de données informatisée qui fera l’objet d’une révision dans les prochaines semaines.

Ce processus est longuement avancé et devrait prendre fin dans un proche avenir.

La CEI tient a informé la Communauté Nationale et Internationale que son souci majeur et sa principale préoccupation restent l’organisation des élections transparentes, crédibles et justes en République Centrafricaine et qu’elle fera tout pour l’atteinte de cet objectif.

 

 

Le Révérend Pasteur Joseph BINGUIMALE

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique