Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 03:40


30 jours d’arrêt de rigueur pour punir Galloty

 

Selon nos informations, c’est Bozizé lui-même qui l’avait pourtant reçu qui a décidé de sanctionner le lieutenant colonel Guy José Galloty dont nous avions annoncé la mise aux arrêts suite à son refus de prendre le 26 novembre dernier le commandement du détachement de 140 soldats de renfort que le pouvoir a décidé d’envoyer à Ndélé qui venait d’être attaquée et brièvement occupée par la rébellion de la CPJP. Galloty aurait sollicité directement à Bozizé qui l’aurait accepté sa mise à la retraite. Cet officier qui venait de rentrer d’un stage à l’Ecole de guerre à Paris en 2008/2009, fut fortement impliqué dans les mutineries de 1996/1997 contre le régime du président Patassé. Bozizé lui a infligé trente jours d’arrêts de rigueur. Il vient de rentrer de formation et s’en va à la retraite. Quel gâchis !

 

 

Des armes de guerre, toujours des armes de guerre pour Bozizé

 



Est-ce à cause de la perspective des élections de 2010 ou simplement par leur irrépressible volonté de se surarmer ? Toujours est-il que Jean Francis Bozizé et son père continuent d’acheter des armes on ne sait trop pourquoi faire ? Le ministre délégué à la défense Jean Francis Bozizé vient de rentrer à Bangui après une absence du pays de près de deux semaines. Il se serait rendu en France et en Ukraine sans doute pour acheter des armes de guerre. Que veulent-ils en faire ?

 

 

Bozizé dote la police et la gendarmerie et l’armée de milliers de grenades et balles à blanc


 


Selon des informations d’une source proche de l’état major des Faca qui a requis l’anonymat, afin de faire face à d’éventuelles tensions post-électorales dans la ville de Bangui notamment, Bozizé vient de faire livrer environ 2500 grenades pour le maintien de l’ordre à la gendarmerie, 250 grenades et des balles à blanc à la police. Tout cela donne une précieuse indication sur le choix des priorités de ce régime qui préfère engloutir les maigres moyens financiers du pays dans les armes et munitions au lieu de s’occuper du sort des centaines de milliers d’enfants centrafricains en danger de mort pour malnutrition infantile sévère en Mambéré-Kadéi. Les Centrafricains doivent en juger.

 

 

Effectifs des réfugiés centrafricains dans les pays voisins

 


Les derniers chiffres du nombre de réfugiés centrafricains et déplacés internes ainsi que des réfugiés d’autres pays voisins en Centrafrique fournis pour le mois de novembre par les organismes spécialisés du système des Nations Unies se présentent de manière suivante :

 

Réfugiés centrafricains

 

-          au Tchad : 74.000

-          au Cameroun : 64.000

-          au Soudan : 245

 

Déplacés internes : 162.000 dont 73.000 retours précaires non définitifs

 

Réfugiés d’autres pays en RCA

 

RDC : 6000

Soudan : 4350

Tchad : 1380

Rwanda : 310

Autres nationalités : 930

 

Que compte faire la Commission électorale indépendante pour que les citoyens centrafricains réfugiés dans ces pays voisins puissent exercer leurs droits civiques lors des prochaines élections ? La question doit être posée maintenant quand on sait que le pouvoir de Bozizé a toujours fait très peu cas du sort de ces compatriotes.

 

 

 Le retour au bercail de Patassé fait toujours des vagues

 


On ne le dit pas assez mais des manifestations de femmes ont lieu régulièrement à Bangui contre le retour au bercail de l’ancien président Ange Félix Patassé. La semaine dernière encore, c’était le tour des femmes du 7ème arrondissement qui protestaient par rapport aux rumeurs faisant état de l’éventualité de son installation dans leur quartier. Elles reprochent également à Patassé s responsabilité dans les exactions commises par les éléments du MLC de Jean-Pierre Bemba.

 

 

Les milliards continuent de pleuvoir sur le régime de Bozizé 



La Banque africaine de développement (BAD) et la banque Mondiale viennent d'octroyer une enveloppe de dix (10) milliards de F CFA, environ 15 millions d'euros, à la République centrafricaine pour la réalisation d'un projet de développement communautaire et l'appui aux groupes vulnérables (PDAGV). Dix préfectures sur les seize que compte la RCA doivent théoriquement bénéficier de ce projet si les prédateurs du pouvoir ne réussisent pas comme à leur habitude, à détourner purement et simplement ce financement.  

 

 

 

 

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Nation