Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 03:04

 

 

Bozize KNK

 

Source: United Nations Radio 22 Sep 2010


A la troisième et dernière journée à New York du sommet des Nations unies consacré aux OMD, le Chef d'Etat centrafricain a plaidé pour l'établissement d'un programme spécial de partenariat pour les Etats fragiles afin que 2015 ne soit pas un autre rendez-vous manqué pour la Centrafrique.

En attendant, le Président François Bozizé a reconnu que la réalisation des OMD en République centrafricaine est une gageure et qu'il serait très difficile d'atteindre les objectifs de réduction de la pauvreté malgré quelques résultats encourageants sur l'accès à l'eau potable ou la scolarisation des filles.

« La RCA entrait dans le troisième millénaire avec un lourd handicap. Elle portait déjà les traces d'un grave traumatisme et était en train de s'enfoncer dans la spirale d'un réel chaos », fait remarquer François Bozizé.

Bangui pointe ainsi du doigt la situation politique, sécuritaire et économique pour justifier son retard par rapport aux autres pays du monde.

Toutefois, le Président Bozizé note que « la situation en République Centrafricaine n'est pas désespérée » même si la longueur de la période de relèvement post-conflit expose inévitablement à une plus grande vulnérabilité. « Cette situation est propice à des périls imprévisibles qui sont très pesants sur les maigres acquis, et accroissent les risques de recul ».

D'ici à 2015, Bangui entend se mobiliser sur la sécurisation et la consolidation de la paix, le renforcement de l'Etat de droit, mais aussi sur la reconstruction économique.

 

 

NDLR : Le plaidoyer de Bozizé à la tribune des Nations Unies n’est rien de plus que l’aveu de son échec dans la conduite des affaires d’un Etat qu’il a entrepris méthodiquement à faire « s'enfoncer dans la spirale d'un réel chaos » comme il reconnaît lui-même. Oublie-t-il qu’il a fait rater à la République Centrafricaine plusieurs rendez-vous avec son développement ? A bien des égards, l’attitude Bozizé s’apparente à celui du pompier pyromane qui, après avoir mis le feu à la baraque, téléphone aux sapeurs-pompiers pour intervenir.

La longueur de la période post-conflit qu’il joue à faire trainer le plus possible, résulte de son fait et constitue pour lui un prétexte de mendicité en direction de la communauté internationale qui en définitive, doit se rappeler aux bons souvenirs de ce qui est advenu des 8 milliards de la CEMAC destinés à financer le DDR depuis et dont les rebelles n’ont toujours pas vu la couleur à ce jour.

 

En reconnaissant que « cette situation est propice à des périls imprévisibles qui sont très pesants sur les maigres acquis, et accroissent les risques de recul » Bozizé cherche manifestement à faire s’apitoyer la communauté internationale sur le sort de la République Centrafricaine dont il oublie qu’il constitue à la fois le problème et la solution.

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique