Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

23 juillet 2010 5 23 /07 /juillet /2010 02:01

 

 

F Bozizé Yangouvonda

 

Un des refrains de prédilection de Bozizé ces derniers temps est de chanter à qui veut l’entendre que c’est l’opposition centrafricaine, soutenue en cela par la communauté internationale représentée sur place à Bangui au sein du comité de pilotage des élections, qui l’a obligé à reporter les dites élections car lui, serait un ardent défenseur du respect de la Constitution. Bozizé feint d’oublier qu’il est un putschiste et veut donner l’illusion qu’il est un grand démocrate qui respecte beaucoup la constitution. Cela ne trompera personne.

A présent, Bozizé cherche par tous les moyens à ce que les élections aient lieu le plus tard possible. Certaines informations en provenance de la CEI sur les questions de chronogramme font état d’un niveau de préparation technique qui risque de nous entraîner largement au-delà de l’année 2010 voire du premier semestre 2011. Cela ne peut que faire l’affaire du hors la loi Bozizé qui s’abrite derrière l’hésitation bien compréhensible des bailleurs de fonds à décaisser les fonds promis pour les élections en Centrafrique, et en tire prétexte pour retarder les chose, son mandat ayant été déjà prorogé bien que de façon anticonstitutionnelle.

Or, il n’est pas sans savoir que les enveloppes promises par ces bailleurs proviennent des contribuables de certains pays amis et les décaissements de ces financements obéissent à des règles précises d’engagement. Beaucoup d’argent avait été avancé à la CEI au début et avait donné lieu à des dépenses folles et irresponsables du vrai faux pasteur Joseph Binguimalé dont les pièces comptables et justificatifs se font encore attendre à ce jour.

Le rapport de l’audit sur la gestion du même Binguimalé que Bozizé a été contraint d’ordonner à la demande de l’opposition n’a toujours pas été rendu public jusqu’à présent, on ne sait pourquoi. On ne sait pas non plus pourquoi le même Binguimalé dont l’incompétence, la malhonnêteté et la partialité ont été constatées et décriées par tout le monde, continue de trôner à la tête de la coordination de la commission électorale. Il aura bientôt fait une année pleine dans ses fonctions rien que pour s’en mettre plein les poches tout en menant grand train de vie. Il n’a du reste fait que passer son temps à distribuer du fromage et de la soupe à gauche et à droite à ses copains et autres parents en mal d’argent tant au sein de la CEI qu’en dehors. C’est un scandale inadmissible. Pendant ce temps, le vrai travail de préparation des élections ne s’est pas fait et le peu qui a été fait est totalement insignifiant.

C’est dans ces conditions que Bozizé rêve secrètement de s’installer dans une situation à l’ivoirienne et de manœuvrer pour demeurer au pouvoir à durée indéterminée comme le mandat qui lui a été prorogé en mai dernier par les députés. Ignore-t-il que la RCA n’est pas la Côte d’Ivoire. Lui, il est loin de ressembler à Laurent Gbagbo. Il passe le plus clair de son temps à tenir des discours guerriers en réaffirmant son intention de dépecer tous ses opposants. Ce n’est pas ainsi qu’il va pérenniser ce pouvoir pour lequel il prépare on le sait, son fils Francis pour prendre sa succession.

Va-t-il tenir compte de l’avis et des positions que le Secrétaire Général de l’Elysée a dû lui exprimer lors de leur dernier tête à tête en marge des cérémonies du 14 juillet à Paris ou continuera-t-il à faire à sa tête ? Des bruits de bottes ayant encore pour point de départ la ville de Birao se font de nouveau entendre et vont sans doute se rapprocher de plus en plus de la capitale comme l’ont affirmé ceux qui sont apparus dans le chef lieu de la préfecture de la Vakaga. Contrairement à 2006 et 2007 où la France lui a sauvé la mise à deux reprises, cette fois-ci, aucun accord ni convention n’autorise encore la France à voler ainsi à son secours.  

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Politique