Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sommaire

  • : centrafrique-presse
  • centrafrique-presse
  • : informations générales sur la république centrafricaine et l'Afrique centrale
  • Contact

Recherche

Liens

16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 01:39

 

 

Sud Est RCA

 

 

Source: Office des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires - Integrated Regional Information Networks (IRIN)


NAIROBI, 12 Novembre 2010 (IRIN) – L’augmentation des incursions armées est un facteur de restriction des mouvements de populations, de réduction de leur capacité de cultiver et de préoccupations croissantes de sécurité alimentaire dans les régions du Haut-Mbomou et du Mbomou au sud-est de la République centrafricaine (RCA), affirme une organisation internationale agence humanitaire.

"Il y a beaucoup de terres fertiles dans la région, mais la violence interfère avec les méthodes traditionnelles de la vie telles que l'agriculture, la chasse et la pêche, avec les agriculteurs qui ont souvent peur de s'éloigner de la ville pour travailler leurs champs par crainte d'une attaque. Cela a réduit la production, faisant grimper les prix au point où tout le monde ne peut se permettre d'acheter de la nourriture, même quand elle est disponible », a déclaré Christa Utiger, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) coordonnateur de la sécurité économique de la RCA.

Le CICR a affirmé le 11 Novembre que les attaques régulières par des groupes armés a entraîné le doublement des populations d'Obo, Mboki, Rafai et Zemio dans le Haut-Mbomou et Mbomou, près de la République démocratique du Congo (RDC) et des frontières du Soudan, en raison de la recherche de la sécurité par les civils.

"Alors que l'augmentation de la population a fait grimper la demande d'alimentation, les champs surexploités et la perte de productivité ont entraîné la rareté des produits et leur chèreté. Certains aliments sont certainement encore produits dans la région mais la violence a obligé les agriculteurs à ne pas vouloir rester loin des villes pour cultiver leurs champs, rendant la sécurité alimentaire de plus en plus fragile », a dit le CICR à IRIN.

Selon l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), 20.000 personnes déplacées internes (PDI) et 6.000 réfugiés congolais ont fui vers les villes au cours des 12 derniers mois.

Le CICR va distribuer des vivres à quelque 55 000 personnes il y a jusqu'à la mi-Décembre. "Nous prévoyons de distribuer des semences aux communautés touchées précocement par la saison des semailles du printemps 2011, en vue d'assurer des récoltes raisonnables à l'automne. Le but est de rendre les communautés auto-suffisantes et atténuer les pressions que rencontrent les communautés à la suite d'un groupe armé présent  dans l'est de la RCA ", a déclaré le CICR.

Selon Human Rights Watch (HRW), les rebelles de la Lord's Resistance Army (LRA) ont tué au moins 2.385 civils et enlevé 3054 autres depuis Septembre 2008 en République centrafricaine.

"Avec les attaques de villages de la LRA dans les zones reculées où les communications sont limitées, les routes et autres infrastructures, le nombre réel de victimes est probablement beaucoup plus élevé", a déclaré HRW dans un communiqué.

La pauvreté chronique, la violence par des groupes armés locaux ou de de la LRA, l'absence des infrastructures de santé, l'éducation publique, ont fait que 16 pour cent des enfants de moins de cinq souffrent de malnutrition aiguë, tandis que 6,6 pour cent sont atteints de malnutrition aiguë sévère, selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance. Le pays a une population estimée à 4,4 millions.

 

Une sélection d'articles d'IRIN sont publiés sur ReliefWeb. d'Autres articles et analyses d'IRIN sur Trouvez http://www.irinnews.org

 

Partager cet article

Centrafrique-Presse.com - dans Humanitaire